Manipulation d’ADN sur des embryons

Modification de l’ADN

Le Royaume-Uni manipulera les embryons

La nouvelle est tombée comme un coup de couteau le 1er février: le Royaume-Uni autorise certains de ses chercheurs à modifier l’ADN d’embryons. Une 1re en Europe.

Delphine Caubet dossiers Santé, Science.

modification adn embryonsEn avril 2015, une partie de la communauté internationale scientifique s’était indignée contre des chercheurs chinois qui avaient modifié les gènes d’embryons. La « bible » de la science, le magazine Nature, avait d’ailleurs refusé de publier le résultat de ces recherches pour des raisons éthiques.

Fausses couches

Les recherches de Kathy Niakan de l’Institut Francis Crick au Royaume-Uni devraient théoriquement débuter en mars prochain.

La scientifique et ses collègues travailleront uniquement sur des embryons étant à leur 1re semaine de développement après fertilisation et doivent être détruits au bout de 2 semaines. Ils espèrent ainsi comprendre l’origine des fausses couches non accidentelles chez certaines femmes. Ce projet pilote porterait sur une trentaine d’embryons.

Urgence éthique

Pour travailler sur l’ADN des embryons, autant les chercheurs chinois qu’anglais utilisent une méthode développée en 2012 appelée Crispr-Cas9. Développée par une Française et une Américaine, cette technique permet de « découper » le gène défectueux directement sur l’ADN et de le remplacer.

Les chercheurs chinois ont utilisé le Crispr-Cas9 sur les embryons atteints d’une rare maladie du sang dont ils ont modifié l’ADN. Ils avaient indiqué avoir eu « de grandes difficultés » durant l’expérience et elle n’avait été concluante que pour une fraction des embryons manipulés.

Depuis le développement leur technique, l’Américaine Jennifer Doudna et la Française Emmanuelle Charpentier ont tiré la sonnette d’alarme en décembre 2015 sur l’utilisation du Crisp-cas9. Elles soulignent « l’urgence de discussions éthiques » et « l’instauration d’une série de garde-fous », comme l’explique Courrier international.

Autres textes sur Science

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicideLe guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Cocaïne: destruction des neurones

Consommation de cocaïne

La drogue qui pousse le cerveau à s’autodévorer

L’information est sortie à la fin de mois de janvier : des chercheurs américains de l’université Johns-Hopkins ont découvert que la cocaïne pousse les cellules du cerveau (les neurones) à s’autodévorer. Une nouvelle qui fait froid dans le dos.

Delphine Caubet dossiers SantéSciencedrogue

drogue cocaïne cerveauCe phénomène est appelé « l’autophagie hyperactive » et il a été constaté par les chercheurs américains sur des souris qui étaient sous l’effet de forte dose de cocaïne.

Dans le communiqué, le principal chercheur, Prasun Guha, explique que l’autophagie est un processus naturel dans le cerveau: «Il peut être comparé à une femme de ménage débarrassant les poubelles. Mais sous l’effet de la cocaïne, c’est comme si la gouvernante se mettait soudainement à jeter des objets de la maison très importants.»

Comme le rapporte le magazine Sciences et Avenir, Prasun Guha et ses collègues ont constaté que ce phénomène touchait également les souriceaux dans le ventre de la mère qui avait reçu de la cocaïne pendant la grossesse.

Poursuite des recherches

Pour l’instant, ces recherches n’ont été démontrées que sur les souris et les prochaines étapes des scientifiques sont de vérifier ce même phénomène se produit également chez l’homme.

Si tel était le cas, les chercheurs de l’Université Johns-Hopkins ont bon espoir de bloquer ce « cannibalisme neuronien » grâce à une substance chimique appelée le CGP3446B. Ce produit serait en phase II d’un essai clinique pour traiter entre autres la maladie de Parkinson.

Des recherches qui font froid dans le dos à suivre dans les années à venir.

Autres textes sur Science

Liberté… Un sourire intérieur

livre liberté poésie recueil sourire intérieurUn livre de poésie de 128 pages. Liberté politique, liberté journalistique, liberté émotionnelle… Toutes les couleurs de la liberté, individuelle et collective.

Une belle suite pour mon premier livre de poésie, Après la pluie… Le beau temps. Parce qu’après la crise… on peut trouver la liberté… sa liberté.

Liberté… Un sourire intérieur. Une façon de souligner les 5 000 exemplaires vendus du premier livre Après la pluie… Le beau temps.

Même prix que le premier livre publié en 1992 avec le même nombre de pages et écrit avec le même amour: 9,95$.

croissance personnelle développement personnel cheminement guide recueilAprès la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Au coût de 9,95$ chacun de ces livres sont disponibles par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 FREE

Par Internet. Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Marcher sur la lune ou combattre la pauvreté?

Programme Apollo

Le courage de combattre la pauvreté

Quand on se donne un objectif, que l’on y croit et que l’on se donne les moyens pour l’atteindre, on ne peut qu’arriver à nos fins.

Raymond Viger     Dossiers Communautaire, Société

programme apollo marcher sur la lune neil armstrong buzz aldrin espaceEn 1961, John F. Kennedy lance le programme Apollo. L’objectif est de démontrer la suprématie américaine dans l’espace en marchant sur la lune.

Huit ans plus tard, le 21 juillet 1969, avec un budget de 135 milliards (valeur 2005), le programme Apollo aura impliqué 400 000 personnes permettant à Neil Armstrong et Buzz Aldrin de marcher sur la lune.

Les 400 000 personnes impliqués dans le programme Apollo étaient les meilleurs de leur pays et n’avaient qu’un seul objectif en tête: marcher sur la lune.

Prière de la sérénité de la pauvreté

Aurions-nous le courage de se donner comme objectif de combattre la pauvreté avec la même énergie?

Aurions-nous la sagesse de se donner les moyens pour combattre la pauvreté?

Aurions-nous l’humilité d’accepter que de combattre la pauvreté ne donne pas de votes aux élections et n’a rien de prestigieux?

Autres textes sur Communautaire

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Abonnement au magazine Reflet de Société

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Nanotechnologies, quand la fiction devient réalité

Science

Nanotechnologies: beaucoup d’inquiétudes

Les nanotechnologies sont arrivées: dans la nouvelle machine à laver de Samsung, le papier photo de Kodak, la crème solaire TiO2, Donny le chien un toutou antimicrobien, des chaussettes Lexon, les ustensiles de cuisine, les lentilles photographiques de Nikon, les boissons énergétiques, etc.

Binh An Vu Van – Agence Science-Presse   Dossier Science

En tout, en février 2008, on comptait déjà 606 produits en tout genre, contenant des nanoparticules, destinés aux consommateurs. Ces particules sont minuscules – de la taille des atomes, des brins d’ADN ou des virus – mais sont promises à une myriade d’applications. On les imagine saupoudrées par milliard pour radicalement transformer toutes les industries: électronique, médecine, pharmaceutique, matériaux et même alimentaire.

Pas étonnant donc que les nanotechnologies aient fait l’objet de plus d’une douzaine de présentations au récent congrès de l’Association for the Advancement of science à Boston. Et la discussion portant sur la façon de réguler l’avalanche à venir de produits nanotechnologiques sur le marché donne froid dans le dos à ceux qui y ont assisté.

Toxicité des nanotechnologies

Bien que les nanotechnologies soient déjà chez le consommateur, on en connaît peu sur elles. «Nous ne savons pas encore s’il faut modifier la structure des législations actuelles, ni comment les modifier ou implémenter de nouvelles normes. Il y a trop d’inconnu», a admis Hermann Stamm de l’Institute for Health and Consumer Protection d’Italie devant une salle remplie de scientifiques et de journalistes. Comment veiller sur la santé des manufacturiers, des consommateurs et de l’environnement? «Il faudra répondre à trois questions avant de gérer les risques: quelles seront les caractéristiques de ces particules? Quelle est leur toxicité? Et dans quelles mesures serons-nous exposés?»

Mais en plus d’êtres nanoscopiques, les nanoparticules seront d’une diversité inimaginable; il suffit de penser à toutes les industries dans lesquelles elles interviendront. Cette diversité qui fait rêver d’applications extraordinaires est aussi la principale préoccupation des législateurs.

L’imprévisibilité des nanotechnologies

Les nanoparticules seront manufacturées en toutes sortes de tailles, de matériaux (typiquement ce sont des métaux, des oxydes de métaux ou des nanotubes de carbone) et introduites à tout moment dans les chaînes de production. Certaines s’agglomèrent, se dissolvent ou changent de phase en passant du liquide au solide, d’autres agissent comme catalyseurs chimiques. Pour corser le tout, à l’échelle des atomes, les propriétés physico-chimiques sont imprévisibles.

En plus de caractériser ces molécules, il faudra connaître leurs effets sur notre santé. Car, elles pénètreront sans difficulté le corps humain, par la peau, les voies respiratoires, par ingestion. Elles sont si petites qu’elles peuvent infiltrer les organes, se brancher sur des protéines, se faire ingérer par des cellules et s’accumuler dans le corps.

Devant la nécessité de cette large collecte de données, Hermann Stamm a lancé un appel à une collaboration internationale: «C’est une tâche impossible sans la contribution de tous. Il faut établir des méthodes systématiques pour évaluer avec fiabilité les nouvelles nanoparticules, ce qui nécessitera des physiciens, des chimistes, des biologistes, etc.» Les chercheurs devront mettre les bouchées doubles pour ne pas perdre la confiance du citoyen, déjà échaudé par les OGM, le clonage et autres créations de la science.

 

Liste de tous les produits utilisant les nanotechnologies:

http://www.nanotechproject.org/inventories/consumer/

Autres textes sur Science

Votre cerveau fonctionne-t-il différemment de celui des autres?

Intérêt envers les sciences des pays pauvres

Développement de l’enfant, nutrition et problèmes d’apprentissage

Jeux vidéos et industrie numérique

Électrosensibilité, causes et symptômes

Les roses de la St-Valentin empoisonnées

L’actualite, la science et les medias

Québec Science, un magazine du Québec

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

L’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé, le livre!

Comment assurer d’être bien référencé pour votre blog ? Comment fidéliser les internautes ? Comment augmenter son trafic ? Comment interagir avec un Throll qui commente votre blog ?

guide-referencer-blog-referencement-naturel-livre Maintenant disponible, le livre Référencer son blogue, un mot à la fois. Un livre sur l’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé.

Écrire pour un blogue est différent que pour un magazine ou un journal. Comment maîtriser une technique simple et efficace pour que votre billet soit bien référencé par les moteurs de recherche tout en étant pertinent et cohérent pour les internautes? Les techniques d’écrire qu’il faut maîtriser sont expliqués dans ce guide.

Le guide est accessible à tous et facile d’utilisation. Il est une bonne référence autant pour la personne qui veut débuter un blogue que celle qui travaille pour un média et qui veut augmenter son trafic et son rendement.

Pour commander le livre, par Internet aux Éditions TNT, par téléphone au (514) 256-9000 au coût de 9,95$ ou encore pour les dates des prochaines formations.

Votre cerveau fonctionne-t-il différemment de celui des autres?

Science et bénévolat

Le mystère du don de soi

Êtes-vous altruiste? Si oui, votre cerveau pourrait bien fonctionner un peu différemment de celui des autres.

Agence Science-Presse   Dossier Bénévolat

Une équipe de neuroscientifiques du Centre médical de l’Université Duke, en Caroline du Nord, a identifié la zone de charité dans le cerveau. Cette région serait beaucoup plus active chez les personnes généreuses.

Même si cette découverte ne permet pas aux scientifiques de comprendre le comportement des Mère Teresa de ce monde, elle leur donne des indices sur l’origine de certains comportements comme l’altruisme. La science s’est souvent questionnée sur le comportement de ces personnes qui placent le bien-être des autres avant le leur, parfois même au détriment de leur vie.

Selon un point de vue évolutionniste, c’est un non-sens. Cette attitude n’a pour but ni de léguer ses gènes, ni d’assurer sa survie. Les chercheurs estiment que les comportements altruistes pourraient davantage être motivés par la façon dont les gens voient le monde plutôt que par la façon dont ils agissent.

Autres textes sur le Bénévolat

Louise Gagné, bénévole de l’année

Prix hommage Bénévolat-Québec

Le communautaire en action: des gens de coeur

Bénévolat, Vidéo et DVD

Charite bien ordonnee commence par nous tous

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicideLe guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

 

Intérêt envers les sciences des pays pauvres

Rendre les cours de science moins ennuyant

Que ceux qui aiment les sciences lèvent la main

Plus le pays est riche, et plus l’élève risque de trouver les cours de science ennuyeux et inutiles. Plus le pays est pauvre, et plus l’intérêt est élevé.

Agence Science-Presse   Dosssiers ÉducationInternational

C’est l’un des plus étonnants constats —mais jusqu’à récemment passé inaperçu— d’une l’étude internationale sur l’utilité de l’enseignement des sciences (ROSE, pour Relevance of Science Education). Une étude qui n’est pas terminée, mais dont certains résultats ont déjà commencé à être rendus publics. Et ce résultat-là a fait jaser.

Car la corrélation qui se dégage entre la richesse du pays et l’intérêt pour la science est très forte. Si on classe les pays en fonction de l’indice du développement humain des Nations Unies, les deux courbes se suivent en parallèle. Au bas de l’échelle, dans des pays comme le Bangladesh, le Ghana et l’Ouganda, le désir de devenir un scientifique parmi les enfants de 15 ans est à son plus fort.

Pour ces pays-là, ce n’est pas étonnant, considérant qu’une carrière scientifique peut être vue comme une façon de sortir de la pauvreté. Mais comment expliquer qu’à l’autre extrémité de l’échelle, l’intérêt pour les sciences soit systématiquement aussi bas? Et y a-t-il quelque chose à faire?

Rendre les cours de science moins ennuyants

L’étude, qui porte sur des dizaines de milliers d’enfants, est coordonnée par Camilla Schreiner et Svein Sjoberg, de l’Université d’Oslo, en Norvège. Elle n’est certes pas la première à pointer du doigt que quelque chose ne tourne pas rond dans l’enseignement des sciences. Depuis des décennies, bien des chercheurs occidentaux, comme le Britannique Michael Reiss qui en parle dans le New Scientist, ont constaté que «les enfants de 11 ans qui arrivent à l’école secondaire sont intéressés à étudier les sciences, et enthousisasmés par la perspective de travaux pratiques dans des laboratoires excitants… Mais malheureusement, la majorité auront trouvé les cours de science ennuyants et inutiles.»

Pas assez ancrés dans l’actualité, pas assez d’espace pour des débats, pas assez de choix… Ce sont les critiques qu’on entend dans à peu près tous les pays. Sans compter la pire de toutes: la science, c’est pour les gens plus intelligents que moi.

Parmi les solutions envisagées:

  • Sortir la science des salles de cours
  • Encourager l’apprentissage par d’autres canaux comme les musées et leurs salles pour les jeunes
  • Voir la science comme une façon de résoudre des problèmes plutôt qu’un savoir à apprendre par coeur
  • Commencer par quelque chose qui suscite l’intérêt des jeunes, comme de simuler la gestion d’une réserve naturelle ou choisir l’emplacement d’une usine de produits chimiques…

Ça nécessiterait, bien sûr, une réécriture majeure des programmes.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicideLe guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

.

Développement de l’enfant, nutrition et problèmes d’apprentissage

Malnutrition et problèmes d’apprentissage

Pauvreté et développement de l’enfant

Influence de la pauvreté et de la négligence sur le développement de l’enfant. Solutions simples et efficaces pour soutenir l’enfant dans ses apprentissages.

Agence Science-Presse, Dossier Éducation, Famille

Au moins 200 millions d’enfants de moins de cinq ans des pays en développement n’arriveront jamais à développer leur plein potentiel intellectuel à cause de malnutrition et d’un manque de stimulation social et cognitive. C’est plus que l’entière population des enfants de l’Amérique du Nord et de l’Europe.

Solutions au développement de l’enfant

Sally Grantham-McGregor et ses collègues du Collège universitaire de Londres en Angleterre estiment que la majorité de ces enfants parviendraient à se développer grâce à des programmes simples et peu coûteux.

Troubles de l’apprentissage et déficiences en iode et en fer

Selon ce groupe de recherche, la malnutrition et conséquemment, la déficience en iode et en fer qui en résulte, serait l’une des principales causes des problèmes d’apprentissage des enfants. Une autre cause serait liée au peu d’activités stimulantes exécutées par ses enfants pour développer leur cerveau.

Ces enfants désavantagés lors de leurs premières années gagnent généralement moins bien leur vie que les autres qui ont connu un meilleur début. Aider ces enfants à obtenir une meilleure nutrition et une stimulation adéquate contribuerait à prévenir le cycle de la pauvreté, selon Mme Grantham-McGregor.

Les problèmes de développement cognitifs des enfants ne touchent pas uniquement les pays en développement. Aux États-Unis seulement, 200,000 enfants de moins de six ans sont placés en foyer d’accueil à cause de négligence.

Autres textes Éducation

Grandir loin de toute scolarisation

École à la maison, caravane étudiante

Réussir à l’école malgré un trouble de l’apprentissage

Kistcisakik: le village sans école

Écoles musulmanes à Montréal

Choisir l’école à la maison

Apprentissages clandestins

Éducation désaccordée

CAP libre: éducation alternative pour jeunes décrocheurs

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

conte-illustre-enfant-jeune-ecrivain-livre-illustrationConte illustré ralliant l’imagination débordante de Patrick Viger, un jeune de 15 ans, l’expérience littéraire de Raymond Viger et les illustrations professionnelles de Victor Panin. Patrick Viger a commencé à écrire en duo avec son père dès l’âge de 8 ans. Cette écriture a commencé par un jeu; une façon d’établir une relation entre un père et son fils. Ce conte illustré a été écrit pour le plaisir et l’amusement. 4,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

.

%d blogueurs aiment cette page :