Emblème national, connait-on le drapeau québécois?

Un texte de Anne Reitzer et Delphine Caubet – Dossier Politique

«Pour la majorité des Québécois, c’est un lys, alors que, botaniquement parlant, c’est un iris versicolore», explique Louise Gratton, consultante en écologie. Cet imbroglio historique et culturel autour de la fleur de lys dure depuis des siècles et Jacques Cartier n’a pas manqué de l’importer au Québec.

L’origine de cette erreur est incertaine. Le chroniqueur du Soleil, Larry Hodgson, remonte aux premiers Francs et à l’avènement de Clovis (en 482) qui l’adopta comme symbole au cours de conquêtes en Flandre. Poussant sur le bord de la rivière Lys, l’iris appelé la fleur de la Lys serait devenu fleur de lys. Louis VII, autre roi des Francs en 1137, est également suspecté. Le roi, arborant un iris sur son blason, passa de « Flor de Loys » à fleur de Lys. Enfin, Louise Gratton nous rapporte une dernière explication. Cette fleur poussant dans un milieu humide était appelée fleur de lisier, contracté avec le temps à fleur de lis. Les deux orthographes (lys et lis) étant acceptées.

Une chose est certaine: botaniquement, la fleur de lys (sur le drapeau québécois entre autres) est un iris. Louise Gratton explique que l’on voit la différence au nombre de pétales. Un iris en possède 3 contre 5 pour le lys.

Changement d’emblème

En 1948, lorsque sous Maurice Duplessis il est décidé que le drapeau sera cantonné de quatre fleurs de lys, les botanistes se sont manifestés pour dire que c’était une erreur; d’autant que la fleur n’est pas indigène. Et elle n’a jamais poussé au Québec, alors que l’iris versicolore est partout dans la province et s’éclot aux alentours de la Saint-Jean.

Il aura fallu attendre plus de 50 ans avant que le gouvernement du Québec décide de changer enfin l’emblème de notre province pour adopter l’iris versicolore. Si différentes actions ont été menées durant plusieurs années, toutes se sont soldées par un échec.

En 1999, Louise Gratton se trouve dans un petit restaurant montréalais lorsque lui vient une idée: «C’est bizarre de dire ça, mais j’ai eu comme un éclair de génie. J’ai repensé à la société de publicité PopMedia qui faisait des cartes postales, et je me suis dit qu’en fait jamais une campagne publique n’avait été menée et c’était peut-être pour ça que le gouvernement ne nous entendait pas.»

C’est pourquoi Louise décidera de se lancer dans cette grande aventure en faisant appel à la célèbre photographe et botaniste Gisèle Lamoureux, qui se chargera de prendre en photo l’iris versicolore et d’écrire un manifeste sur l’histoire de la fleur.

Louise Gratton demandera à PopMedia d’imprimer 60 000 cartes postales qui seront distribuées à la population, qui se chargera de les envoyer au ministère de l’Environnement.

Le ministère, recevant des cartes en grand nombre, a alors adopté la résolution de changer l’emblème floral initial en iris versicolore. Si le chemin a été long, Louise a bien compris que pour avancer vite il fallait mobiliser le plus de monde possible: «Tu vois, ce n’était pas en restant entre scientifiques qu’on aurait pu changer le nom de la fleur, mais bien en s’ouvrant au peuple, car après tout, c’est leur drapeau à eux aussi».

Instances officielles

Pour en apprendre davantage sur le quiproquo iris/fleur de lys, Reflet de Société a contacté le ministère de la Justice, responsable du drapeau et des symboles nationaux. Une conversation sans queue ni tête s’en est suivi où l’agent ne comprenait pas que nous parlions d’iris sur le drapeau québécois tandis que nous tombions des nues que la personne responsable des symboles ne connaisse pas l’histoire autour de la fleur de lys. Quant à Louise Gratton, elle s’est esclaffée en précisant que cette ignorance ne l’étonnait aucunement.

En complément à Reflet de Société +

Comment enseigner l’histoire du Québec ? Découvrez ce débat entre Éric Bédard, professeur à la TÉLUQ, et Marc-André Éthier, professeur en didactique de l’histoire à l’Université de Montréal. Une entrevue organisée par Les publications universitaires.

Autres textes sur Politique

Poète, illustrateur et bédéiste

ladulescent_bruno_robitaille_editions_tnt.jpgBruno Robitaille et la littérature

Un artiste aux multiples talents, Bruno a maintenant six livres de publié.

Chacun de ses recueils sont disponibles au coût de 9,95$ chacun (plus 2$ taxes et transport).

Merci d’encourager un jeune poète de chez nous.

Pour commander par internet

Par courriel info@editionstnt.com

Par téléphone (514) 256-9000.

Par la poste: Éditions TNT 625 De La Salle, Montréal. Qc H1V 2J3

livre_apparent_secours_bruno_robitaille_editions_tnt.jpg

 

 

 

 

 

 

 


Autres livres de Bruno Robitaille 

Merci pour votre présence et votre soutien.

Roman Fantastique de Stéphane Desjardins

Le récit fantastique 2018 des Éditions TNT

Le rapporteur de Stéphane Desjardins

Le livre de Stéphane est offert en prévente et vous permet:

  • Recevoir un livre dédicacé de la première édition.
  • Recevoir une invitation V.I.P. pour le lancement du livre (bouchées et cocktail de bienvenue incluses).
  • Recevoir une affiche 8 1/2 par 11 de la couverture.
  • Participer au succès de ce roman fantastique

29,95$ (5,05$ taxes et transport). Téléphone (514) 256-9000. Internet.

Arnaud Kokas s’ennuie. Journaliste financier reconnu, il se questionne sur le sens de sa vie. C’est la crise de la quarantaine. Il vit seul, désabusé, dans un petit condo du Vieux-Montréal. Son patron l’emmerde, il se demande pourquoi il fait ce boulot qui ne sert qu’aux privilégiés, il n’a pas de blonde, pas d’enfant, seulement quelques rares amis avec qui il pédale ou skie les fins de semaine.

Alors qu’il se lamente intérieurement sur son sort en admirant le magnifique stabile de Calder qui émerge de la canopée de l’île Sainte-Hélène, un monsieur étrange l’accoste pour lui proposer une mission, dont il lui donnera les détails seulement s’il l’accepte!

Mais tout se bouscule. En quelques minutes, Kokas et l’inconnu sont pourchassés dans les rues de Montréal par des tueurs implacables et puissants. Dans le feu de l’action, Kokas acceptera cette mission, qui l’enverra sur Naraka, seule planète où, dans tout l’univers connu, on trouve une molécule à la propriété unique: le khal. Elle dégage suffisamment d’énergie pour permettre aux Galactiques de plier l’espace, soit de se rendre instantanément d’un endroit à l’autre de l’univers. C’est le stade suprême de la théorie de la Constance de l’évolution, qui consacre les similitudes troublantes de l’évolution des galaxies, des planètes, des formes de vie et des espèces primitives ou évoluées. Et même des sociétés humaines.

Kokas vivra un choc culturel intense alors qu’il sera plongé dans une guerre de ressources naturelles menée par un empereur psychopathe, le Sphynx, qui règne par la terreur, la torture et les technologies nouvelles sur une planète qui s’extirpe lentement du Moyen-âge pour embrasser l’industrialisation et la modernité. Il se rendra rapidement compte du caractère impossible de sa mission, alors que sa traque se poursuit dans des paysages époustouflants et des cités qui rappellent les médinas du monde arabe ou le New York du siècle dernier.

Surtout, Kokas devra composer avec la mystérieuse Bao, des forces spéciales de la Fédération galactique, qui est responsable de sa protection. Bao est une femme-chat énigmatique, au regard métallique, qui vient d’une planète meurtrie par l’hiver nucléaire, peuplée presque seulement de femmes. Bao est une formidable guerrière, qui comprend mal cet étrange barbare qu’on a repêché sur une planète exotique, mais arriérée, et qui fait preuve d’un sens de l’humour teinté de cynisme et de désabusement, qu’elle peine à déchiffrer. Peuvent-ils se faire confiance?

À mesure que progresse la mission, la situation de Kokas et de Bao est de plus en plus désespérée. Car le Sphynx s’apprête à conquérir tous les royaumes de Naraka qui lui résistent, question de contrôler les mines de khal et de faire pencher en sa faveur le rapport de force avec les Galactiques. Le Sphinx bénéficie de l’aide des Olorun, une secte secrète, violente et fanatique, qui entend ramener les peuples des étoiles, depuis longtemps athées et soumis à une culture technoscientifique, dans le droit chemin, celui de Dieu.

Se superposent ainsi deux conflits: celui des ressources naturelles sur Naraka et celui de la science contre religion, à l’échelle de l’univers connu.

Arnaud Kokas, lui, ne pense qu’à une seule chose: retrouver le confort douillet de son condo du Vieux-Montréal et un cappuccino glacé de chez Tim Hortons!

29,95$ (5,05$ taxes et transport). Téléphone (514) 256-9000. Internet.

Autres textes sur Livres

Autres livres pouvant vous intéresser

Salon du livre de Montréal, horaire et présence des auteurs

25e Salon du livre pour les Éditions TNT.

Trente livres dont 5 best-sellers

Raymond Viger | Dossier Livres

roman sexualité livre sexe éducation sexuelleHoraire  des auteurs (Séances d’autographes)

Mercredi 16 novembre

  • 1h30 à 3h30 Éric Arson
  • 5h30 à 7h30 Éric Arson

Jeudi 17 novembre

  • 9h30 à 11h30 Bruno Robitaille
  • 1h30 à 3h30 Chantale
  • 5h30 à 7h30 Jean-Simon

Vendredi 18 novembreroman croissance personnelle guide développement personnel cheminement

  • 9h30 à 11h30 Bruno Robitaille
  • 12h00 à 2h00 Raymond Viger
  • 2h30 à 3h30 Delphine Caubet
  • 5h00 à 7h00 Éric Roger

Samedi 19 novembre

  • 9h30 à 11h30 Toxic
  • 10h00 à 12h00 Éric Roger
  • 12h00 à 2h00 Raymond Viger
  • 2h30 à 4h30 Toxic

Dimanche 20 novembrepoésie liberté intérieure croissance personnelle

  • 9h30 à 11h30 Raymond Viger
  • 1h00 à 5h00 André-Émile Pouliot

Lundi 21 novembre

  • 9h30 à 11h30 Bruno Robitaille
  • 1h à 3h Raymond Viger

Liste des livres qui seront présentés au Salon du livre de Montréal

Raymond Vigerhistoire du café Graffiti bistro ste-cath

Poésie, croissance personnelle

  • Après la pluie… Le beau temps 10$.
  • Liberté 10$.

Roman

  • Quand un homme accouche 10$ Roman humoristique sur les relations.
  • L’amour en 3 Dimensions 20$ Roman humoristique sur les relations.
  • Vanessa… Voyage dans les Caraïbes 25$.

Essai et Guide Éric Arson poésie multi-média arsonart

  • D’un couvert à l’autre 25$. Intervention auprès des jeunes et présentation du Ste-Cath
  • Opération Graffiti 20$
  • Intervention de crise auprès de personnes suicidaires 5$
  • Référencement web 10$

Éric Arson

Ainsi Soit-il. Poésie et multimédia 15$

Éric Rogerpoésie Éric Roger le soleil veut ta peau

Le soleil veut ta peau. Poésie. 15$

Bruno Robitaille

Poésie urbaine

  • Peut-être un peu tight 10$
  • Le numéro 2 : 10$
  • À peu près temps (bandes dessinées) 10$
  • Adulescent 10$

Jean-Simon Briseboisjean-front

Poésie urbaine

  • Je me raconte 5$
  • Entité 5$
  • L’âme de l’ange 5$
  • Lettres écarlates 5$
  • Renaissance 5$
  • L’éveil des émotions 5$
  • Veston de cuir et stylo urbain 5$

André-Émile Pouliotpoésie urbaine bruno robitaille

Guide des associations communautaires 20$

Chantal Lee

Histoire vécue Fun Busy 10$

BerekYah

Poésie et Théâtre

  • Des rivières et des rêves 10$
  • Flash Nude 10$

Colin McGregor livres anglais roman anglais histoire de jeunes

  • Quebec Suicide Prevention Handbook 5$ Guide d’intervention.
  • Love in 3D 20$ Roman humoristique sur les relations.
  • Teammates 20$ Roman sur la vie d’adolescents.

Documentaires

  • Prévention Gambling 20$
  • Implication bénévole La récompense 20$

Vanessa, Voyage dans les Caraïbesroman sexualité livre sexe humour éducation sexuelle

Un roman humoristique sur la sexualité.

Un roman qui, je l’espère, pourra être lu autant par des jeunes qui s’éveillent à leur sexualité, qu’à des adultes qui veulent guérir des zones de grandes blessures.

Si vous avez peur que votre jeune ne soit pas encore assez vieux ou mature, accompagnez-le dans sa lecture. Soyez prêts à répondre à ses questions, à en discuter ouvertement avec lui.

Ce roman a été nourri par des années de travail de rue et de thérapie dans différents milieux. Des instants privilégiés qui auront permis de recevoir de grandes quantités de confidences sur un sujet, trop souvent tabou.

Bonne lecture et bon voyage dans les Caraïbes avec Vanessa.

Compte tenu du sujet développé, je ne peux pas affirmer que certains passages explicites ne choqueront pas certains. C’est pourquoi j’ai décidé de le classer 14 ans et plus. C’est l’âge à laquelle une jeune fille peut rencontrer une infirmière du CLSC et demander que les parents ne soient pas avisés de sa démarche.

Version originale, 14 ans et plus. Parental Guidance

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

L’amour en 3 dimensions

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Pour commander par Internet

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser

Bistro le Ste-Cath

Un restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, le Bistro le Ste-Cath saura vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

Situé en plein cœur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes.

Le Ste-Cath présente plus de 260 spectacles gratuits par année.

Pour informations et réservations: (514) 223-8116 ou bistro@le-ste-cath.com.  

Toponymie: sexisme dans les noms de rues

Présences féminines cachées dans les noms de rues

Pourquoi donner des noms de personnes à nos rues ?

Dans beaucoup de nos villes, on voit des noms de rue qui ne nous disent absolument rien, souvent même des prénoms sans noms de famille. Une exposition à la Maison de la culture de Longueuil lève le voile sur une partie de ces mystères.

Normand Charest — chronique Valeurs de société | Dossier Culturedébats société réflexions sociales position communauté social

L’exposition Échos/Cité – Mémoires de femmes, paroles de femmes s’interroge sur de la place de la femme dans notre société et notre histoire. La première salle nous dévoile le mystère de certaines rues à prénoms féminins : rue Louise, rue Joséphine, rue Charlotte ; ou dont la présence féminine est cachée sous un nom de famille : rue d’Adoncour, rue Albani, sans parler des nombreuses saintes dont notre histoire a l’habitude.

maison culture art spectacle culturel artistiqueLa rue Louise, modeste et franchement pauvre (du moins lorsque ma famille y a habité dans les années 1960), a été nommée en l’honneur d’une des filles de la reine Victoria. La rue Joséphine, du nom de la première épouse de Napoléon. La rue Charlotte, pour une fille de la famille Le Moyne, qui régna elle aussi sur la baronnie de Longueuil.

Du côté des noms de famille : d’Adoncour était le nom de naissance de l’épouse de Charles Le Moyne, baron de Longueuil. Le nom Albani est plus cocasse, puisqu’il s’agit du pseudonyme d’une cantatrice célèbre du 19e siècle, Emma Albani (1847-1930) (la Céline Dion de l’époque), née à Chambly sous le nom de  Marie-Louise-Céline-Emma Lajeunesse, mais qui prit un nom italien, parce qu’en ce temps-là, l’opéra était une affaire italienne : Verdi et compagnie.

Mais sans ces explications, beaucoup de ces noms ne diraient pas grand-chose à la majorité des gens.

Pourquoi donner des noms de personnes à nos rues et à nos lieux publics?

culture environnement art spectacle campagne photos photographie

photo N. Charest

Du côté masculin, on ne se gêne pas pour donner des noms de personnalités politiques, chefs d’État ou simples maires, à beaucoup de rues et de lieux publics. Et voilà l’aéroport Pierre-Elliot-Trudeau, le parc Jean-Drapeau, les rues ou boulevards Henri-Bourassa, Camillien-Houde, Roland-Therrien, la place Untel…

On se passerait bien de toute cette quasi-idolâtrie,  surtout lorsque le personnage public ne fait pas l’unanimité. Et pourquoi se sent-on obligé de donner aux lieux des noms de personnes ? Je préfère de beaucoup les chemins du Lac, du Moulin, du Rang croche… ceux-là ne risquent pas de se péter les bretelles avec les honneurs qu’on leur faits.

__________________________

L’exposition Échos/Cité, préparée par le Musée de la Femme, à la Maison de la culture de Longueuil jusqu’au 30 août 2013, au 300 rue Saint-Charles Ouest.  

Autres textes sur Culture

L’amour en 3 dimensions

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet. Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser

L’Amour en 3 dimensions en anglais!

Colin McGregor et Raymond Viger; écrire à 4 mains

Une nouvelle expérience de traduction pour passer d’une langue à une autre.

Raymond Viger | Dossier Livres, PrisonCroissance personnelle 

colin mcgregor journaliste prison auteur anglophoneColin McGregor est un prisonnier qui loge au pénitentier de Cowansville. Depuis plus de 3 ans, ce journaliste anglophone tient une chronique régulière dans le magazine Reflet de Société. Une chronique très appréciée par sa façon originale de nous conter une histoire carcérale et les anecdotes du système pénitencier.

Colin et moi avons vécu une expérience fort intéressante. J’ai publié un roman humoristique L’Amour en 3 Dimensions. Une histoire pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement.

Une nouvelle histoire

love in 3D guide book litterature roman behavior valueColin s’était offert pour traduire en anglais cette histoire qui peut être lu autant pour le plaisir que pour un cheminement personnel. J’ai refusé que Colin se limite à une simple traduction. J’ai offert à Colin qu’il parte de mon histoire et qu’il se permette, non seulement de l’adapter à la culture anglophone, mais qu’il se l’approprie. Il n’avait aucune restriction pour changer le cours de l’histoire, les lieux, les personnages… Une histoire écrite à 4 mains.

Quand j’étais dans l’aviation, j’ai écrit des livres d’instruction sur le pilotage. J’avais été payé pour laisser un pilote sans expérience prendre le crédit des livres. Voir les livres publiés sans en avoir la reconnaissance avait été très pénible. Une mauvaise expérience que je ne voulais pas revivre ou faire vivre. C’est pourquoi limiter Colin à une simple traduction aurait été similaire pour moi.

Colin et moi sommes à finaliser les dernières corrections et l’infographie de la version modifiée de L’Amour en 3 dimensions: Love in 3 dimensions.

Le tout est maintenant disponible. Malgré qu’il n’y ait eu aucune publicité de faite encore, plusieurs personnes ont déjà réservées leurs copies et plusieurs librairies ont placé des commandes.

Au plaisir d’être lu par vous, en français ou en anglais.

Pour commander L’amour en 3 Dimensions, Love in 3D, 19,95$.

When two solitudes meet…

An Anglophone, a professional journalist, a teacher and a prisoner for 22 years…

A Francophone, a scientist, a pilot, a journalist by default, a prisoner of his community involvement with youth…

Two solitudes that never should have met. Two solitudes who put their minds to a common project. Two cultures collide.

Four hands, writing the story of a man on the brink. At the cliff’s edge, he pulls back. A study of struggle, and of hope.

colin-mcgregor-journaliste-prison-auteur-anglophoneRaymond Viger auteur journaliste rédacteur en chef média magazine revueEnjoy our tale of the quest, the human thirst, to find light from within the darkness. Set in Montreal, this is a tale for everyone, young and old, prisoner and free.

Colin                                                                                      Raymond

Autres textes de Chroniques d’un prisonnier

    Les livres de Colin McGregor

    Journaliste dans divers médias à travers le pays; Halifax Daily NewsMontreal Daily NewsFinancial Post et rédacteur en chef du Montreal Downtowner. Aujourd’hui, chroniqueur à Reflet de Société, critique littéraire à l’Anglican Montreal, traducteur et auteur aux Éditions TNT et rédacteur en chef du magazine The Social Eyes.

    Parmi ses célèbres articles, il y eut celui dénonçant l’inconstitutionnalité de la loi anti-prostitution de Nouvelle-Écosse en 1986 et qui amena le gouvernement à faire marche arrière. Ou encore en Nouvelle-Écosse, l’utilisation répétée des mêmes cercueils par les services funéraires; scoop qui le propulsa sur la scène nationale des journalistes canadiens.

    love-in-3dLove in 3D

    Enjoy our tale of the quest, the human thirst, to find light from within the darkness.

    This is a tale for everyone, young and old, prisoner and free.

    Love in 3D. Une traduction de L’Amour en 3 Dimensions.

    teammate roman livre book colin mcgregorTeammates

    Three teenage friends on a college rugby team in the shrinking community of English Montreal – three friends each facing wildly different fates.

    This is the story of Bill Putnam, whose downward trajectory we first begin to trace in the late 1970s, and his friends Rudy and Max.

    Teammates, their paths will cross in ways they never dreamt of in the happier days of their youth.

    quebec-suicide-prevention-handbook-anglais-intervention-crise-suicidaireQuebec Suicide Prevention Handbook

    Le suicide dérange. Le suicide touche trop de gens. Comment définir le suicide? Quel est l’ampleur du suicide? Quels sont les éléments déclencheurs du suicide? Quels sont les signes avant-coureurs? Comment intervenir auprès d’une personne suicidaire? Comment survivre au suicide d’un proche?…

    Ce guide est écrit avec simplicité pour que tout le monde puisse s’y retrouver et démystifier ce fléau social. En français. En anglais.

    Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
    4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

    Une histoire centrée sur les Blancs

    Ethnocentrisme *

    Une Histoire trop blanche

    Les concepts d’Histoire et de civilisation tels qu’on les a enseignés pendant longtemps ne sont pas aussi universels qu’on voulait bien le prétendre. Ils étaient fortement teintés par une vision européenne et blanche du monde.

    Normand Charest – chronique Valeurs de société | Dossiers Racisme, Mois de l’histoire des Noirs

    réflexions sociales débats sociaux sociétéNous connaissons bien l’anthropologue Serge Bouchard par sa belle voix profonde et chaleureuse. Par ses propos éloquents que l’on a pu entendre à la radio ou à la télévision. Et aussi par ses écrits publiés dans Le Devoir et dans diverses revues, puis regroupés en de nombreux livres bien appréciés.

    Son livre C’était au temps des mammouths laineux (2012), une collection de 25 essais, ne se lit pas nécessairement d’un seul coup. C’est un peu comme du sucre d’érable : très bon, mais riche et concentré. On en prend un morceau et on le laisse fondre dans la bouche. De la même manière, on lit un des essais de l’auteur, puis on y réfléchit.

    Serge Bouchard nous fait réaliser à quel point l’Histoire, telle que nous l’avons apprise, ne correspond pas à ce qui a été réellement vécu par nos ancêtres. Comment la présence française aux États-Unis a été oubliée ou effacée. Comment les Amérindiens sont absents des mémoires, alors qu’ils peuplaient tout le continent que nous avons accaparé.

    Ce que l’on nous a présenté comme une Histoire universelle objective et raisonnée n’était, en fait, qu’une épopée à la gloire des Blancs d’origine européenne qui se posaient en héros. Les autres peuples se fondant totalement dans le paysage.

    Nos guides sur ce continent

    On a occulté la présence des Noirs dans notre Histoire, comme le raconte Lilian Thuram dans son livre Mes étoiles noires, dont nous avons parlé dans le magazine Reflet de Société de février 2013.

    Mais on a fait la même chose pour les Amérindiens, nos guides sur ce continent. Un Nouveau Monde pour les Européens, mais une vieille terre pour les Autochtones bien enracinés.

    On a probablement sous-estimé, aussi, les effets du métissage sur notre société, des effets peut-être plus importants qu’on n’a pu le reconnaître jusqu’à maintenant. Métissage physique par le mariage, mais aussi culturel, par l’adoption de pratiques autochtones par les colons d’origine française.

    L’Histoire telle qu’on l’a connue reposait sur une vision centrée sur l’Européen « civilisé » considéré comme supérieur aux autres « races », toujours inférieures à la sienne à divers degrés.

    Cela faisait souvent partie du non-dit et de l’implicite, jusqu’à tout récemment. Tintin au Congo ou les films de cowboys et d’Indiens ne constituent pas que des exceptions, mais plutôt une norme encore présente dans les années 1950 et au début des années 1960, par exemple.

    Le premier homme à se rendre au Pôle Nord, un Blanc américain ? Il dépendait plutôt de son assistant Noir sans lequel il n’aurait pas réussi. Et, encore plus ridicule, on ne parle même pas de la présence des Inuits dans ce pays qui était le leur.

    Le premier homme à atteindre le sommet de l’Himalaya, un Blanc ? Grâce aux guides sherpas locaux, encore là. Sans eux, il ne se serait pas rendu bien loin.

    Les explorateurs Lewis & Clarke aux États-Unis, les premiers à atteindre le Pacifique ? Pas sans leurs deux guides et interprètes, une Amérindienne et son conjoint Canadien français, qui faisaient le lien avec les peuples autochtones dont ils traversaient le territoire.

    oiseau canard environnement foretEn 1534, Jacques Cartier découvre ce coin l’Amérique et en prend possession au nom du roi de France ? Il ne s’en est surement pas vanté devant les Amérindiens qui l’ont accueilli pacifiquement, dans ce qui était déjà leur propre pays. Ce sont aussi des « Indiens » qui les soigneront par les plantes, lorsque lui et ses hommes seront atteints du scorbut.

    Dans une interview à la télé, Florent Vollant, lui-même innu, racontait que son père et son grand-père travaillaient comme guides pour les arpenteurs, les géologues, etc.  Tous les explorateurs ont reposé sur des guides locaux, sans vraiment leur donner crédit.

    Pendant longtemps, d’ailleurs, les Blancs ont pris le crédit de tout ce qu’ils ont appris des guides locaux et des « primitifs ».

    En fait, l’Histoire telle que nous la connaissons est une histoire de Blancs, et non pas une véritable histoire du monde. Une histoire qui s’est approprié tout ce qu’elle a touché, et qu’il est grand temps de remettre en question. Pas pour se flageller, mais pour voir les choses telles qu’elles sont et pour repartir du bon pied.

    L’humanité est belle et elle est multicolore, multiculturelle.

    ______________________

    * Ethnocentrisme : « Tendance à prendre comme modèle le groupe ethnique auquel on appartient et à ne valoriser que la culture de celui-ci. Une interprétation historique teintée d’ethnocentrisme » (Dictionnaire Antidote).

    Illustration de Normand Charest

    Autres textes sur le Mois de l’histoire des Noirs

    Autres textes sur Autochtone

    Bistro le Ste-Cath

    bistro restaurant resto bonne bouffe où manger est montréalUn restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

    Situé en plein cœur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

    Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes.

    Pour informations et réservations: (514) 223-8116 ou bistro@le-ste-cath.com

      Abonnement au magazine Reflet de Société

      Une façon originale de soutenir notre intervention auprès des jeunes.

      magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

      Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

      • Le citoyen est au cœur de notre mission
      • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
      • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
      • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
      • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

      Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement/ Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

      Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

      %d blogueurs aiment cette page :