Fabienne Larouche VS graffiteur Alexandre Scan Veuilleux

Une oeuvre illégale est-elle protégée par les droits d’auteur?

L’émission 30 vies questionnée

Fabienne Larouche, sa maison de production Aetios et Radio-Canada poursuivi pour 45 000$ par le graffiteur de réputation internationale Alexandre Veuilleux (Scan).

Raymond Viger Dossiers CultureTélévision

Grandes réflexions débutées dans plusieurs médias. Le graffiteur Alexandre Veuilleux (Scan) poursuit Fabienne Larouche, la maison de production Aetios et Radio-Canada pour 45 000$. Le litige, l’utilisation d’un throw up (grosses lettres ballonnes) de l’artiste urbain Scan pour le générique de l’émission 30 vies.

D’un côté, Fabienne Larouche revendique le droit d’utiliser le visuel urbain lorsque fait illégalement sur un mur. De l’autre, l’artiste urbain revendique son droit de propriété sur son oeuvre.

Après avoir été refusé dans sa demande d’être dédommagé pour l’utilisation de sa signature, Alexandre Veuilleux décide de passer à l’action et de poursuivre.

Avant de vous présenter ma position sur ce point litigieux, je résume quelques points sur lesquels je base ma réflexion:

  • Le Throw up de Scan est reconnaissable et reconnu par plusieurs.
  • Scan est un artiste professionnel international connu et reconnu. Il a donc son fan club et des gens qui peuvent reconnaître sa signature.
  • Pourquoi la maison de production Aetios de Fabienne Larouche n’a pas fait comme les autres producteurs et payer des graffiteurs pour obtenir, libre de droits d’auteur, le visuel requis?
  • À partir du moment où l’artiste se fait connaître, pourquoi la maison de production de Fabienne Larouche n’a pas pris une entente avec Scan?
  • Si c’est illégal de faire des graffitis sans permission, est-ce que dans faire la promotion dans une émission ne serait-il pas immoral?
  • Une preuve que l’art urbain a une valeur c’est que Fabienne Larouche, comme plusieurs autres producteurs, l’utilise pour le mettre en plein écran et faire leur promotion.
  • Pourquoi Scan ne pourrait pas être reconnu par Fabienne Larouche pour ce qu’il a fait?
  • On parle du générique. C’est un logo pour une émission de télévision. Tout comme la signature d’un artiste urbain. Et cela a une valeur.

En ce qui me concerne, autant Scan que Fabienne Larouche ont tort.

  • Scan parce qu’il a fait un tag illégal
  • Fabienne Larouche parce qu’elle n’a pas payé des graffiteurs pour utiliser l’art urbain libre de droits d’auteur.

Saviez-vous que la majorité des producteurs prennent le temps de vérifier et de payer les artistes urbains pour avoir du matériel libre de droit d’auteur?

Pour en nommer que quelques-uns:

  • Un film de Eddy Murphy tourné à Montréal.
  • La série les 2 frères.
  • La série américaine Fais-moi peur.
  • Yamaska.
  • Frank VS Girard.
  • La série documentaire X Pression Graffiti.

Finalement, le fait que ce soit un tag dont il est question peut en déranger plusieurs à savoir si c’est de l’art ou non, s’il y a des droits d’auteurs à respecter. Prenons un exemple plus facile. Je joue de la guitare et j’ai fait quelques compositions originales. Il est illégal que j’aille jouer mes chansons sur le coin de la rue. Ça me prend un permis que je n’ai pas. Ça ne donne pas le droit pour autant à un producteur de me filmer et de mettre ma chanson dans une télésérie sous prétexte que je l’ai chanté illégalement sur la rue.

Autres textes sur Cinéma et télévision

Carte anniversaire, poster, T-Shirt avec impression d’artistes

publicité boutique t-shirts cartes voeux carte anniversaireUne boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux.

Une façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement artistique.

Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

Merci d’encourager les artistes et le Café-Graffiti.

www.editionstnt.com (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009.cafegraffiti@cafegraffiti.net

Autres artistes de la boutique des Éditions TNT:

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Publicités

Jacynthe René, Fabienne Larouche et le casting couch

Jacynthe René, Fabienne Larouche et le casting couch

Dossiers Prostitution, Sexualité, Cinéma.

Nouveau dévoilement en cours. Les producteurs et les réalisateurs aux mains longues qui profitent de leur poste d’autorité pour avoir des avances sexuelles.

Félicitations à Jacynthe René pour lever le voile sur ce qui est une rumeur depuis très, très, longtemps. Tout le monde s’en doutait. Tout le monde le savait. Mais personne n’avait osé briser le mur du silence. Je suis convaincu, et je l’espère, que d’autres femmes, victimes de ces profiteurs vont se lever et pointer du doigt les abuseurs. Un nettoyage s’impose dans l’industrie du cinéma.

Dans cette nouvelle histoire qui saura tenir les médias en haleine, j’ai bien apprécié le commentaire de Fabienne Larouche dans le Journal de Montréal du 11 novembre. Elle a cerné les 3 composantes importantes de ce cercle vicieux. Des hommes vicieux et abuseurs, des victimes qui ont peur de dénoncer pour rester dans l’industrie et certaines femmes qui font des avances sexuelles aux producteurs pour avoir le rôle. Fabienne Larouche a bien résumé la situation et je la félicite.

Quand un homme prend avantage de son poste d’autorité pour avoir des avances sexuelles, on parle d’abus sexuel, voire de viol. Quand une femme propose des services sexuelles pour avoir un rôle, on parle de prostitution. Il faut mettre les bons mots au bonne place.

Et cela nous ramène à ce fameux débat sur la légalisation de la prostitution. Est-ce vraiment par choix qu’une femme propose des avantages sexuels pour avoir un rôle ou encore par manque de choix? Si elle est convaincu que la seule façon de percer dans l’industrie est de coucher avec le réalisateur ou le directeur de casting quelles sont ses choix?

Ce dilemne, certaines le vivent avec leur carrière de comédienne. D’autres avec l’idée d’avoir quelque chose pour se nourrir. D’autres pour pouvoir consommer drogue ou alcool. Peu importe ce que l’on cherche à obtenir, tout cela demeure prostitution. Est-ce le scénario que nous voulons offrir à nos jeunes? Pouvons-nous créer une société où la femme a des choix réelles devant elle?

Autres textes sur Prostitution et Sexualité.

Avons-nous l’argent nécessaire pour légaliser la prostitution?

Doit-on légaliser la prostitution?

Les effets pervers de la légalisation de la prostitution.

Les clients de la prostitution.

Les filles dans les gangs de rue et la prostitution.

Prostitution de luxe d’une escorte.

Pour ou contre la légalisation de la prostitution?

Jean-François Lisée de L’actualité et la légalisation de la prostitution.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-jean-simon-brisebois-art-de-la-rue Poésie urbaine. Renaissance. Depuis 1997, Jean-Simon Brisebois s’est découvert une passion pour écriture. Il s’implique activement dans divers projets communautaires dans Hochelega-Maisonneuve.
Renaissance est un recueil de pensées et de poèmes parlant autant de son amour de la vie que d’espoir. 4,95$

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :