Conflit entre la SAAQ et ses assurés handicapés

Conflit entre la SAAQ et ses assurés handicapés

François Richard    Dossiers Santé, Handicap

L’Association des paraplégiques du Québec (APQ) a dénoncé la faiblesse des montants remboursés pour leur transport à ses membres bénéficiant du régime d’assurance de la SAAQ. Un communiqué à cet effet a été publié le 10 juin 2009. La Société de l’assurance automobile du Québec rembourse à ses bénéficiaires 12 sous du kilomètre parcouru. L’APQ dénonce l’insuffisance de ce montant et souligne que les fonctionnaires à l’emploi des ministères et organismes publics québécois se font rembourser pour leur part 40 sous du kilomètre. L’APQ dénonce une politique de discrimination dont seraient victimes ses membres.

Médecin ou ergothérapeute

La SAAQ doit rembourser à ses bénéficiaires les frais de transports encourus lors de déplacements effectués en lien avec l’assurance, par exemple pour se rendre chez le médecin ou l’ergothérapeute. Ce remboursement concerne les déplacements effectués avec un véhicule personnel seulement. Rappelons que la SAAQ indemnise toutes les victimes d’accidents de voiture au Québec. Il s’agit d’un régime universel et à cotisation obligatoire.

Assemblée nationale

L’APQ soutient que 12 sous du kilomètre ne correspond pas au véritable coût du transport en voiture. Le regroupement juge de plus qu’une indexation automatique au coût de la vie devrait être mise en place. Le montant est présentement changé par voie réglementaire à  l’Assemblée nationale. Il passe ce printemps de 12 à 14 sous, une augmentation dont la taille a contrarié l’APP et l’a incitée à rendre le dossier public.

Coût de l’essence, camionnette, discrimination

Le directeur général de l’APQ, Walter Zelaya, juge les demandes de son association tout à fait raisonnables. Il explique qu’il se contente de demander seulement le montant consenti aux fonctionnaires. ‘Pourtant, nos membres paient plus que le reste de la population pour se déplacer. Il doivent faire adapter leur véhicule à leur condition. Et ces véhicules adaptés sont habituellement des camionnettes, ce qui occasionne des coûts d’essence beaucoup plus élevés que pour la moyenne des véhicules.’ Walter Zelaya soutient que le fossé entre les besoins des gens qu’il représente et les services qui leur sont offerts constitue une forme de discrimination.

SAAQ, CSST et RRQ sont équitables

La relationniste auprès des médias de la SAAQ, Audrey Chaput, affirme que le montant des remboursements est loin d’être discriminatoire. Il serait plutôt selon elle un symbole d’équité. ‘La SAAQ se doit d’être équitable envers tous ses bénéficiaires’ soutient-elle. Audrey Chaput souligne que les autres grands assureurs publics du Québec (RRQ, CSST, etc.) ont des taux de remboursement semblable à ceux de la SAAQ, qui s’en est d’ailleurs inspiré pour fixer les siens.

Mobilité réduite et taxi

La relationniste explique ensuite que les coûts supplémentaires auxquels sont confrontés les personnes à mobilité réduite sont pris en considération par la SAAQ. La Société paie les frais d’adaptation du véhicule et offre gratuitement transport en commun et taxi.

Argent et taxi, la SAAQ est ignorante

Cette dernière affirmation irrite Walter Zelaya. ‘C’est absurde de dépenser beaucoup plus d’argent sur des taxis que ce qu’il en coûterait pour rembourser adéquatement les frais de transport.’ Audrey Chaput affirme ne pas savoir s’il serait plus avantageux pour la SAAQ de mettre en oeuvre les demandes de l’APQ. ‘Il est impossible pour nous de savoir si c’est plus cher de rembourser les gens ou de leur payer du transport.’ La SAAQ dit ignorer aussi la raison pour laquelle le taux remboursable est fixé à 14 sous du kilomètre. ‘Nous nous fions à ce qui se fait chez les autres assureurs publics’, affirme Audrey Chaput.

Assureurs et injustice

En attendant de savoir d’où proviennent ses estimations de coûts, le règlement augmentant le remboursement de deux sous de l’heure chemine à l’Assemblée nationale. L’écart de 26 sous du kilomètre entre les fonctionnaires et les bénéficiaires est considérable. Les assureurs publics étant en situation de monopole, n’est-il pas injuste qu’ils traitent leurs employés beaucoup mieux que leurs bénéficiaires? Je n’ai pas la réponse à cette question. Je suis curieux de connaître la vôtre.

 

PUBLICITÉ

Spectacle Hip Hop Breakdance, Graffiti, DJ et rap

show_image Le Choc des Cultures – Le Hip-Hop rencontre le classique
Spectacle original mettant en vedette: organistes classiques, break-dancers, rappers, DJ et graffiteurs.
L’église Saint-Nom-de-Jésus expose une centaine de toiles peints par des artistes. Plus de cinquante artistes complices présentent “Le Choc des Cultures”. 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: cafegraffiti.net
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

3e mardi du mois, Shel Holtz et Michelle Sullivan

3e mardi du mois, Shel Holtz et Michelle Sullivan

Question de bmichelle-sullivan-relationniste-3e-mardi-du-moisriser mon isolement derrière ce blogue, j’ai tenté quelques sorties reliées au Web. Invité par la relationniste Michelle Sullivan, j’ai participé à la rencontre Les 3e mardi du mois. Cette rencontre de blogueurs, majoritairement relationnistes ou se servant commercialement de l’Internet, réuni les gens autour d’un conférencier. Pour cette rencontre, un invité connu nous arrivait directement de Californie, Shel Holtz.

La conférence en anglais était intéressante. Shel Holtz est un passionné capable de shel-holtz-conferencier transmettre et de faire rayonner don intensité. Michelle Sullivan, pour ceux qui peuvent lire l’anglais, nous laisse une anecdote de la conférence.

De mon côté, je vais vous laisser avec une autre anecdote. Shel Holtz nous conte l’histoire d’un groupe de musique (désolé, je ne me souviens pas de qui il s’agissait). Ceux-ci, à l’époque du Peace and Love, laissait toute leur musique libre de droit d’auteur. Allez, disaient-ils, on s’aime toute la gang, copier et diffuser la musique comme bon vous semble. Nous on joue de la musique pour l’amour et on se balance des droits d’auteur et de l’argent. Parce que tout le monde avait copié leur musique, ils se sont mis à être connu, à jouer dans les grandes chaînes de radio, sur les plus grandes scènes. Rapidement, ils sont devenus millionnaires.

Cette histoire servait d’introduction à la générosité qu’il faut se donner sur l’Internet. Ne vous gênez pas pour faire des liens sur d’autres blogues…

À la fin de la conférence, Shel Holtz nous dit qu’il a publié plusieurs livres. Il fait respecter ces copyright (droits d’auteurs) parce qu’il veut avoir des revenus de ses livres. Dommage qu’il ait gâché la magie de sa conférence avec cette dernière phrase. Il fait exactement le contraire de ce qu’il enseigne.

OSER LE RISQUE

De mon côté (au cas où vous n’auriez pas encore vue les publicités des mes livres sur mon blogue), je suis écrivain. Au début de chaque livre, je mentionne que tout le monde a le droit de photocopier et de diffuser gratuitement mes livres. Nous faisons de même avec notre magazine d’information et de sensibilisation Reflet de Société. Nous en faisons même la promotion de ce droit de photocopier nos livres et magazines. Nous avons un site Internet où nous archivons tous nos textes, par catégories et nous proposons aux écoles de choisir les textes qu’ils ont besoin et d’en faire autant de photocopies qu’ils veulent.

La seule exigence que nous avons c’est que les gens citent la référence. Cela ne nous empêche pas de vendre nos livres et nos magazines. Au contraire. Il m’arrive parfois d’aller dans un centre de thérapie ou une maison de jeunes et de voir sur un tableau une vingtaine de photocopies d’un de mes textes ou de ressources que je présente. Les gens y ont accès gratuitement. Je suis convaincu qu’en bout de ligne à donner accès librement aux textes, cela m’a permis d’être encore vivant dans le monde de l’édition.

Imaginons le pire scénario. Pierre Karl Péladeau remarque mon guide d’intervention

pierre-karl-peladeau-PKP de crise auprès de personnes suicidaires. Puisqu’il est libre de droit d’auteur, il décide d’en éditer 150 000 exemplaires et de les donner à tous les jeunes du Québec. Suis-je perdant? Non. Parce que si 150 000 jeunes ont eu accès gratuitement à mon guide, il sera devenu un classique. Dans les années qui vont suivre des gens vont l’avoir perdu, vont en vouloir une autre copie, d’autres vont en avoir entendu parlé et vont le vouloir… Les ventes vont augmenter malgré tout. Je n’ai pas perdu les droits d’auteur sur les 150 000 exemplaires que Pierre Karl Péladeau a donné. Je viens de gagner des droits d’auteurs sur tous les livres que Pierre Karl Péladeau me fera vendre ultérieurement.

Le même événement mais avec 2 regards différents. C’est Albert Einstein qui serait heureux de me voir utiliser la relativité dans des thèmes sociaux.

P.S. 15 juin 08. Michelle Sullivan mentionne: « Et pour ce qui en est de ce fameux groupe musical, il s’agissait du Grateful Dead ».

À suivre demain: YUL Blog

PUBLICITÉsuicide-guide-d-intervention-suicidaire

Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre, au coût de 4,95$ est disponible dans toutes bonnes librairies au Québec ainsi qu’à la Librairie du Québec à Paris.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :