Justice et valeurs sociales autochtones

La justice et les Premières Nations

Des valeurs qui peuvent nous inspirer

Normand Charest Dossiers Autochtone, Environnement, Santé

Logo_chronique 2 (ajusté)Pour comprendre des valeurs culturelles différentes, il est nécessaire de sortir de notre « zone de confort » et des valeurs habituelles que nous avons tendance à croire universelles.

Pour comprendre l’autre, il faut véritablement l’écouter sans préjugés, c’est-à-dire sans le juger d’avance. Dans le cas des Premières Nations, nous nous sommes côtoyés et influencés mutuellement depuis des siècles, tout en nous méconnaissant.

Les Autochtones sont soumis, comme nous tous, aux lois du pays. Mais ils ne se reconnaissent pas dans ces lois « coloniales » et dans les valeurs de la société « blanche » en général.

autochtone indienRupert Ross est procureur de la Couronne auprès des communautés autochtones du Nord-ouest ontarien, des communautés ojibways et cris. Dans son livre Dancing with a Ghost (1992, 2006), un bestseller au Canada anglais, il raconte ses expériences et ses efforts pour comprendre les comportements, à première vue inexplicables, des Amérindiens lors de leurs contacts avec la Justice.

C’est ainsi qu’il a découvert une manière d’être et des valeurs sociales totalement différentes des nôtres et de notre approche judiciaire, sans la connaissance desquelles il ne pouvait que mal interpréter le comportement des victimes, des témoins et des criminels.

Parmi ces comportements qui pouvaient mener à de fausses conclusions, il mentionne des témoins qui refusent le contact visuel, des victimes qui ne veulent pas témoigner devant l’accusé et des parents qui n’interviennent pas lorsque leurs enfants agissent mal.

Les règles traditionnelles

Avec l’aide d’enseignants spirituels, il a pu apprendre les règles traditionnelles, qu’il résume en cinq points : non-intervention, ne pas montrer sa colère, respect de la gratitude, prendre le temps d’observer ou d’écouter avant d’agir, attendre le bon moment.

On peut aussi noter quelques éléments de ce que l’on pourrait appeler la « justice à l’amérindienne » :

  • Une recherche du consensus dans la communauté, plutôt que l’imposition d’une solution ;
  • Un sentiment de responsabilité de la communauté envers l’individu (« Qu’avons-nous fait ou omit de faire pour qu’il devienne ainsi ? ») ;
  • Pour celui qui est trouvé coupable d’un crime : guérison plutôt que punition, compensation plutôt que châtiment.

La lecture de ce livre nous enrichit de deux manières. Premièrement, en nous aidant à mieux nous comprendre mutuellement, et ainsi à nous rapprocher. Deuxièmement, en nous montrant des valeurs sociales amérindiennes que nous pourrions très bien transposer dans notre société pour le bien de tous, comme ce pourrait être le cas pour les trois éléments précédents.

Car, en définitive, tout en conservant nos différences locales et culturelles, notre monde est constamment en train de se métisser et de partager des valeurs. De plus, les traditions des peuples autochtones comportent des sagesses naturelles utiles à tous. Des traditions que nous avons peut-être délaissées, au cours de notre évolution technologique qui nous éloignait de la nature.

Illustration de Normand Charest

Autres textes sur Autochtone

Boutique des jeunes artistes

fanny aishaa muraliste peuple autochtone première nation Trois mots peuvent décrire le cheminement artistique de la muraliste Fanny Aïshaa: Unité, biodiversité et diversité des peuples.

Visitez la boutique de Fanny Aïshaa. Fanny y présente des reproductions de quelques-unes de ses oeuvres. Que ce soit avec une affiche 8.5 » X 11 » à 5$, une carte de voeux à 4$, un T-Shirt à 20$ ou encore un Sweat-Shirt à 40$, les reproductions de Fanny sont une façon originale de la soutenir dans ses différents projets de création avec les peuples autochtones tout en ayant une partie de son oeuvre chez vous.

Autres artistes de la boutique des Éditions TNT:

 

Sagesse autochtone : « Tout ce qui est vrai est beau »

Sagesse autochtone

« Tout ce qui est vrai est beau »

 chronique société presse communautaire média écritUn vieux loup au crépuscule – Dans son livre The Wolf at Twilight, l’auteur américain Kent Nerburn accompagne un vieil « Indien » lakota dans son voyage « au pays des fantômes et des ombres ». Dans ces pages, le vieil homme transmet ses réflexions et ses connaissances à l’écrivain blanc qui les note.

Normand Charest – Dossier Autochtone

kent nerburn the wolw at twilight autochtones

E. Curtis, Fillette navajo, 1905.

À propos d’éducation, il dit des choses que l’enfant en nous approuve. Pensez-vous, dit-il en substance, que les petits enfants veulent étudier assis sagement dans des écoles ? Ils le font plutôt en observant tout ce que leur offre la nature, y compris l’exemple des adultes qu’ils tentent d’imiter. Car c’est de cette manière qu’ils apprennent.

Plus loin, il ajoute que le Créateur a donné à chaque peuple des talents qui leur sont propres. Aux Blancs, celui de noter les choses dans des livres. Aux Indiens, le talent d’écouter la nature. « Ce sont des talents différents, tout comme il y a différentes façons de comprendre le Créateur… Voudrais-tu détruire les voies particulières des autres peuples ? Je ne pense pas, parce qu’alors tu détruirais une partie de la vérité du Créateur. »

À l’auteur qui lui dit que ce sont de fort belles paroles, il répond : « Tout ce qui est vrai est beau, parce que tout ce qui est vrai vient du Créateur »… Qui peut dire qu’il ne s’agit pas là d’une grande sagesse ? Qui peut dire que cette pensée est primitive ?

Un retour à nos origines : « Vous avez déjà pensé ainsi, mais vous l’avez oublié »

Si chaque peuple a reçu un talent particulier, il faut bien constater que beaucoup l’ont déformé en cours de route. Il revient à chacun de retrouver son talent oublié. C’est vrai pour chaque individu et pour chaque peuple. Pour cela, nous devons chercher, observer, écouter en nous et autour de nous.

Et des propos sages comme ceux que nous venons de lire peuvent nous inspirer, dans notre recherche de valeurs plus profondes et durables. Parfois, ils nous font remonter à nos origines, d’avant la grande évolution technologique et matérialiste, alors que nous étions encore proches des valeurs naturelles.

Déjà durant l’enfance, nous nous sentions attirés par les histoires d’Indiens qui peuvent lire dans les traces des animaux. Et les contes nous fascinaient, dans lesquels les animaux et les humains se parlaient et se comprenaient, comme des frères. Ainsi que les initiations par lesquelles le garçon devait trouver son nom d’adulte, ainsi que sa mission dans cette vie.

Car l’enfant en nous est proche de ces premiers âges de l’humanité. Et il nous guide dans ce retour vers un lien plus fort avec la nature, et avec notre Créateur. Un lien d’amour et de respect. Si ce n’est déjà fait, nous trouverons alors notre vraie place dans l’univers. À la fois plus modeste et plus grande.

Comme le dit le vieil homme du livre, « laisse cette pensée faire une petite pause en toi, le temps que tu puisses l’observer » et y réfléchir.

Autres textes sur Autochtone

Abonnement au magazine Reflet de Société

magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :