Rappeur et santé mentale

Audace, Rappeur et

patient de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal

Mais le mérite revient à ma mère, je n’essaie que de faire honneur à ce nom. J’écris cet article pour vous parler de mon expérience lors du spectacle des Incassables, un collectif d’artistes aux prises avec des problèmes de santé mentale. Pour réaliser ce show, les membres des Incassables ont suivi un atelier de création et de chant avec le rappeur Patrick Joseph, alias B.U.

Avant, je sortais rarement de chez moi et encore moins pour me faire de nouveaux acolytes. J’étais plutôt porté vers l’isolement, je me coupais de tout et de tout le monde. J’avais perdu confiance en moi et je ne croyais pas pouvoir apporter quelque chose de bien aux autres et à moi. Mais cette activité m’a redonné confiance en moi et elle a stimulé mon engouement pour la musique.

J’écris et compose des chansons depuis bien longtemps, mais Patrick m’a fait découvrir la musique d’une tout autre façon. Moi qui étais habitué à faire ma production maison, et lors de spectacles, à jouer l’instrumental en play-back. Mais avec Patrick, en plus d’apprendre à jouer avec un band, j’ai appris des techniques de scène comme la direction d’un groupe et la communication avec les musiciens.

Notre coach m’a beaucoup appris sur le leadership, je regardais souvent comment il arrivait à inclure tout le monde. Je suis habitué à travailler seul sur mes projets, mais lors de ces ateliers j’ai appris à créer en groupe. On a beaucoup échangé sur les techniques d’écriture de rap. Patrick m’a aussi beaucoup appris sur l’industrie du disque, mais ça, c’est classé confidentiel, et reste entre lui et moi.

Cet atelier me servira toujours puisque la musique est un domaine dans lequel j’aimerais percer et le spectacle des Incassables m’a redonné goût à la scène et a ravivé en moi la flamme artistique qui avait pris un méchant coup avec mon anxiété et mon agoraphobie. Ma maladie m’avait complètement paralysé et ce show a été libérateur pour moi. Il a libéré une partie de moi que je voyais mourir à petit feu et sa préparation m’a aidé dans ma démarche de guérison.

Je n’oublierai jamais cette soirée. Merci à tous ceux qui se sont déplacé ce 12 février 2016 pour assister au spectacle et nous encourager. Je remercie tous les membres des Incassables, B.U pour son excellent travail de coaching, ainsi que les membres du live band (les Indisciplinés). Un merci spécial à Janine Casimir, notre infirmière, pour son implication et à Delphine Caubet et au magazine Reflet de Société pour leur support. Merci à tout le staff du Bistro le Ste-Cath de nous avoir supportés durant nos pratiques et pour leur excellente bouffe.

Rendez-vous avec moi-même

Sur un coin de rue,
Je me suis donné rendez-vous.
Demande pas pourquoi,
Ça fait longtemps, je m’étais vu.
Agoraphobe anxieux,
Je n’avais plus le dessus.
Mais aujourd’hui,
Je réclame mon reçu,
J’ai rendez-vous avec nul autre
Que mon destin.
Le passé a bien façonné
Le chemin.
Mon futur est clair,
Au point que j’aperçois demain,
Mon nom sur l’affiche.
Toi qui tape des mains,
Je roule dans la ville,
Et j’ai perdu mes freins,
Plus rien ne m’arrête,
Sauf le oh-là des saints.
Clair quand je roule,
Toutes mes routes sont divines,
Clair avec qui je roule,
Il change l’eau en vin.

Quand j’y pense,
Mon chemin était tracé.
Sur ma route,
J’ai su éviter le danger.
Mais la maladie
M’a pris sans m’épargner.
15 ans de misère,
Je n’ai pu m’en écarter.
Pour m’échapper, m’évader,
Je chantais.
Changement d’esprit et de cœur,
Quand j’écrivais,
Connecté au haut des cieux,
Mes vers se versaient.
Chaque jour une track de plus,
Quand je perchais,
Habilité venant de Dieu,
M’était donnée.
Alors je puise dans l’espoir,
De récolter,
M’envoler, m’emporter,
Pour remporter.
Car les lois de mon Dieu,
Disent j’ai gagné.

couverture.jpgVanessa, Voyage dans les Caraïbes

Un roman humoristique sur la sexualité

Un roman qui, je l’espère, pourra être lu autant par des jeunes qui s’éveillent à leur sexualité, qu’à des adultes qui veulent guérir des zones de grandes blessures.

Si vous avez peur que votre jeune ne soit pas encore assez vieux ou mature, accompagnez-le dans sa lecture. Soyez prêts à répondre à ses questions, à en discuter ouvertement avec lui.

Ce roman a été nourri par des années de travail de rue et de thérapie dans différents milieux. Des instants privilégiés qui auront permis de recevoir de grandes quantités de confidences sur un sujet, trop souvent tabou.

Bonne lecture et bon voyage dans les Caraïbes avec Vanessa.

L’amour en 3 dimensions Roman sur la relation aux autres

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement
Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$. Une co-écriture avec le journaliste Colin McGregor a permis de présenter une version anglophone LOVE in 3D.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet:Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Publicités

Louis H Lafontaine au Bistro le Ste-Cath

Les Incassables

Le mariage de la santé mentale et de l’art

Les Incassables sont le groupe qu’ont formé les participants du projet Diapason. Pendant 12 semaines, une dizaine de jeunes suivis par l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal ont reçu des cours d’écriture et de chant par Patrick «B.U» Joseph, gérant du Bistro le Ste-Cath.

Delphine Caubet Dossiers Santé mentaleRap

Bistro le Ste-Cath Louis H Lafontaine santé mentale chorale art de la scèneLe 12 février 2016, ils se sont produits sur la scène du bistro, au même titre que les autres artistes professionnels.

Extrait des commentaires reçus:

«Super performance de nos artistes! Merci beaucoup au band et à toi B.U.»
Janine Casimir, infirmière et responsable du projet.

«Quel beau projet valorisant! J’ai le bonheur d’avoir assisté à cette soirée mémorable, d’avoir été témoin de ces superbes prestations.

Une soirée remplie d’émotions, de fierté, de dépassement, de confiance, de coups de cœur, de belles découvertes de talents. Parfois, j’en oubliais de respirer, éblouie par leur épanouissement.

Merci les Incassables pour cette superbe soirée de feu!»
Natasha Provencal

«Cette soirée était vraiment nice. Respect à Patrick BU Joseph.»
Bruno Robitaille, participant

«Les artistes nous donnaient envie de chanter et de danser tandis que leur plaisir était communicatif. Entre vous et moi, entre une technique parfaite d’un grand nom et le cœur des Incassables… je redemande ces derniers.»
Extrait des chroniques du Bistro le Ste-Cath.

«Ils m’ont inspiré et m’ont montré la valeur que la musique a pour eux. Au fond, on est tous pareil, sécurise-les et tu auras le meilleur d’eux.

Leur force m’a touché. Même la mère de l’un des participants ne l’a pas reconnu. Elle a vu une facette de lui qu’elle n’avait encore j’amais vu. Ça a été un privilège de les accompagner. »
Patrick «B.U» Joseph, animateur.

«Une soirée INCLASSABLE. Merci pour cette soirée pleine d’émotions. Merci d’avoir partagé votre vie avec nous!»
Dany Paradis

«Merci pour cette soirée remplie de lumière! Un gros bravo aux Incassables, vous êtes la preuve que le bonheur ça se touche!»
Francis Legendre.

«Une soirée coup de cœur!»
Esther Duchesneau

«Merci Georges Dutil pour ce beau témoignage photographique. Aussi, mes remerciements à nos jeunes artistes, à l’équipe du Café Graffiti/Bisto le Ste-Cath et mon guru du moment M. Patrick BU Joseph!»
Mourad Benfodil, infirmier et bassiste pour les Incassables

«Where there’s a will, there’s a way.»
Nicky Vallières

«Activité mémorable et performance des artiste magique. Bravo à tous j’en suis très fier!»
Samuel, cuisinier et mentor.

«Je n’oublierai jamais ce moment, il est gravé dans ma mémoire. Merci à tout le crew pour ce cadeau. Merci aux artistes, le band, merci à Janine Casimir, le coeur toujours à la bonne place. Un merci spécial à B.U, c’était un plaisir de travailler avec toi. Tu nous as beaucoup appris.

Merci au St-Cath pour cette opportunité. Merci à tous ceux qui sont venus voir ce spectacle et qui en ont fait un succès. Merci pour votre support.»
Audace, participant.

Autres textes sur Santé mentale

Abonnement au magazine Reflet de Société

magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Kharoll-Ann Souffrant, une grande bénévole

Les grands bénévoles du Québec

Gens de coeur Manuvie

Raymond Viger Dossier Bénévolat

http://www.refletdesociete.com/benevolat-benevole-volontaire-solidarite-aide-humanitaire-association-communautaire/Radio-Canada, à travers ses émissions: Entrée principale, C’est ma toune, Tout le monde en parle et Pour le plaisir participent au concours Gens de coeur Manuvie.

Une occasion particulière pour faire connaître les grands bénévoles du Québec.

Il y aura 10 finalistes choisi aux hasards.

Aujourd’hui, nous venons d’apprendre que Kharoll-Ann Souffrant vient de faire parti des finalistes.

Bravo Kharoll-Ann et bonne continuité dans ton implication.

Autres textes sur le Bénévolat

Abonnement au magazine Reflet de Société

magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

La santé mentale sous un nouveau jour

Souper de financement pour la santé mentale

Rassemblement Jack.org

Raymond Viger  Dossier Santé mentale

santé mentale prévention intervention financement jack.orgMon nom est Kharoll-Ann Souffrant. J’ai été sélectionnée parmi plus de 820 candidatures pour aller rejoindre 199 autres jeunes de partout au Canada au sommet de l’organisme Jack.org qui aura lieu à Toronto du 4 au 6 mars 2016.

Jack.org est un organisme qui vise à enrayer le tabou et la stigmatisation entourant la maladie et la santé mentales. Son approche est unique, car elle utilise la voix des jeunes pour le faire considérant que la grande majorité des troubles mentaux se déclarent à l’adolescence ou au début de l’âge adulte.

L’organisme défraye les couts pour le séjour à Toronto. Ils demandaient cependant à chaque jeune de collecter des fonds pour l’hébergement et le déplacement ainsi que l’organisation de l’événement. Ceux-ci seront réinvestis dans l’organisme afin qu’il puisse poursuivre sa mission.

Je vous invite donc à un souper-bénéfice le 1er mars 2016 au Bistro Ste-Cath à 20h. Les billets sont en vente à 23$, 34,50$ et 46$ (taxes et service inclus).

Réservations (514) 223-8116.

Autres textes sur Santé mentale

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicideLe guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Groupe de soutien sur Facebook

Réseaux sociaux

Une aide au bout de la ligne?

Pour me préparer à un article, je suis depuis plusieurs semaines des groupes Facebook consacrés à la bipolarité. Dans ces groupes de soutien, les membres parlent de leur quotidien, de leurs sentiments. Beaucoup de petites choses qui parfois peuvent m’échapper en tant que non bipolaire.  Je suis donc devenue une fidèle lectrice.

Delphine Caubet dossiers Santé mentaleInternet.

hairy-skin-2-1351907-mLes semaines ont défilé. Je commençais à connaître les membres du groupe, tandis que je m’étais présenté aux administrateurs en leur exposant l’objectif de ma présence. Une présence passive. Je voulais rentrer dans la tête de ces personnes pour comprendre ce qu’est être bipolaire.

Ces groupes sont comme un exutoire pour les membres. Ils y parlent de façon très explicite de leur quotidien et de leurs inquiétudes/expériences en hôpital psychiatrique. C’était ce que je recherchais, mais avoir accès aux pensées de plusieurs centaines de personnes pour la plupart en phase de dépression peut «plomber» un individu.

Omniprésence de Facebook

Comme d’autres, j’ai mon Facebook ouvert pendant que je suis au travail. Même si le coté divertissement est présent, et il surtout indispensable à mon métier.

Un groupe avec plusieurs centaines de membres venant de toute la francophonie, c’est 24 heures sur 24 que les messages affluents… que je sois au travail, le soir chez moi, la fin de semaine, etc. Les posts de mes amis sont entrecroisés de scarification et de dépression. Évidemment, ça ne tenait qu’à moi de régler mes paramètres pour ne plus que les messages du groupe apparaissent dans mon fil. Mais je voulais comprendre.

Sincèrement, au début tout cela ne m’atteignait pas. Mais au fil des semaines, je me suis sentie envahi par les récits de montées de violence et les épisodes suicidaires.

Cela me faisait penser aux journalistes qui ont fait le test d’aimer sur Facebook une page consacrée à l’islam radical. En quelques heures, c’est leur fil entier qui s’est transformé en message de propagande. Un des journalistes avait d’ailleurs confié être bouleversé par cette expérience.

La mienne n’avait aucun rapport évidemment et je n’étais pas parti avec l’objectif de faire une expérience.

Mais un soir, l’une des membres écrit qu’elle va se suicider, elle est prête. Les messages tentant de la dissuader vont crouler et une personne en particulier est atteinte. Elle est quasiment en crise de panique.

Le lendemain, la membre qui avait déclaré vouloir se suicider s’est excusée et a annoncé se prendre en main. Mais pour d’autres, ces quelques lignes ont été importantes et les ont affectés au point que le psychiatre de l’un d’eux lui demande de se retirer de ce groupe.

Aide en bout de ligne?

Pour mon article, j’ai fait différentes entrevues et la majorité loue les services que peuvent rendre les réseaux sociaux. Les personnes ayant une dépendance, par exemple, peuvent y trouver un soutien à 3h matin s’ils sont au bord de la rechute. Pour ceux qui sont isolés, c’est une façon d’échanger avec d’autres comprenant leur réalité.

Mais la question que je me pose est: est-ce que ces groupes peuvent biaiser la réalité et maintenir dans un certain marasme les membres? En période d’inquiétude, on veut partager, exprimer ce que nous avons sur le cœur. Mais lorsque tout va bien, les personnes ont davantage tendance à sortir de ces milieux pour profiter de leur vie. L’intervention se fait donc beaucoup entre personnes en crise. Est-ce toujours pour un bien?

Et vous, fréquentez-vous des pages de soutien? Comment le vivez-vous?

Autres textes sur Santé mentale

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicideLe guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Pupitres vélos pour élèves hyperactifs

Vélos pour hyperactifs

Pour produire de l’énergie

Raymond Viger Dossiers SantéSanté mentaleEnvironnement

60601da2-0f60-41fc-b211-6f77d4454e73_ORIGINALUne école de Laval fournirait des pupitres vélos pour ses élèves hyperactifs. Une façon de les aider à se concentrer en faisant de l’exercice.

L’idée est intéressante. Est-ce que les promoteurs de cette idée ont pensé à relier ces vélos à des génératrices pour produire de l’électricité?

Une façon additionnelle de permettre aux hyperactifs de prendre une place positive dans notre société.

Photo le Journal de Montréal, Pierre-Paul Poulin.

Autres textes sur Environnement

L’amour en 3 dimensions.

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone:  (514) 256-9000 , en région:  1-877-256-9009  Par Internet:
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Anecdotes parfois comiques d’un dyslexique

Vivre avec sa dyslexie

Raymond Viger       Dossier DyslexieHumour

dyslexie marianne verville india desjardins ginaMa vie de dyslexique peut en faire sourire plus d’un. Mon horaire chargé facilite la confusion dans mon cerveau.

Dernier anecdote à mon actif, voir India Desjardins avec Marianne Verville à Tout le monde en parle et écrire un message à sa soeur Gina Desjardins en pensant que c’était India. India Desjardins et Marianne Verville y présentait le 2e film de la série Aurélie Laflamme.

Malgré que je connaissais les 2 soeurs et leurs différences, pour un dyslexique comme moi, India et Gina, ça se ressemble pas mal.

gina desjardins india marianne verville dyslexie santé mentaleAprès avoir reçu mon message, Gina a été gentille de m’aviser que je me trompais de personne. Cela m’a permis de faire parvenir à sa soeur le message que je lui destinais.

C’est le genre d’anecdote avec lesquelles je dois vivre régulièrement.

Autres textes sur Dyslexie

Autres textes sur Santé mentale

PUBLICITÉ

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleL’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :