Les Jeux du Québec et les Jeux d’hiver de l’Arctique

Le Nunavik se distingue

Delphine Caubet Dossiers HandicapJeux Olympiques

Les Jeux du Québec… une institution pour les Québécois. Tout le monde a une histoire à raconter sur ses performances au secondaire. Des souvenirs de jeunesse qui parfois, 40 ans plus tard, ravivent le sourire de ceux qui en parlent. Mais une région du Québec n’est représentée que rarement à cette compétition: Le Nunavik.

Crédit Photo: Administration
régionale Kativik

Les jeunes de la région ne sont pourtant pas en reste. Depuis les années 1970, ils se joignent aux Jeux d’hiver de l’Arctique, une compétition internationale d’athlètes nordiques. Au menu, ski de fond, tennis de table, raquette, mais également des jeux traditionnels tels que le one foot high kick (littéralement: le haut coup de pied) et autres sports arctiques.

Jeux du Québec
Avec ses 507 000 km2 et ses 14 communautés, pas facile d’organiser des compétitions sportives au Nunavik. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles cette région ne se joint que rarement aux Jeux du Québec.

Mais pendant 10 ans, le village de Kuujjuaraapik a fait de la résistance et a su trouver les moyens pour faire concourir ses jeunes au côté des autres Québécois.

Le directeur des loisirs avait la particularité d’avoir de jeunes Cris et Inuits dans sa communauté et le sport faisait figure d’élément rassembleur. Mais les fonds alloués à Kuujjuaraapik ont été supprimés. Aider ce village était bien, mais c’est toute la région qui a un besoin criant d’infrastructures et de fonds pour développer le sport et les loisirs.

Jeux d’hiver de l’Arctique
Mais en matière de sport, l’Administration régionale Kativik choisit de mettre l’emphase sur les Jeux d’hiver de l’Arctique: une compétition sportive internationale entre pays nordiques où les jeux traditionnels trouvent leur place.

L’Administration régionale Kativik le reconnaît: avec son budget, elle ne peut pas se permettre de faire des compétitions de hockey toutes les semaines. Alors, les jeunes concourent dans quelques catégories des Jeux d’hiver de l’Arctique, comme le one foot high kick. Le matériel nécessaire? Une balle avec un fil que l’on suspend et des participants. Dans cette discipline, les joueurs doivent toucher du pied, jambe tendue, la balle en hauteur.

Facile, pensez-vous? Que nenni. Le record pour les femmes adultes des Jeux en 2016 était de… 2,36m. Grâce à Deseray Cumberbatch, le Nunavik obtint la médaille d’argent avec une balle à 2,24m de haut.

Avec le temps, les athlètes de la région gagnent en popularité et ont une incidence positive sur leur environnement. Jean-Philippe Dubois du département des loisirs de l’administration Kativik raconte: «La performance sportive n’est pas le seul critère pour choisir les athlètes qui iront aux Jeux de l’Arctique. Ils doivent adhérer aux valeurs, être positifs et éduqués… Les réseaux sociaux sont très importants au Nunavik et les athlètes y donnent leurs conseils pour une alimentation saine ou par rapport à l’alcool et la cigarette. Ils deviennent des modèles dans les communautés.»

Même si les disciplines représentées nécessitent peu d’équipement, il reste que c’est un défi logistique d’organiser une compétition sur leur territoire. Grâce à des commanditaires, des vols nolisés sont mis à leur disposition pour sélectionner les meilleurs de la région et participer aux Jeux d’hiver de l’Arctique.
Bien plus que du sport, les Jeux d’hiver de l’Arctique sont l’occasion pour les jeunes du Nunavik de rencontrer d’autres personnes de leur âge et de culture nordique. Et quand ils se rencontrent tous les 2 ans, la culture de chaque région est mise en avant au travers de galas et spectacles. Une autre occasion de renforcer la confiance et l’estime de soi chez ces jeunes.

Jeux d’hiver de l’Arctique

Les Jeux d’hiver de l’Arctique sont une compétition sportive internationale entre le Canada (Yukon, Territoires du Nord-Ouest, Nord de l’Alberta, Nunavut), les États-Unis (Alaska), le Danemark (Groenland), la Russie (Yamal), et la Laponie (Finlande, Norvège, Suède).

Bien que le Nunavik y participe depuis les années 1970, la région n’est pas encore un membre officiel, faute d’avoir les infrastructures nécessaires pour accueillir les Jeux. Mais l’administration Kativik affirme travailler activement pour changer cette situation.

En 2016, le Nunavik a été représenté par 56 athlètes qui ont remporté 6 médailles d’or, 9 d’argent et 6 de bronze. Mention spéciale à la jeune athlète d’Inukjuak, Deseray Cumberbatch, qui a remporté à elle seule 5 médailles.

Abonnement au magazine Reflet de Société

magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet:http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4264 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X6.

Bistro le Ste-Cath

Un restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, le Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

Situé en plein coeur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes.

Le Ste-Cath présente plus de 250 spectacles gratuits par année.

Rêves olympiques: Paranatation

Un champion olympique

Delphine Caubet Dossiers HandicapJeux Olympiques

Est-ce que tu rêves d’avoir des rêves? Ne crains plus les défaites, les as-tu crus quand ils te disaient que toutes les luttes étaient vaines? Ces paroles du rappeur Nekfeu, le paranageur Hicham Boufekane, les affectionne particulièrement. Car des rêves, il en déborde, dont le plus important est d’aller en sélection nationale et de porter un bonnet à son nom aux couleurs rouge et blanche. Jeux paralympiques accrochez-vous, Hicham est en voie de vous envahir.

À l’image du danseur international, Lazylegz, Hicham Boufekane souffre d’arthrogrypose. Concrètement, les muscles de ses jambes sont faibles, il ne peut plier les genoux à moins de 90 degrés et a une faiblesse sur tout le côté droit du corps.

Est-ce suffisant pour limiter le jeune homme de 17 ans et le brimer dans son quotidien ou ses rêves? Pantoute! Lui-même confie que son handicap n’a jamais été un problème dans sa vie.

Contrairement à Lazylegz, le handicap d’Hicham ne nécessite pas qu’il utilise des béquilles au quotidien. Sa passion, il la vit dans l’eau avec la natation. Tout débute à ses 8 ans, lorsque ses parents soucieux d’avoir un enfant en santé cherchent une activité physique qui n’aggrave pas sa pathologie. Le médecin recommande la natation. Résultat, 10 ans plus tard, Hicham fait figure d’espoir en paranatation québécoise. Sa pratique du sport ne nécessite aucun suivi médical spécifique et il profite, comme les autres sportifs, de séances de massothérapie pour éviter des tensions dans les muscles.

Graine de champion
En 2016, Hicham a concouru à ses 3es Jeux du Québec en paranatation. Et une fois encore, sa participation a été fructueuse avec 3 médailles (2 ors et 1 argent) sur 4 épreuves. Heureux de sa performance, Hicham explique qu’il était exténué avant que ne débutent les épreuves. Il revenait de Gatineau où eurent lieu les Can-Am, plus gros championnat de paranatation au Canada dont il remporta la médaille d’or au 400m nage libre.

Non content de ses médailles, Hicham battit son principal adversaire aux Jeux du Québec: lui-même. Il réalisa ses meilleurs temps en plus d’avoir raflé 4 médailles en quelques jours, sur 2 championnats. «La course est déjà faite avant d’entrer dans la piscine, explique-t-il. Elle est juste le fruit du travail.» Aujourd’hui, entouré de récompenses et reconnu par le comité national, Hicham montre une confiance tranquille qu’il a appris à bâtir avec les années.

Angoisse de la victoire
«Hicham est un guerrier, explique son entraîneur Bruno Benceny. Mais au début, il souffrait d’anxiété avant la course. Au point où parfois je me demandais s’il allait monter sur le podium. Mais il a réussi à sortir de sa torpeur et cette année a été incroyable.»

À trop vouloir bien faire et à avoir l’esprit trop compétitif, Hicham se mettait beaucoup de pression. Mais pour celui qui nage depuis ses 8 ans, la natation reste avant tout un plaisir où il peut tout donner. «Je me sens inarrétable dans la piscine.»

Loin d’être un simple entraîneur, Bruno est surtout l’une des personnes les plus importantes dans la vie d’Hicham. «Il a été le premier à croire en mes rêves; je peux réussir avec lui.» Côte à côte, les deux hommes respirent la complicité, «même un peu trop parfois», blague Bruno.

Programme sport-étude
Du haut de ses 17 ans, Hicham doit surtout concilier le sport et les études. Depuis 2015, il a intégré le Cégep Maisonneuve en Sciences de la Santé et dispose d’un programme aménagé pour poursuivre la natation.

En plus des études, c’est 18 heures d’entraînement en piscine et 3 heures de conditionnement physique par semaine.

Qu’il soit parasportif ou non, réussir ses études avec un tel emploi du temps relève d’un jeu d’équilibriste. Son entraîneur le suit de près et veille à ce que la famille, l’entraînement et les activités extérieures trouvent leur place.

Hicham n’a encore jamais été sélectionné pour représenter le Canada, mais il espère bien se qualifier en 2017. Son entraîneur voit pour lui un bel avenir de nageur, et même s’il espère être encore à ses côtés, Hicham a déjà su tracer sa voie vers le succès.

Paranatation

Durant les compétitions, les nageurs avec un handicap physique ou mental concourent séparément. Pour la détermination du podium des nageurs avec un handicap physique, les premiers arrivés ne sont pas nécessairement les vainqueurs.

Chaque nageur est enregistré dans une catégorie correspondant à son handicap. Hicham Boufekane est considéré comme un S9, c’est-à-dire «un nageur éprouvant une sérieuse faiblesse au niveau d’une jambe; ou éprouvant un très léger problème de coordination; ou ayant perdu un membre».

Le score sera calculé en fonction de la performance comparativement au record mondial. Le podium sera formé des meilleurs temps des nageurs non par rapport aux concurrents dans le bassin, mais en fonction du record de la catégorie.

La natation est l’unique sport accessible à tous, quelle que soit la condition physique ou mentale. L’eau enlève la barrière physique, tandis que la nage travaille la motricité de tout le corps.

Au Québec, le succès de la paranatation est clair. C’est la 3e édition de cette discipline aux Jeux du Québec et le nombre de nageurs a doublé, passant de 7 à 15. Hicham Boufekane fait partie des pionniers, y participant dès 2012. Quant à l’équipe canadienne de paranatation, elle est composée de 22 nageurs, 7 d’entre eux proviennent du Québec.

Abonnement au magazine Reflet de Société

magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet:http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4264 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X6.

Bistro le Ste-Cath

Un restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, le Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

Situé en plein coeur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes.

Le Ste-Cath présente plus de 250 spectacles gratuits par année.

Pour informations et réservations: (514) 223-8116 ou bistro@le-ste-cath.com.

4264, rue Sainte-Catherine Est, Montréal, Québec, H1V 1X6.     www.stecath.com.

Boîte à lunch du Ste-Cath

Une fête d’enfant, un congrès, un meeting…

La nouvelle boîte à lunch du Ste-Cath

Raymond Viger     Dossiers RestaurantBistro le Ste-Cath

bouchées boîtes à lunch service traiteurUn nouveau service est maintenant offert au Ste-Cath. Les boîtes à lunch.

Suite à une demande au comptoir alimentaire du centre d’escalade le Roc pour les fêtes d’enfants, ce nouveau service est maintenant officiellement lancé.

Les bénévoles en formation pour accueillir les participants des Jeux du Québec ont été les premiers clients de ce nouveau service. Ils ont déjà reçu 121 boîtes à lunch pour leur activités.

bouchées boîtes à lunch service traiteur montréalIls ont opté pour la version de luxe de la boîte à lunch. C’est normal puisqu’ils auront la responsabilité de recevoir les meilleurs jeunes athlètes du Québec pour cette 51e compétition.

Les boîtes à lunch complètent bien le service traiteur du Ste-Cath qui offraient déjà un service de bouchées dans votre entreprise.

Les Jeux du Québec profitent de l’occasion pour souligner les 40 ans des Jeux olympiques de Montréal en 1976.

Pour informations et réservations:  514-223-8116, bistro@le-ste-cath.com.

Bistro le Ste-Cath

bistro restaurant où manger bonne bouffe est montréal souper spectacle bistronomiqueUn restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

Situé en plein coeur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes.

Pour informations et réservations: 514-223-8116, bistro@le-ste-cath.com.

4264, rue Sainte-Catherine Est, Montréal, Québec, H1V 1X6.     www.stecath.com.

Le sexisme des Jeux olympiques et l’homophobie de Sotchi

Le saut à ski fait son entrée à Sotchi

Un sexisme qui a duré 90 ans!

Raymond Viger  Dossiers HomosexualitéJeux olympiques,

Égalité Homme-Femme

jeux olympiques saut ski féminin femmes sexismeL’homophobie russe pour les Jeux olympiques de Sotchi a bien fait parler d’elle.

Mais voilà qu’une publicité m’interpelle. Pour la première fois en 90 ans, le saut à ski féminin sera maintenant une discipline officiellement autorisé pour les Jeux olympiques.

Les hommes sautent depuis 1924 mais les femmes ne peuvent le faire qu’à partir des Jeux olympiques de Sotchi. En 2006 et en 2010, le saut à ski féminin avait été refusée… par manque de haut niveau dans ce sport.

C’est un cercle vicieux. Si le sport est inclus dans les Jeux olympiques, les femmes pourront se pratiquer et s’améliorer. Mais si le sport ne fait pas parti des J.O., comment avoir accès aux équipements, aux entraîneurs, aux commanditaires…?

Des groupes de femmes avaient été en cour pour tenter de forcer les organisateurs des Jeux à inclure le saut à ski féminin pour les Jeux olympiques d’hiver de Vancouver. Deux instances judiciaires avaient refusé le droit aux femmes de pratiquer ce sport en 2010.

J’ai été surpris et déçu de me rendre compte qu’il y avait encore des lieux de sexisme dans notre société et que nous avons encore beaucoup de travail à faire.

Autres textes sur Égalité Homme-Femme

Dénoncer ou boycotter les Jeux olympiques de Sotchi?

L’homophobie russe

Controverse des Jeux olympiques

Raymond Viger  Dossiers HomosexualitéJeux olympiques

homosexualité homosexuel homos lesbiennes lesbianisme homophobieDans un billet de la semaine dernière, ma conjointe Danielle en appelait à un boycott des Jeux olympiques de Sotchi, motivé par l’homophobie qui règne en Russie.

Est-ce que les Jeux olympiques n’auront pas permis de mettreu grand jour cette violence envers les homosexuels russes?

Est-ce que les Jeux olympiques et les réactions internationales envers cette homophobie n’est pas une façon d’aider le peuple russe de sortir de leur homophobie?

Peut-être que la présence des Jeux olympiques, même dans les pays qui contreviennent aux droits et libertés individuels deviennent des ambassadeurs pour une meilleure société?

Autres textes sur Homosexualité

L’amour en 3 dimensions.

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$. Une co-écriture avec le journaliste Colin McGregor a permis de présenter une version anglophone LOVE in 3D.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet:
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Sotchi 2014 et la solidarité Gay et Lesbiennes

Campagne de photographies sur Facebook

Maison de la Fierté à Montréal

Solidarité des communautés Lesbiennes, Gays, Bisexuelles et Transgenres pour dénoncer les lois et les pratiques discriminatoires en Russie dans le cadre des Olympiques de Sotchi.

Raymond Viger  Dossiers Homosexualité, Jeux olympiques

Cette action du Conseil québécois des Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT) et d’Équipe Montréal, en association avec Gay and Lesbian International Sport Association (GLISA), donne suite à l’appel de Pride House International, invitant les organisations à travers le monde à tenir une Maison de la Fierté afin de dénoncer les lois et pratiques discriminatoires ayant cours actuellement en Russie à l’égard des personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles et Trans, mais aussi à la suite du refus du Comité organisateur des Jeux de Sotchi d’inclure la  » Pride House » à leurs installations.

Des photos sur Facebook

De plus, tout au long de l’événement, les organisateurs vous proposent de venir vous faire prendre en photos afin de participer à la Campagne SOLIDAIRES DES COMMUNAUTÉS LGBT DE RUSSIE et dont les photos seront diffusées dans la page Facebook prévue à cet effet.

LANCEMENT
Vendredi 7 février 2014 – 17 h
Maison de la Fierté (Pride House), ancien Gotha Lounge.
1641, rue Amherst

HEURES D’OUVERTURE
Les jeudi, vendredi, samedi et dimanche de 17 h à 23 h du 7 au 23 février.

Références:
steve_foster cq lgbt lesbiennes gays homosexuelsConseil québécois des Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres
Gay and Lesbian International Sport Association
Pride House International

P.S. Steve Foster, le directeur général de la Conseil québécois des Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres a remporté le prix Droits et Libertés remis par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse. Pour souligner ce prix, le magazine Reflet de Société va faire un reportage spécial sur Steve Foster dans son numéro d’avril.

Autres textes sur Homosexualité

L’amour en 3 dimensions.

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$. Une co-écriture avec le journaliste Colin McGregor a permis de présenter une version anglophone LOVE in 3D.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet:
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Guylaine Dumont: survivre aux Jeux olympiques

Abus et attouchements

Un parcours semé d’embûches

Flora Lassalle            DOSSIER Croissance personnelle

Les épreuves de la vie n’ont pas épargné l’athlète olympique Guylaine dans son parcours aux diverses facettes. Après un long et douloureux passage à vide, elle a su prendre du recul sur son histoire et a fait la demande de partager son analyse avec Reflet de Société, comme elle le fait régulièrement lors de conférences, dans l’espoir que son témoignage puisse être constructif pour d’autres personnes.

Parcours sportif

croissance personnelle développement personnel cheminement ghylaine dumont jeux olympiquesJ’ai toujours été passionnée par le sport. D’aussi longtemps que je me souvienne, ça fait partie de moi. J’ai commencé à jouer au volleyball à l’âge de 14 ans à l’école secondaire. Dotée d’un grand talent, mais surtout d’une forte passion, j’ai vite monté les échelons jusqu’à l’équipe nationale. J’ai gagné plus de 12 championnats canadiens. J’ai été nommée meilleure joueuse de tous les temps par une revue spécialisée. J’ai joué professionnelle comme étrangère en Italie et au Japon pendant 7 ans, dans ma vingtaine, tout en parcourant les plages du Canada et du monde pour jouer au volleyball de plage durant mes étés.

Par la suite, des situations de stress à répétition ont éteint ma passion: des entraîneurs abusifs et durs envers moi y ont contribué. J’avais certes mon caractère, mais je donnais toujours le meilleur de moi-même. J’ai dû abandonner mon rêve olympique de 1996 à cause des comportements abusifs et inacceptables d’un entraîneur de l’équipe canadienne. Suite à cela, la fédération a préféré protéger les apparences plutôt que les joueuses.

ghylaine dumont jeux olympiques croissance personnelle développement personnel cheminementDurant cette même période, j’ai subi une opération en Italie qui a failli me coûter la vie. J’étais dans une relation amoureuse malsaine et j’avais beaucoup de pression de mon club italien. La goutte qui a fait déborder le vase fut la découverte du corps de ma sœur (elle avait fait une fugue et fut retrouvée morte après 9 ans). Toutes ces émotions et ce stress accumulés m’ont poussée à arrêter de jouer. J’étais découragée que mon rêve olympique et ma carrière en Italie se soient terminés ainsi, mais j’avais la conviction que je devais prendre le temps de faire le point. Une petite voix insistante me répétait, comme l’entraîneur et mon père l’avaient fait, que je n’étais peut-être pas une fille si bien que ça. J’avais le sentiment que quelque chose devait clocher chez moi.

J’ai donc pris ma retraite du sport, et je me suis complètement retirée. Pendant ces 3 ans, j’ai fait une formation en relation d’aide, j’ai rencontré mon mari, un entraîneur extraordinaire et j’ai mis au monde ma fille Gabrielle. Ce furent des années de découvertes sur moi-même et de changement de mode de pensées. J’y ai perdu un bébé à 7 mois de grossesse. Ç’a été déterminant. J’ai été en thérapie et j’ai eu ma fille un an après.

À la suite du coup de téléphone de la joueuse Annie Martin et après réflexion, j’ai suivi l’élan de mon cœur en acceptant de me qualifier avec elle pour les Jeux olympiques de 2004.  Notre 5e place aux Jeux d’Athènes, alors que j’étais âgée de 36 ans et elle de 22 ans, repose sur les outils que j’ai découverts pendant mes 3 ans d’arrêt.

Aujourd’hui, je travaille auprès des athlètes pour les aider à mieux gérer leurs émotions et leur stress, pour ainsi optimiser leur performance et améliorer leur qualité de vie. J’interviens aussi auprès des parents et des entraîneurs. J’ai dû travailler très fort sur la colère qui m’habitait et qui prenait trop de place dans les moments de stress, ainsi que sur ma confiance en moi. Il me semble naturel d’aider les jeunes à mieux vivre leur passion maintenant!

Intervention auprès des jeunes

ghylaine dumont jeux olympiques croissance personnelle développement personnel cheminementJe suis très sensible aux difficultés que vivent les jeunes. C’est quelque chose qui s’est renforcé suite à la disparition de ma sœur, alors que j’avais 16 ans. Je suis consciente que derrière celui qui prend de la drogue, de l’alcool, qui intimide, qui fait du «grabuge», se cache un enfant blessé qui veut s’exprimer, qui manifeste sa colère, sa tristesse, sa frustration et dont les besoins n’ont pas été satisfaits.

La disparition et la mort de ma sœur Nathalie ainsi que le climat familial perturbé m’ont grandement influencée dans le choix de ma carrière de thérapeute. Ma sœur vivait un profond sentiment de ne pas être aimée, ni reconnue pour qui elle était. Sa pulsion de mort était tangible et, malgré ses grandes qualités athlétiques et ses talents divers, elle a choisi un autre chemin: celui de la rébellion. En grande partie, contre l’autorité et la violence de notre père.

Mon père l’aimait, mais pas de la bonne façon. À l’adolescence, il l’empêchait d’exprimer sa féminité puisqu’il pensait que ça pouvait être dangereux. Il avait peur des hommes et de la sexualité, mais sans jamais rien exprimer de ce qu’il vivait ou sans nous enseigner comment nous protéger. De voir ma sœur se maquiller, se vêtir trop sexy ou revenir trop tard le mettait hors de lui et il l’exprimait souvent par de la violence physique ou verbale. Elle se maquillait en cachette et étirait l’élastique pour le provoquer.

Il n’a jamais reconnu la beauté et la féminité de ses trois filles, ni celle de ma mère.  Chacune à notre manière, nous en avons souffert. Soit en l’exposant de façon exagérée, comme faisait Nathalie, ou en la niant comme je le faisais.

J’ai plutôt choisi le personnage de la bonne fille sportive et intellectuelle qui ne fait pas de vague. J’étais celle qui écoutait, qui consolait Nathalie et qui essayait de l’encourager à suivre les règles. Malheureusement, sans succès…

Faire son deuil

La disparition de ma sœur m’a fait chercher des réponses que ne pouvaient me donner la police ou mes parents, puisque le sujet était tabou.

J’ai ainsi développé ma propre spiritualité en lisant des livres et en rencontrant des gens qui m’ont servi de parents et de famille spirituelle. Ma sœur est devenue mon ange gardien. J’avais ainsi l’impression qu’elle me protégeait et m’aidait.  Ça me rassurait et je mettais cette croyance positive à contribution sur le terrain de volleyball.

Ma sœur avait besoin qu’on reconnaisse sa féminité, sa différence et elle avait besoin d’une grande dose d’amour, que mes parents n’ont pas su lui donner. Le quotidien familial n’était pas idéal. Ma mère était très souvent seule pour élever quatre enfants, car mon père travaillait à l’extérieur. Et tout comme nous, elle subissait ses foudres. Elle vivait elle aussi dans l’insécurité et dans la peur de sa violence.

En fuyant à 17 ans, ma sœur s’est retrouvée dans un environnement malsain (drogue, alcool, sexe). Paradoxalement, elle se sentait sans doute reconnue et aimée pour ce qu’elle était.

De mon côté, je me suis tournée vers le sport et j’ai vécu beaucoup de reconnaissance grâce à mon talent, mais aussi beaucoup de blessures. Je réalise que nos souffrances étaient communes, mais qu’elles se sont exprimées différemment. Moi, j’exprimais une grande colère sur le ballon, j’avais une confiance en moi fragile. J’ai longtemps rejeté ma féminité, avant de ressentir le besoin excessif du regard extérieur pour me rassurer. J’ai compris plus tard que lorsque le père ne donne pas de valeur à la féminité de ses filles, elles auront tendance à la chercher à l’extérieur d’elles-mêmes, elles ne respecteront pas.

Pendant plusieurs années, dans différents pays, j’ai eu l’impression de vivre une situation semblable à celle de ma sœur, mais moins dramatique. J’avais de belles qualités, un grand talent, mais on me manquait de respect verbalement ou physiquement. J’ai fui moi aussi, en changeant d’équipe, d’entraîneur, de pays, de provinces, jusqu’au jour où j’ai fait face à mes démons intérieurs.

Après beaucoup de travail sur moi-même, j’ai réussi à valoriser ma différence, à accepter mes imperfections et mon fort caractère. Par-dessus tout, j’ai pu aimer mon corps et mon rôle de femme forte, sportive, mais aussi sensible et spirituelle. J’ai réalisé que j’avais fait miennes certaines croyances de mon père ou de la société qui me maintenaient dans l’insatisfaction. Lorsque je me suis rendu compte que j’attirais le même genre d’entraîneurs et d’amoureux, un déclic s’est fait. J’ai commencé à changer ma manière de percevoir les choses, à devenir plus consciente de mes pensées et à être plus aimante envers moi-même. Ce fut le début d’un grand changement intérieur et extérieur.

Partager son vécu

ghylaine dumont jeux olympiques croissance personnelle développement personnel cheminementJ’ai commencé à donner une conférence en 2003. Depuis les Jeux olympiques de 2004, avec l’escouade «Jouez gagnant» j’en ai fait des centaines dans des écoles, des organismes, des clubs sportifs et des entreprises partout au Québec.

Je me suis adressée à de jeunes décrocheurs et j’ai fait des conférences en région. Je pense que ces rencontres sont celles qui m’ont le plus marquée. Avec eux, j’ai laissé exprimer mon cœur,  là où je vais rarement. L’histoire de ma sœur n’est pas très connue et je me sens encore vulnérable lorsque j’en parle.

Autres textes sur Croissance personnelle

Quand un homme accouche

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementRoman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone:  (514) 256-9000 , en région:  1-877-256-9009  Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Autres livres pouvant vous intéresser:

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT.

%d blogueurs aiment cette page :