Prêtres et curés noirs dans les églises

Prêtres: des renforts de l’étranger

«J’ai longtemps vécu à Montréal alors je ne suis pas surprise de voir un Noir, dit une paroissienne de Sainte-Anne-des-Plaines, Rosyne Gavrilchik. Ce qui m’étonne, c’est plutôt qu’il y en ait un qui soit prêtre dans une petite ville comme ici!»

Olivier Bachand   Dossier Religion et spiritualité

missionnaire-cure-pretre-eglise-religion-spiritualiteBien que marginale pour l’instant, cette situation risque de devenir de plus en plus commune au Québec, alors que la moyenne d’âge des prêtres catholiques atteint 75 ans et que la relève est nettement insuffisante. «Il y a un manque de prêtres dans plusieurs diocèses, confirme le président de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec (AECQ), Mgr Martin Veillette. On se demande comment nous allons faire pour remplacer ceux qui partent.»

Les premiers prêtres appelés en renfort de l’étranger sont arrivés à Montréal il y a une quinzaine d’années, indique-t-il. «Ailleurs en province, c’est beaucoup plus récent. C’est quelque chose que l’on voit seulement depuis quatre ou cinq ans.» À l’heure actuelle, guère plus d’une cinquantaine d’aumôniers venus d’ailleurs ont un ministère sous leur responsabilité au Québec.

L’arrivée de ces ecclésiastiques n’est toutefois pas une solution qui plaît à tous. «On fait venir des prêtres qui ne connaissent pas la culture d’ici. Ils tentent d’imposer leur vision des choses et après, ils s’en vont, soutient l’abbé Raymond Gravel, connu pour ses positions allant à l’encontre de celles du Saint-Siège. On a reproché aux missionnaires québécois d’imposer leur culture ailleurs dans le monde. Je ne suis pas certain que ce soit une bonne idée de répéter le phénomène inverse.»

Les bonnes relations entre les prêtres issus de l’étranger et leur communauté d’accueil dépendent largement des qualités personnelles du nouvel aumônier, estime le président de l’AECQ. «Dans certains cas, l’intégration se fait bien, alors que d’autres ont plus de difficulté et n’obtiennent pas le même succès.»

À Sainte-Anne-des-Plaines, le curé Urbain Mumina a su s’intégrer à la population et semble fort apprécié des paroissiens. Comme quoi l’expérience peut être bénéfique pour tous, à condition d’y mettre du sien.

Prêtres étrangers au Québec

missionnaire-cure-pretre-eglise-religion-spiritualiteÀ l’extérieur des paroisses montréalaises, les prêtres étrangers se font rares. Le phénomène est si récent qu’aucune statistique officielle n’est disponible à ce sujet.

Selon l’Assemblée des évêques catholiques du Québec (AECQ), les abbés venus d’ailleurs œuvrant à l’extérieur de Montréal sont surtout des Africains, des Haï-tiens et des Latino-américains. Les seules données comptabilisées quant au nombre de prêtres étrangers et leur provenance concernent la métropole.

Les prêtres étrangers à Montréal

Afrique: 26
Amérique latine: 2
Asie: 4
Europe: 10
Haïti: 4
Proche-Orient: 3

Autres textes sur Religion et spiritualité

Nouvelles réalités dans les églises

Rap et spiritualité rencontre avec Madhi, Khyro et Monk.e

Féminisme musulman: le Coran au féminin

Écoles musulmanes à Montréal

Le prisonnier et la religion

Laicite au Quebec

Voile islamique debat sur le port des signes religieux

La vie à contre-Coran de Djemila Benhabib

PHOTO-REPORTAGE DE CE TEXTE.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Nouvelles réalités dans les églises

Missionnaires nouveau genre

Quelque 150 paroissiens prennent place sur les vieux bancs de bois de l’église de Sainte-Anne-des-Plaines, dans les Laurentides. La messe est sur le point de commencer. L’orgue finit par souffler ses premières notes, coup d’envoi d’une procession qui s’amorce à l’arrière de l’église. À la queue du cortège, le curé ne passe pas inaperçu. Sa soutane blanche contraste avec sa peau noire.

Olivier Bachand   Dossier Religion et spiritualité

missionnaire-cure-pretre-eglise-religion-spiritualite«Ça ne m’a pas inquiété d’arriver dans la paroisse, même si je savais qu’il n’y avait pas beaucoup de Noirs, confie l’abbé Urbain Mumina, un Africain. Ça m’a plutôt surpris qu’une ville de la taille de Sainte-Anne-des-Plaines n’ait pas beaucoup de minorités visibles.» Arrivé de la République démocratique du Congo il y a près de trois ans, il est le premier curé «de couleur» de l’histoire de la paroisse, fondée en 1787.

L’homme de 47 ans n’avait jamais mis les pieds au Québec avant de venir y exercer ses fonctions ecclésiastiques. Depuis août 2005, il préside la messe dans la municipalité rurale de 13 000 habitants, où les Noirs et autres minorités se comptent pratiquement sur les doigts d’une main.

«J’ai reçu un accueil chaleureux et je me suis vite senti accepté. Dans plusieurs occasions, je suis le seul Noir présent et ça ne me dérange pas, raconte-t-il. Les gens me posent beaucoup de questions sur mon pays et sur ma famille. Ils m’invitent parfois à souper chez eux. Je leur raconte mon histoire et eux me parlent de celle de la paroisse.»

Pour plusieurs fidèles, voir leur église dirigée par un Noir aurait été impensable il y a quelques dizaines d’années. «Quand j’étais jeune, il n’y avait pas de Noirs ici, lance Reina Racine-Fournelle, une dame enracinée à Sainte-Anne-des-Plaines depuis 76 ans. Maintenant, il y en a partout. Je n’ai donc pas été surprise quand le nouveau curé est arrivé… et je le trouve très bien.»

Depuis qu’il a la responsabilité de la paroisse, Urbain Mumina n’a vécu aucune situation désagréable en raison de son origine ethnique. «Jamais personne n’a passé de commentaire négatif à mon endroit… du moins que je sache. De toute façon, je ne tiens compte que des commentaires positifs!»

Chose certaine, la présence d’un prêtre noir n’a pas fait fuir les habitués de l’église du diocèse de Saint-Jérôme. Il y a quelques années seulement, beaucoup moins de croyants allaient y prier le Seigneur. Maintenant, on peut dire avec justesse qu’il y a du monde à la messe. «Tant mieux si ma présence a ramené des gens, il faut rendre grâce à Dieu!», blague le curé.

S’accommoder au Québec

missionnaire-cure-pretre-eglise-religion-spiritualiteLe plus grand défi qu’a relevé l’abbé depuis son arrivée a été de s’adapter à la réalité de l’Église catholique d’ici. Au Congo, la majorité de la population est toujours pratiquante, contrairement au Québec, où seul un catholique sur dix fréquente la maison de Dieu. «Dans mon pays, quand vous arrivez en retard à l’église, vous devez passer la messe debout, car toutes les places sont occupées, illustre Urbain Mumina. Ici, il y a toujours de la place.»

S’il ne s’attendait pas à voir arriver une foule pour les célébrations dominicales, il croyait néanmoins que plus de fidèles s’y présenteraient. «C’est rare qu’on voit des enfants, des ados ou des jeunes couples, déplore-t-il. Chez moi, les gens de tous les âges sont pratiquants.»

Le degré de ferveur religieuse n’est pas la seule différence entre l’Église catholique congolaise et québécoise. «C’est dans la manière dont nous exprimons notre foi que ça peut être extrêmement différent. Les célébrations liturgiques chez nous, c’est beaucoup plus vivant, engagé, participant avec toute l’assemblée, explique Urbain Mumina. Tout le monde chante et fait des gestes. Des enfants dansent autour de l’autel, ça met de la joie. Ici, c’est beaucoup plus froid.» L’aumônier a tout de même constaté un engouement de ses paroissiens pour une messe plus dynamique. «On a déjà fait venir une chorale congolaise de Montréal à l’église et les gens ont apprécié cette façon de prier.»

Autre distinction, la situation financière de l’Église catholique au Congo est beaucoup plus difficile que celle des églises de la province, indique l’abbé Mumina. «Les moyens d’une paroisse sont très modestes au Congo. C’est inhérent à l’économie du pays. Beaucoup de gens n’ont pas d’emploi et ceux qui travaillent ne gagnent pas grand-chose. On reçoit surtout des dons en nature. Mais on n’a pas à se casser la tête pour le chauffage, il n’y a pas d’hiver!»

Partir ou rester ?

Prêtre depuis plus de 18 ans, Urbain Mumina peut exercer son ministère à Sainte-Anne-des-Plaines en vertu d’une entente intervenue entre son diocèse d’accueil et celui d’Idiofa d’où il vient. Son contrat avec le diocèse de Saint-Jérôme, qui devait prendre fin en juillet prochain, a été reconduit pour trois autres années. «J’ai eu mon mot à dire quant à savoir si je voulais rester ou non. Mon évêque au Congo a aussi eu à se prononcer, tout comme Mgr Cazabon, l’évêque de Saint-Jérôme.»

Malgré les nombreuses différences entre l’Église catholique au Québec et au Congo, l’abbé Mumina s’est bien accoutumé à la Belle Province et y poursuivra donc sa mission. «Je veux continuer d’aider l’Église d’ici, qui a plus besoin de moi que celle du Congo. Il n’y a pas assez de prêtres et ceux qui sont en place ont un âge avancé (voir autre texte). Ce n’est pas pour rien qu’on ferme des églises et qu’on regroupe des paroisses, fait-il valoir. L’Afrique a reçu beaucoup de missionnaires des pays occidentaux. C’est maintenant à notre tour d’être missionnaires pour les Églises d’Occident.»

Le Québec et l’Église catholique

Plus de six millions de Québécois sont catholiques, mais seulement 10% d’entre eux sont pratiquants. La province compte quelque 2 100 prêtres encore actifs, âgés en moyenne de 75 ans. On recense plus de 1 700 paroisses et missions réparties dans 22 diocèses sur le territoire québécois.

Autres textes sur Religion et spiritualité

Rap et spiritualité rencontre avec Madhi, Khyro et Monk.e

Féminisme musulman: le Coran au féminin

Écoles musulmanes à Montréal

Le prisonnier et la religion

Laicite au Quebec

Voile islamique debat sur le port des signes religieux

La vie à contre-Coran de Djemila Benhabib

PHOTO-REPORTAGE DE CE TEXTE.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelle Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre est disponible au coût de 9,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009

Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Que faisait Aldo à la Mission Bon Accueil?

Que faisait Aldo à la Mission Bon Accueil?

Reportage réalisé pour Reflet de Société, numéro de juin 2008

Un service de messagerie m’apporte un paquet. À l’intérieur je découvre une belle pochette professionnelle réalisée à fort coût. Un communiqué de presse présente une journée de transformation extrême à la Mission Bon Accueil. Le tout est signé et organisé par le Groupe Aldo, une chaîne de boutiques de chaussures. Première réaction: encore une entreprise privée qui veut afficher un visage communautaire et social pour mieux vendre sa marque et ses produits.

Je suis dans le communautaire depuis 16 ans. La Mission Bon Accueil, je ne connais pas. Après quelques recherches, je suis rassuré sur la qualité de l’organisme communautaire qui bénéficie de cette aide. Je décide qu’il y a possiblement matière à un reportage sur l’organisme. En ce qui concerne le commanditaire de la journée, c’est moins sûr.

Transformation extrême le 9 avril

J’opte pour un photo-reportage. J’affecte le photographe Patrick Landry à cette mission. Je ferai une courte présentation de l’organisme, les photos de Patrick montreront l’implication des gens et le travail accompli. Et voilà, le tour est joué.

Patrick revient de cette journée enchanté par ce qu’il a vu et entendu. Il a pris plus de 300 photos! Il me raconte quelques anecdotes qui me séduisent. Je fais une entrevue téléphonique avec Isabelle Depelteau, la porte-parole de la Mission Bon Accueil et Valérie Martin du Groupe Aldo. Oups! Je regrette déjà de ne pas avoir pu me libérer pour être sur place. L’histoire est encore meilleure que je ne le pensais.

L’Auberge Madeleine

L’histoire débute en 2006. Marc Vaillancourt est le chef d’équipe de la planification des magasins du Groupe Aldo. Construction, design, entretien, c’est sa passion. Une fois l’an, des activités sont organisées avec les employés pour mieux se connaître et s’amuser.

Le comité de Marc entame la réflexion: «Les contacts humains ont changé. L’information est plus rapide. On s’envoie des courriels. Il faut trouver une façon originale de se rapprocher des gens» L’idée ne se fait pas attendre: «Notre force, c’est la construction. On fait comme l’émission de télévision américaine, Extreme makeover! Il faut se trouver un projet d’envergure.»

C’est L’Auberge Madeleine, un organisme qui vient en aide aux femmes seules, en difficulté ou sans-abri qui va hériter de la présence des 40 employés pour une rénovation extrême. Tout va y passer; plomberie, électricité, peinture.

Marc et son équipe sont enchantés des résultats: «À la fin de la journée, voir les visages des gens, c’est indescriptible. On sentait les remerciements à travers les accolades. C’était perceptible jusque dans le fond de leurs regards. C’était la plus belle reconnaissance que nous pouvions avoir. Tout simplement fantastique.»

En quatre temps

Chaque année, le Groupe Aldo réunit les superviseurs de ses magasins pour une semaine de formation. Une des journées est consacrée à développer l’esprit d’équipe. Des entreprises externes sont engagées pour structurer et organiser ces journées. Mais cela ne donnait pas grand chose de concret. Se basant sur le projet de Marc Vaillancourt, le comité d’organisation décide alors d’étendre le projet de Marc à toute l’entreprise. Le budget alloué à cette journée de formation sera investit dans la communauté.

En 2007, les organismes Logifem (femmes en détresse et leurs enfants), Chez Doris (filles enceintes de 15 à 20 ans), Les appartements supervisés Augustine-Gonzalez ainsi que la Maison Plein cœur (soutien aux personnes vivant avec le VIH)

bénéficieront de l’implication bénévole des 240 superviseurs des magasins du Groupe Aldo. Une journée de transformation où main d’œuvre et matériaux sont fournis, en plus d’une dose d’amour et d’encouragement.

Catherine Letarte, intervenante Chez Doris, se souvient encore très bien de cette expérience. «Ça a été un beau don de soi. Pas juste du matériel, mais beaucoup de créativité. Cela a eu un impact très positif. Pour une femme itinérante, ici c’est sa maison. Le projet a été stimulant pour tout le monde, autant pour les bénévoles que pour le personnel et les femmes qui fréquentent l’organisme.»

Encore aujourd’hui, les retombées ne cessent de se faire sentir! «Des groupes sont venus par la suite pour faire la peinture dans les autres sections.» Et le message de Catherine Letarte est clair. «Il y a beaucoup d’organismes en manque. Ils ont besoin de bénévoles. Faut pas se gêner, un coup de main est toujours apprécié et les occasions de s’impliquer sont infinies.»

Mission Bon Accueil

L’année 2008 est spéciale. Près de 350 employés du Canada, des États-Unis, de l’Irlande et d’Angleterre se retrouvent à Montréal pour la semaine de formation. Il faut trouver un projet d’envergure pour nourrir cette équipe de bénévoles.

Le Groupe Aldo contacte la Mission Bon Accueil pour offrir une journée de transformation extrême. La rénovation touche à tous les secteurs de l’organisme. Un chantier de construction de 94 000 pieds carrés!

Un projet qui dépasse le budget alloué pour la journée de formation. Pas de problème, tous les partenaires du Groupe Aldo seront mis à contribution. Une journée de transformation extrême qui nécessitera 8 mois de planification! Évaluer les besoins, les ressources, le matériel, préparer les plans, des fiches de travail par département…

Pour Valérie Martin porte-parole du groupe Aldo, c’est une réussite sur tous les plans. «La Mission Bon Accueil nous a proposé de publiciser l’événement. Malgré tout le travail accompli, la Mission Bon Accueil est peu connue. L’organisme communautaire s’implique auprès des jeunes, des familles et des itinérants depuis 1892! Nous avons accepté de publiciser cette action pour dire aux chefs d’entreprise que chaque petit geste compte, que le bénévolat n’est pas si difficile, c’est une piqûre. Ce que l’on fait est extrême, mais chacun peut trouver sa façon de faire. On veut en donner une vision positive et créer une mobilisation au Québec. Un tel événement crée un sentiment d’appartenance, une fierté.

Mais nous marchons sur des œufs. C’est facile d’être jugé et mal perçu par le public et les médias. C’est une lame à 2 tranchants. Nous nous sommes toujours impliqués dans le communautaire. En 1985, un de nos employés est décédé du Sida. Depuis, nous soutenons Youth Aids en prévention du Sida. L’organisme Cure, pour la prévention du cancer du sein, a notre soutien depuis 9 ans. Il y a aussi l’Hôpital de Montréal pour les enfants, la Fondation McGill…»

Isabelle Depalteau, porte-parole de la Mission, a eu des sueurs froides lors de la transformation extrême. «En inspectant le chantier de construction à 14 heures, j’étais convaincue que, malgré la bonne volonté de tous ces bénévoles, les travaux ne seraient jamais terminés à temps. À 17 heures, j’ai été bouleversée de voir à quel point c’était beau. Ils ont acheté des jeux, des équipements et des livres pour les jeunes. Des mots ont été peints sur les murs: amour, courage, persévérance, foi, partage.

J’ai été émue lorsque les jeunes sont entrés dans la salle. Un d’entre eux s’est exclamé: ‘‘J’ai jamais vu un endroit aussi beau de ma vie!’’. Pour les plus vieux, parfois l’entrée se fait avec un peu de tension et de bruit. Aujourd’hui, c’était paisible. Comme s’ils entraient dans une église.

En plus des enfants et des bénéficiaires de services, toute l’équipe de la Mission Bon Accueil a été estomaquée par cette transformation. Un souffle d’encouragement, une énergie nouvelle pour notre organisme, une reconnaissance du travail que nous accomplissons.

Même s’il y a d’autres organismes qui combattent la pauvreté, on la côtoie tous les jours. On a parfois l’impression d’être seul sur le terrain. Ils auraient pu se contenter de faire un chèque pour que les travaux soient réalisés. Nous avons reçu un don dont nous nous sou-viendrons chaque jour en entrant dans nos nouveaux locaux.

C’est aussi un message de responsabilité sociale. Je rêve d’un Canada qui serait chef de file en la matière.»

Et pour répondre à la question: que faisait Aldo Bensadoun, propriétaire du Groupe Aldo à la Mission Bon Accueil? Marteau à la main et vêtu d’un jeans, il a participé avec ses employés à une journée de transformation extrême pour mettre un peu de joie et de bonheur dans le cœur des gens qui viennent à la Mission chercher un peu de réconfort.

Le message est entendu


Le bouche à oreille amène l’histoire du Groupe Aldo et de son implication jusque dans les bureaux d’un cabinet de comptables, RSM Richter. Sa porte-parole, Ève Laurier, demande à Valérie Martin de rencontrer son équipe pour expliquer le projet du Groupe Aldo.

De cette rencontre naîtra un projet qui se déroulera le 4 juin. Parmi les propositions recueillies, 6 organismes seront sélectionnés pour représenter différents secteurs du milieu communautaire:

– Héritage Laurentien: organisme visant la protection et la mise en valeur des milieux naturels et du patrimoine historique.
– Peter Hall School: école spécialisé pour des jeunes de 12 à 21 ans avec un handicap intellectuel.
– Fondation Marie-Vincent: organisme qui vient en aide aux enfants de moins de 12 ans qui sont victimes de maltraitance, et plus particulièrement d’agression sexuelle.
– Grands frères grandes sœurs: jumelage de bénévoles avec des jeunes qui ont besoin d’une présence significative dans leur vie.
– Élisabeth House: centre de réhabilitation pour jeunes mères.
– Moisson Montréal: banque alimentaire.

Les 300 employés du cabinet RSM Richter choisiront l’organisme dans lequel ils voudront s’impliquer. S’il y a des constructions à réaliser, des bénévoles du groupe vont organiser une sortie avec les bénéficiaires pour qu’ils ne soient pas dérangés par les travaux et qu’ils aient une occasion de vivre une expérience spéciale. Le thème de la journée est approprié pour un bureau de comptable: Donner ça compte!

Comme le décrit Éve Laurier, «l’entreprise veut soutenir le bénévolat de ses employés. C’est important de redonner à la communauté. Ce sont des valeurs communes pour l’entreprise et ses employés, un événement rassembleur.»

PUBLICITÉ
show_image Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre, au coût de 9,95$ est disponible dans toutes bonnes librairies au Québec ainsi qu’à la Librairie du Québec à Paris.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :