Les médias écrits sont-ils appelés à disparaître?

Les médias écrits sont-ils appelés à disparaître?

Raymond Viger          Dossier Économie, Médias.

Au moment où la presse communautaire lance un débat sur son financement et sa capacité de survie avec une relève qui l’abandonne, les dernières statistiques ont de quoi inquiéter. Nous avions déjà parlé de la faillite de GM ainsi que du rase-motte de Bombardier.

publicité2 Maintenant, l’économiste Jean Gagnon nous présente la réalité de la presse écrite avec un graphique sur les ventes publicitaires des médias écrits aux États-Unis. Celui-ci nous résume bien l’état de la situation.

Depuis 2006, les ventes de publicité diminue. Pour le premier trimestre de 2009, la chute s’est accéléré. On dirait un parachutiste qui a sauté sans son parachute!

Les gens le savaient que les ventes publicitaires sont en chute libre. L’Internet grugerait de plus en plus dans la tarte disponible. Erreur! Même les ventes sur l’Internet sont en chute libre.

10 millliards pour GM en faillite, combien pour les médias?

Le gouvernement canadien injectera plus de 10 milliards dans GM pour sauver des emplois. Combien les gouvernements seront prêts à injecter dans les médias, autant communautaire que de l’entreprise privée pour conserver la liberté de presse et assurer que la démocratie a encore des outils d’expression?

On démantèle Radio-Canada. La Presse et Radio-Canada ont coupé ses stages pour les futurs journalistes. Transcontinental a congédié beaucoup de monde. Le Journal de Montréal est en lock-out et ça doit faire l’affaire de Pierre-Karl Péladeau… Moins spectaculaires peut-être, mais les médias sont tout aussi ébranlés que GM, Bombardier et autres entreprises. Et cela dure depuis un bon bout de temps.

L’idée du siècle!

Une idée comme ça. Que les gouvernements achètent des pages de publicité pour annoncer les produits GM dans les médias. Ils vont aider deux industries en même temps.

Je me permets une petite plogue. Si vous êtes responsable d’un budget publicitaire ou que vous connaissez quelqu’un qui l’est, dites à cette personne de contacter Danielle Simard au (514) 256-9000 (journal@journaldelarue.ca). Danielle s’occupe de vos placements publicitaires pour le magazine Reflet de Société. Avec près de 500 000 lecteurs à travers le Québec, un tirage vendu exclusivement par abonnement et un lectorat représentant les leaders communautaires impliqués dans leur communauté, vous vous devez d’être présent dans Reflet de Société. Une presse indépendante et non subventionnée doit conserver sa place et continuer son travail.

PUBLICITÉ

cover_avril-mai08 Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Daniel Bélanger et les Caisses Desjardins à Tout le monde en parle

Daniel Bélanger et les Caisses Desjardins à Tout le monde en parle

Dossier La Presse, Tout le monde en parleBanque 

Guy A. Lepage confronte Daniel Bélanger avec le quotidien La Presse. Une publicité des caisses Desjardins entoure un article sur Daniel Bélanger titré: Conjuguer avoir et être.

Daniel Bélanger n’est pas le porte-parole des caisses Desjardins. Daniel Bélanger n’était pas au courant qu’on présenterait son entrevue avec un titre qui est le slogan des caisses Desjardins. Il faut supposer que le chef de pupitre (celui qui détermine les titres et les positionnements des articles) a été de conivence avec le département de la publicité pour réaliser une telle présentation.

Pourtant, dans tout bon média, il y a une ligne à ne pas franchir. L’équipe de vente publicitaire ne peut s’ingérer dans l’éditorial, le rédactionnel d’un média. Le quotidien La Presse est-il en train de vendre son âme et son sérieux pour obtenir quelques ventes publicitaires?

Cette publicité s’est fait remarquer à Tout le monde en parle. Elle en est devenu un sujet de risée populaire. Est-ce que les publicistes vont se frotter les mains en se disant « Excellent! La publicité a eu une visibilité inattendue à l’émission de Guy A. Lepage. » À moins que les dirigeants des Caisses Desjardins ne sanctionnent la firme de communication et La Presse en soulignant que les Caisses Desjardins veulent une image de marque et qu’ils sont profondément déçus de ce qu’ils ont entendu à l’émission Tout le monde en parle.

Le public est de plus en plus critique et conscient. Les annonceurs veulent une image de marque. Nous sommes loin de cet ancien adage: « En bien ou en mal, pourvu qu’on parle de nous, c’est ça la publicité ». Les firmes de communication vont devoir faire attention pour travailler des publicités et des placements publicitaires qui ne choqueront pas le public.

L’ère de choquer pour être remarqué est terminé. L’image, le sérieux et l’honnêteté sont les nouvelles valeurs qui animent notre société. Et cela va aussi s’appliquer à la publicité.

Quand on force un artiste comme Daniel Bélanger a devenir un porte-parole des Caisses Desjardins, est-ce une nouvelle forme de vol de droits d’auteur?

Commentaires sur Tout le monde en parle, textes sur les médias, commentaires sur les médias.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

funbusy-poesie-urbaine-recueil-textesChantal Lee a vécu la violence physique, les abus sexuels et l’enfer de la drogue, mais elle en a triomphé. Malgré la maladie qui l’afflige, elle partage par sa poésie son amour de la vie et son optimisme à toute épreuve. Un livre rayonnant, à l’image de son auteure.

Le livre est disponible au coût de 10,00$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :