Jacques Parizeau et le Journal de Montréal, aberration totale

Le sensationnalisme du Journal de Montréal

Le décès de Jacques Parizeau

Raymond Viger  Dossiers MédiasPolitiqueFrancophonieJournal de Montreal

Jacques_Parizeau décès journal de montréal commentaires disgracieux anglophonesJacques Parizeau. Mes plus sincères condoléances à sa famille, ses amis et ses proches.

Mes sympathies aussi à tous les Québécois qui sont ébranlés par le départ de Jacques Parizeau.

La très grande majorité des médias et beaucoup de réseaux sociaux ont rapidement commenté cette nouvelle.

Ma conjointe a été très surprise de voir un grand dossier dans La Presse sur la vie de Jacques Parizeau mais absolument rien dans le Journal de Montréal.

Manque de temps? Manque de journalistes? Peur qu’on accuse le Journal de Montréal d’être en conflit d’intérêt avec le propriétaire Pierre Karl Péladeau qui fait parti du Parti Québécois tout comme Jacques Parizeau?

Ce qui m’a choqué de la part du Journal de Montréal aura été le traitement de la nouvelle le lendemain:

Des commentaires disgracieux suite au décès de Jacques Parizeau.

Le sujet méritait d’être couvert. Jacques Parizeau a été le sujet de nombreux commentaires disgracieux de la part d’anglophones. La nouvelle s’arrêtait là. Copier – coller ces commentaires pour les publier était-il pertinent? Est-ce que de publier les imbécilités de certains internautes est un journalisme digne de ce nom?

Un article qui n’est pas signé. C’est vrai qu’être journaliste ça doit être gênant de signer un article qui se contente de copier – coller ce que l’on retrouve dans les réseaux sociaux.

Possiblement que pour le référencement dans les moteurs de recherche ce genre d’article qui copient à l’infini le nom de Jacques Parizeau doit être payant.

Il fût un temps où le sensationnalisme servait à vendre de la copie. Maintenant le sensationnalisme sert à gagner des points Google de référencement.

Le genre d’exemple où les nouveaux moyens de communication n’aident pas notre société à être mieux branché.

Mes sympathies à tous pour cette navrante conclusion, spécialement à la famille et aux proches qui pourraient être blessé par le traitement que le Journal de Montréal a fait ici.

Autres textes sur Média

Abonnement au magazine Reflet de Société

magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet:http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

 

Patrick Lagacé traité de journaliste nombriliste

Patrick Lagacé traité de journaliste nombriliste

Raymond Viger    Dossier Presse communautaire, Médias, Patrick Lagacé, La Presse

Patrick lagacé a écrit un billet sur le maire de Roxton Falls, Jean-Marie Laplante. Le maire Laplante demande le boycott du journal La Pensé de Bagot et de sa journaliste Ariane Faribault.

À la suite du billet de Patrick Lagacé, on peut lire le commentaire de ramses2.1:

Nombrilisme 101. Les journalistes qui parlent des problèmes des journalistes.

Je suis choqué et outré de ce commentaire de ramses2.1. Quand les maires attaquent des journaux qui font des enquêtes sur eux. Quand les maires menacent ces journaux et ces journalistes pour avoir osé questionner les pratiques parfois irrégulières des gouvernements municipaux, on ne se limite pas à un problème de journalistes. C’est toute la démocratie d’une société qui est attaquée.

Le 2e commentaire, celui de AxEl_R n’a rien pour me remonter le moral:

Malheureusement, le maire va gagner. Les gens vont boycotter le journal, les publicité se feront rares et la journaliste va perdre son emploi parce que le journal va fermer.

J’ose croire que le militantisme et la mobilisation existe encore au Québec. Parce qu’il est le maire, il faut qu’il gagne? Parce que les Québécois n’ont pas le droit d’être rebelle et de s’élever contre l’autorité quand celle-ci dérape?

L’histoire a débuté avec Michel Laliberté, blogueur pour la Voix de l’est et repris par Patrick Lagacé dans son blogue.

Reflet de Société, participant au Congrès des médias écrits communautaires du Québec (AMECQ) de mai dernier, avait entendu plusieurs histoires d’horreurs de ce genre. Nous avons offert aux médias des régions de faire une réflexion sur les pressions reçues et de les partager sur notre blogue. Les commentaires et les histoires reçus seront imprimés dans le prochain magazine de l’association en septembre prochain. Même si les histoires sont connus et que nous les avons entendues, nous avons été très surpris de se rendre compte que personne n’a osé les présenter publiquement sur le blogue.

Si on veut que les choses changent, il faut commencer par nommer ce qui nous dérange. Si nous n’osons pas ramener sur la place publique tous ces cas d’abus contre la démocratie, les abuseurs vont continuer à régner en grand maître.

Pendant ce temps, Renart L’éveillé cherche la vérité au sujet d’un pseudo blogueur journaliste, Pascal-Pierre Bradette, tandis que Cécile Gladel résume la situation.

PS 26 juin 07:25. Le débat du pseudo blogueur journaliste Pascal-Pierre Fradette a débordé et Patrick Lagacé a été nommé par Renart L’éveillé. Celui-ci vient de lui écrire une lettre ouverte sur son blogue. Patrick Lagacé, retrouvant un accès Internet, avait donné sa réponse sur le site de Martin Comeau. Patrick Lagacé en a fait le sujet de son blogue.

PS 28 juin 2009. Pendant que des maires attaquent des journalistes, Pierre Cayouette nous ramène une autre réalité. Va-t-il rester des journaux pour que les journalistes y écrivent?

Autres textes sur Média

Huffington Post arrive au Québec

Le Globe, un nouveau webzine au Québec

RueMasson.com le blog du Vieux-Rosemont

Le magazine des journalistes frappe un iceberg!

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicideLe guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Gestion de risques: la nouvelle stratégie de Gesca

Gestion de risques, la nouvelle stratégie de Gesca

Ariane Aubin                      Dossier Économie

Le couperet est enfin tombé. Il pendait au-dessus de la tête des journalistes de la Presse depuis déjà longtemps, crise des médias écrits oblige. Disparition du cahier Actuel, cure de minceur des cahiers spéciaux, abolition brutale des stages d’été… Disons, et c’est un euphémisme, qu’en 2009 le grand quotidien montréalais aura mangé toute une volée.

La Presse nous montrait, disais-je, tous les symptômes d’une maladie chronique de plus en plus répandue: le manque de financement en presse écrite. La rumeur courait déjà depuis plusieurs jours que l’édition dominicale du journal serait sacrifiée sur l’autel de crise économique; mais sa confirmation par le président de La Presse, Guy Crevier, a quand même créé tout une onde de choc ce lundi. Le diagnostic n’est pas moins désagréable à entendre lorsqu’il est anticipé!

Peut-être est-ce parce que la mesure s’est accompagnée d’une promesse de baisses salariales pour les employés du géant médiatique? Des conditions qui souvent ont été acquises après d’âpres luttes syndicales et des négociations serrées et que les journalistes ne laisseront pas filer sous leur nez de gaieté de coeur. Dans son analyse de la stratégie économique de La Presse, Jean Gagnon s’intéresse toutefois à une nouvelle stratégie avec laquelle flirtent plusieurs patrons – ceux qui possèdent La Presse, à Gesca (une filiale du géant Power Corporation) ne faisant pas exception – en cette période de crise: la gestion partagée des risques. En résumé: vous vous sacrifiez maintenant et si les affaires reprennent, vous en profiterez plus tard.

Une façon pour les patrons de montrer leur reconnaissance aux employés qui resteront solidaires dans la tourmente, ou un moyen détourné de leur dire: «Si nous coulons, vous coulerez avec nous»?

PUBLICITÉ

show_image Poésie urbaine. Renaissance. Depuis 1997, Jean-Simon Brisebois s’est découvert une passion pour écriture. Il s’implique activement dans divers projets communautaires dans Hochelega-Maisonneuve.
Renaissance est un recueil de pensées et de poèmes parlant autant de son amour de la vie que d’espoir. 4,95$

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Crise entre le journal La Presse et ses journalistes

Crise entre le journal La Presse et ses journalistes

Ariane Aubin                                            Dossier Économie

Le couperet est enfin tombé. Il pendait au-dessus de la tête des journalistes de la Presse depuis déjà longtemps, crise des médias écrits oblige. Disparition du cahier Actuel, cure de minceur des cahiers spéciaux, abolition brutale des stages d’été… Disons, et c’est un euphémisme, qu’en 2009 le grand quotidien montréalais aura mangé toute une volée.

La Presse nous montrait, disais-je, tous les symptômes d’une maladie chronique de plus en plus répandue: le sous-financement des médias imprimés. La rumeur courait déjà depuis plusieurs jours que l’édition dominicale du journal serait sacrifiée sur l’autel de crise économique; mais sa confirmation par le président de La Presse, Guy Crevier, a quand même créé tout une onde de choc ce lundi. Le diagnostic n’est pas moins désagréable à entendre lorsqu’il est anticipé!

Peut-être est-ce parce que la mesure s’est accompagnée d’une promesse de baisses salariales pour les employés du géant médiatique? Des conditions qui souvent ont été acquises après d’âpres luttes syndicales et des négociations serrées et que les journalistes ne laisseront pas filer sous leur nez de gaieté de coeur. Dans son analyse de la situation précaire de La Presse, Jean Gagnon s’intéresse toutefois à une nouvelle stratégie avec laquelle flirtent plusieurs patrons – ceux qui possèdent La Presse, à Gesca (un groupe affilié au géant Transcontinental) ne faisant pas exception – en cette période de crise: la gestion partagée des risques. En résumé: vous vous sacrifiez maintenant et si les affaires reprennent, vous en profiterez plus tard.

Une façon pour les patrons de montrer leur reconnaissance aux employés qui resteront solidaires dans la tourmente, ou un moyen détourné de leur dire: «Si nous coulons, vous coulerez avec nous»?

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

show_imageCA6F0NF7 CD de musique Soul, R n B., Hip Hop. Rappeur et rap music de Bu The Knowledgist, L’Queb, HD, Marilyn, Ol1KU. 9,95$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: cafegraffiti.net
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Stage de journalisme international au Vietnam Le Quotidien, le blogue et Cyberpresse

Stage de journalisme international au Vietnam

Le Quotidien, le blogue et Cyberpresse

Dossier Stage international Vietnam.

Les nouvelles continent de nous parvenir du Vietnam. Suite aux 2 premiers courriels de Marie-Sophie Trudeau, maintenant Valérie Carrier a mis en ligne un billet sur le blogue des stagiaires.

Valérie nous annonce qu’elle vient de publier un texte pour le Quotidien (Saguenay). Le texte a aussi été mis en ligne sur Cyberpresse.

Prenez le temps de lire toutes ces notes de voyage et ne vous gênez pas pour laisser des commentaires à ces journalistes qui ont besoin de vos encouragements.

PUBLICITÉ

cover_avril-mai08 Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

André Desmarais, Pierre Karl Péladeau l avenir des médias

André Desmarais, Pierre Karl-Péladeau: l’avenir des médias

Raymond Viger                   Dossier ÉconomieJournal de Montréal

Le chroniqueur économique Jean Gagnon nous présente dans son blogue la vision d’André Desmarais de Power Corporation, propriétaire de Gesca (La Presse) et de Pierre Karl Péladeau de Québécor (Journal de Montréal).

L’avenir des grands quotidiens n’est pas rose nous disent André Desmarais et Pierre-Karl Péladeau devant leur assemblée des actionnaires.

PUBLICITÉ

cover_avril-mai08 Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Impact des medias sur le suicide, les tueries et les drames familiaux

Impact des médias sur le suicide, les tueries et les drames familiaux

Raymond Viger               se suicider vouloir mourir sans souffrance suicidaire prévenir intervenir prévention intervention   Dossier Suicide et Médias et publication, Patrick Lagacé, La Presse

Le 8 avril dernier, Steve Proulx, journaliste et blogueur pour le journal Voir, se questionne sur la vague de drames familiaux qui secoue le Québec depuis le début de l’année. Le lendemain, Patrick Lagacé dans son blogue lance la question: la médiatisation encourage-t-elle l’imitation?

La Presse et le suicide

Je suis intervenant de crise auprès de personnes suicidaires depuis le début des années 1990, une époque où La Presse publiait à la une 4 photos d’une personne se lançant dans le vide du pont Jacques-Cartier pour se suicider. Avec de telles photos à la une du quotidien La Presse, nous avions assisté à une augmentation notable des suicides sur le pont Jacques-Cartier.

Études de l’Association québécoise de prévention du suicidse suicider suicide prevention vouloir mourir sans souffrir intervention suicidaire se tuere (AQPS)

Toujours au début des années 1990,  l’Association québécoise de prévention du  suicide (AQPS), dont je faisais partie, s’est donnée le mandat de sensibiliser journalistes et coroners du lien entre la médiatisation du suicide et l’effet d’entraînement. L’idée n’était pas de censurer les journalistes, mais de leur demander de traiter du suicide avec dignité et respect. On ne peut passer sous silence un suicide, surtout si c’est celui d’une personne publique et déjà fortement médiatisée. L’AQPS avait réalisé un dossier fort garni sur la relation entre les médias et l’effet d’imitation. Robert Simon, directeur du Centre de crise de Chicoutimi, en était un des principaux porte-parole.

Coroner en chef et psychiatres: impact des médias sur le suicide

mourir sans souffrir se tuer sans souffrance suicide prevention intervention suicidaire crise Une dizaine d’années plus tard, 16 novembre 2001, lors du colloque de l’Association des psychiatres du Canada, un rapport des coroners épouse officiellement la cause de l’AQPS. Sous la responsabilité de plusieurs psychiatres et du coroner en chef, le rapport souligne quels sont les impacts sur le suicide:

L’impact sur le suicide, on l’augmente si :

  • on fournit des détails sur la méthode particulière utilisée.
  • le suicide est rapporté comme inconcevable « il avait tout pour lui ».
  • les motifs semblent romantiques « réunis pour l’éternité » « Roméo et Juliette ».
  • on banalise le suicide « à cause d’une mauvaise nouvelle ».

L’attention du public est augmentée si :

  • le texte est à la une.
  • le mot suicide est dans le titre.
  • on inclut la photo de la personne.
  • le geste est présenté comme héroïque et désirable « il devait agir ainsi… dans sa situation ».

L’impact sur le suicide, on le diminue si :

  • les ressources de prévention du suicide sont diffusées (où trouver de l’aide).
  • on décrit une crise résolue autrement que par le suicide.
  • les lecteurs sont informés sur le comportement suicidaire et le suicide en général.

Les médias et le suicide

  • Éduquer le public :
    • Le suicide n’est pas une solution.
    • Le suicide est le symptôme d’une maladie.
    • Il existe de meilleures alternatives que le suicide.
    • Il est important de prévenir le suicide.
    • Il faut présenter et faire connaître les ressources.

suicider suicidaire prevention crise intervention quoi faire comment faire se tuer sans souffrance Traitement du suicide par les journalistes et les médias

En septembre 2006, j’ai écrit un billet félicitant les journalistes et les médias qui ont bien répondus non seulement à l’AQPS, mais aussi au coroner. Les journalistes continuent de parler du suicide, mais avec une sensibilité qui permet d’aider les personnes en crise, tout en informant le public. Que les journalistes le veuillent ou non, quand on fait des titres et que l’on choisit des photos pour aller en une, on influence la société.

Y a-t-il un lien entre drame familial et suicide?

Qu’en est-il maintenant des drames familiaux et des tueries dans les écoles? Entre le suicide et l’homicide, il n’y a pas une grande différence. Entre décider d’affronter seul une foule en lui tirant dessus ou de retourner le canon de son arme vers soi, c’est la couleur de l’étincelle qui fait toute la différence. Dans les deux cas, nous nous retrouvons devant une personne en crise, incapable de s’adapter aux changements que la société nous impose et nous fait vivre.

Le suicide est une violence que l’on retourne contre soi-même. Au cours d’une vingtaine d’années d’intervention auprès de gens marginalisés et en crise, j’ai régulièrement senti cette ambivalence entre tuer les gens qui causent des injustices et vouloir tout simplement disparaître.

Cette violence qui nous habite et qui nous pousse à vouloir disparaître est une bombe à retardement. Le père de famille suicidaire est dans la cuisine, absorbé par tous ses problèmes et sa souffrance. Son jeune enfant entre dans la maison en faisant du bruit et en dérangeant le père. L’homme peut perdre le contrôle et tuer son enfant. Aveuglé par ce qu’il vient de faire, la tuerie continuera, incapable de vivre avec le geste qu’il vient de poser. Si le jeune n’était pas entré dans la cuisine à ce moment-là, peut-être que le père se serait suicidé, sans emporter avec lui le reste de la famille.

Quelques jours avant Noel dernier, en France, une mère avait planifié son suicide en amenant avec elle ses 5 jeunes enfants. Sa souffrance était telle qu’elle ne pouvait pas voir comment ses enfants pouvaient continuer à vivre dans une société si injuste.

En ce qui me concerne, le lien entre suicide et drame familial est clairement défini. Le lien entre le suicide et une médiatisation indue et sensationnaliste est officiellement accepté par les coroners et les psychiatres depuis 2001. Peut-on faire une règle de trois et dire qu’il y a officiellement un lien entre les drames familiaux et la médiatisation des événements?

Officiellement, il faut attendre les rapports qui sortent 10 ans après que l’on se pose la question. Personnellement, j’en suis convaincu. Je dois cependant nuancer la réflexion. Il y a un lien direct lorsqu’il y a une médiatisation sensationnaliste et indue. Les médias peuvent et doivent en parler, avec respect et dignité. Et lorsque les médias présentent les ressources pouvant intervenir, l’affaire est ketchup et je suis aux anges.

Billet de Patrick Lagacé: Drames familiaux, tueurs fous et médias: une question.

Billet de Steve Proulx: Vague de drames familiaux.

Rapport du coroner sur l’impact des médias sur le suicide.

Autres textes sur Média

Huffington Post arrive au Québec

Le Globe, un nouveau webzine au Québec

RueMasson.com le blog du Vieux-Rosemont

Le magazine des journalistes frappe un iceberg!

se suicider sans souffrance vouloir se tuer mourir rapidement suicide prévention intervention suicidaires Ressources:

Pour le Québec: 1-866-APPELLE (277-3553). Site Internet. Les CLSC peuvent aussi vous aider.

La France: Infosuicide 01 45 39 40 00. SOS Suicide: 0 825 120 364   SOS Amitié: 0 820 066 056

La Belgique: Centre de prévention du suicide 0800 32 123.

La Suisse: Stop Suicide

Autres textes sur le Suicide

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicideLe guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser:

%d blogueurs aiment cette page :