Impressionnisme au MBAM

Musée des Beaux-Arts de Montréal

L’impressionnisme, une contre-culture fin 19e siècle ?

Une exposition qui nous permet de retrouver la fraîcheur d’un art dont on oublie qu’il fut hors norme en son temps.

Normand Charest – chronique Valeurs de société, dossier Culture

reflet de société débat reflexion socialeUne collection exceptionnelle de tableaux impressionnistes fait le tour du monde, en ce moment, pendant que l’on agrandit les locaux du Sterling and Francine Clark Institute du Massachusetts. Et son seul arrêt au Canada se fait au Musée des Beaux-Arts de Montréal, du 13 octobre 2012 au 20 janvier 2013. En tout, 74 tableaux dont 21 de Renoir.

L’exposition occupe quatre salles de l’ancien édifice dont l’ancienneté lui convient parfaitement. Dès le départ, avouons notre préférence pour les œuvres de Renoir, ainsi que pour quelques Monet et Pissarro.

1. Les précurseurs

La première salle est réservée aux précurseurs, les peintres paysagistes Millet et Corot. On est aussi content de voir une petite toile bien vivante d’Honoré Daumier, dont on connaît surtout les gravures, les illustrations de livres qui se rapprochent de la caricature.

Mais ce que l’on peut retenir de la première salle, ce sont deux natures mortes de Renoir : « Oignons » (1881), des oignons rosés sur fond d’azur, des couleurs modulées comme on lui connaît. Et « Pivoines » (1880) qui est superbe de vie, de spontanéité, de fraîcheur, de naturel.

Renoir_Pivoines art culture peinture artistes

Renoir, «Pivoines»

2. Peindre dehors

Dans la deuxième salle, un merveilleux Monet de 1874, « Les oies dans le ruisseau ». On y trouve déjà les petites touches familières, mais en couleurs automnales, discrètes, sauf pour l’orangé citrouille du toit de la maison.

Un Pissarro surprenant, « La maison de Piette à Montfoucault » (1874). Un paysage de neige gris, vert-de-gris et blanc bleuté, des couleurs ternes en principe. Pourtant, l’effet général est frais et vivant. Beau défi de peindre dehors en hiver. La rapidité d’exécution a donné beaucoup de vie au tableau, avec un coup de pinceau qui va à l’essentiel.

Un autre tableau de Pissarro, un paysage fait de couleurs primaires, cette fois, « Saint-Charles, Éragny » (1875). La belle lumière de l’été, vive mais douce, comme si la petite brume du matin venait juste de disparaître.

Frédéric Back, dans L’homme qui plantait des arbres, a repris un peu ce style – et avec bonheur. Soit dit en passant, on a exposé les œuvres de Frédéric Back dans des musées japonais où on lui a rendu honneur, mais jamais chez nous. Bien sûr, c’est un autre sujet sur lequel il faudrait revenir plus tard. Mais ce n’est pas inutile de le souligner au passage.

Sur les murs des salles, on a écrit des citations de Renoir, qui n’aimait pas se mêler de théorie. En voici une : « La seule récompense que l’on devrait offrir à un artiste, c’est de lui acheter ses œuvres. »

Un autre paysage : « Les falaises à Étretat » (1885). Du grand Monet, mature. Bel équilibre de couleurs, des bleus superbes ravivés par un rose orangé que l’on désespère de reproduire. Outre les couleurs, la composition est remarquable. Des rochers solides, verticaux, par opposition à l’horizontalité des strates rocheuses, de l’eau, des vagues, du ciel. Un tableau à la composition plus forte que d’autres paysages de Monet.

monet falaises artiste peintre art culture

Monet, «Falaises…»

3. Les couleurs magiques de Renoir

Dans la troisième salle, il y a foule. C’est là que se trouvent les portraits bien connus : du Renoir à son meilleur. Le bleu rêveur qui lui est unique, des bleus magiques relevés de violet, de vert. Renoir est à son sommet lorsqu’il peint des portraits féminins et des fleurs. Chez lui, les deux se confondent.

D’accord, on a trop vu ces tableaux en reproduction. Mais en « personne », quelle différence ! On n’en revient pas. Rien, absolument aucune reproduction ne peut rendre la vie de ce genre de tableau. Leurs couleurs, leurs textures, les interactions entre les couches superposées, agissant l’une sur l’autre. Des tableaux qui ont même une sorte d’aura.

4. Du sang neuf en art, hier et aujourd’hui

Dans la quatrième salle, on expose des tableaux non impressionnistes de l’époque pour nous mettre en situation. Des tableaux de Gérôme, par exemple, plein de mélodrames et de mises en scène. Rien de naturel, mais c’est ce que l’on croyait être du grand art, en ce temps-là.

Que l’art puisse se servir de sujets modestes et réalistes, qu’il puisse peindre la vraie vie, tout en prenant des libertés, voilà qui était nouveau dans les milieux artistiques et littéraires. Et c’est ce que les « avant-gardes » allaient changer graduellement, à la fin du 19e siècle et au début du 20e, autant en peinture qu’en poésie et dans tous les arts.

Quel lien peut-on établir avec cette exposition impressionniste et l’art actuel ? L’impressionnisme fut d’abord rejeté par les écoles, les académies, les acheteurs et le public de l’époque. On riait de cet art considéré comme naïf et maladroit, et l’expression « impressionnisme » fut d’abord une insulte inventée par un critique.

De la même manière, l’art urbain ne vient pas des écoles et des académies, mais de la rue. Tout n’est pas de valeur égale, mais en définitive, il faut constater que les arts populaires ont toujours apporté du sang neuf aux différentes cultures et qu’il faut en tenir compte.

  • Exposition « Il était une fois l’impressionnisme » au Musée des Beaux-Arts de Montréal, du 13 octobre 2012 au 20 janvier 2013. L’entrée est de 20 $. (À ce prix, ce n’est pas à la portée de tous. Dommage.)

Autres textes sur Culture

Carte anniversaire, poster, T-Shirt avec impression d’artistes

poster affiche flyer carte anniversaire cartes souhaits voeux affichage impression t-shirtUne boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux. Une façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement artistique.

Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

Merci d’encourager les artistes et le Café-Graffiti.

www.editionstnt.com (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. cafegraffiti@cafegraffiti.net.

Impossible de prendre un temps d’arrêt, encore moins des vacances

Envahit par les nouveaux projets

Le petit hamster qui m’habite

J’ai tenté de prendre un instant de pause vendredi soir dernier. Avec ma famille, je me retrouve à la salle André-Mathieu pour voir le spectacle le Micro de feu de Martin Petit. Samedi soir, je me retrouve au Château Frontenac pour participer au vernissage de Monk-e1. Le petit hamster qui roule dans ma tête n’a pas voulu prendre un temps de pause.

Raymond Viger Dossiers CommunautaireFamille

hamster dans la tête pleins d'idées photos animauxJ’ai adoré et apprécié le spectacle de Martin Petit. Étant une boîte à idée sur deux pattes, quand j’arrête de travailler pour quelques instants, j’ai un petit hamster qui roule à 100 milles à l’heure dans ma tête.

Pendant le spectacle et durant les heures qui ont suivi, j’ai eu quelques idées du tonnerre qui ont retenti dans mon cerveau. Pour me calmer les nerfs, j’ai fait un billet sur mon appréciation du spectacle de Martin Petit. Mais ensuite j’ai fait parvenir un message à Martin Petit ainsi qu’à Pierre Verville pour partager les nouvelles idées qui ne cessent de clignoter dans ma tête.

Château Frontenac et le Musée national des Beaux-art du Québec

hamster photos tourne cage photographies animauxLe lendemain, je quitte pour Québec pour y rejoindre Monk-E, Patrick et Hubert Therrien pour un vernissage de graffiteurs dans un lieu historique et conservateur tel que le Château Frontenac. Je ne pouvais pas manquer un tel événement. Étant arrivé quelques heures à l’avance, j’aperçois une impressionnante murale graffiti. J’arrête au Musée national des Beaux-art du Québec pour une petite visite.

Arrivé ensuite au Château Frontenac, près avoir rencontré son directeur, M. Mercure qui a autorisé le vernissage des graffiteurs, 3 ou 4 coups de pattes de mon petit hamster et me voilà parti pour un grand reportage sur le street art et la Ville de Québec.

hamster photos vacances photographies animauxAvant le retour pour Montréal, Danielle et moi prenons le temps de souper dans un restaurant. Malheur pour moi! Le souper est accompagné d’un chansonnier. À le regarder jouer, il me donne le goût de recommencer la guitare. Un autre projet qui ne réussit pas à entrer dans mon agenda. J’aurais à en faire le deuil tout en continuant d’apprécier sa musique.

En revenant à Montréal à une heure tardive, je n’ai pu m’empêcher de faire un billet sur le vernissage auquel Danielle et moi avions assisté. Question de parler du sujet quand c’est encore chaud.

Un hamster à la place du cerveau

Je peux vous dire que c’est épuisant de prendre un temps d’arrêt. Je ne sais pas comment dire au petit hamster qui trotte dans ma tête qu’il peut prendre un temps d’arrêt lui aussi ou encore aller jouer au tennis ou au golf.

Impossible dans de telles conditions d’imaginer prendre des vacances! J’en reviendrais en louant le stade olympique ou quelque chose du genre!

Je commence à comprendre pourquoi dans ma jeunesse je rêvais de pouvoir me donner des coups de marteau sur la tête pour l’arrêter de temps à autre!

Autres textes qui pourraient vous intéresser:

Pour rejoindre un artiste du Café-Graffiti: (514) 259-6900 cafegraffiti@cafegraffiti.net

Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs!

tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logoVotre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en bleu, rouge, noir ou blanc. Ou encore votre Sweat-shirt disponible en gris pour seulement 29,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.editionstnt.com/t-shirts.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti:  (514) 259-6900 .

%d blogueurs aiment cette page :