Comment rester belle, jeune et mince?

Hypersexualisation et sexualité

Fontaine de Jouvence

Mélanie Gauthier    Dossiers Sexualité, Hypersexualisation
sexualite-hypersexualisation-etre-belle-jeune-mince Dans notre société aux valeurs morales déficientes, l’industrie du sexe fait vendre à coup sûr. Beauté et jeunesse éternelle sont perçues comme des signes de succès et de performance. Certains nous jugent par notre apparence, notre âge ou même à la façon de nous vêtir.

Libido des hommes

Je suis d’accord que les hommes ne sont pas forcément tous des pervers à la libido surdéveloppée. Certains ont cependant tendance à réduire la femme à une simple icône sexuelle. Que dire de cette expression: «même quand elle dit non cela veut dire oui»? Ce n’est qu’un exemple de la pression qu’une femme peut endurer par rapport à sa sexualité.

Depuis l’âge de 14 ans, je vis avec un problème de dysmorphophobie, c’est-à-dire que depuis mon adolescence, je vis un profond dégoût pour ce qui à trait à mon apparence physique et mon identité sexuelle. J’étais le cas tragique de l’adolescente marginale qui refusait de se conformer au moule. Des chandails ‘’bedaines’’, des fuck friends ou encore fumer du pot avec le voisin de 30 ans apparemment bien intentionné, c’était hors de question!

À l’école primaire, j’étais rejetée. Au secondaire, les choses ont empirés! J’étais la fille laide et pas ‘’déniaisée’’ qui traînait avec les gars nerds, victimes des mêmes préjugés, à la bibliothèque de l’école. Et si Barbie ne m’intéressait guère dans mon enfance, Beverly Hill et le dernier clip de Britney Spears encore moins!

Société et hypersexualisaton

J’ai tout tenté pour m’adapter à ce milieu hypersexualisé et hostile mais en vain! J’ai fait une dépression, une tentative de suicide. J’ai quitté l’école entre deux conflits familiaux pour m’occuper de mon petit frère sourd. J’étais désespérément seule. L’unique fenêtre que j’avais sur le monde: les médias et leurs stéréotypes du gars pétard sur son appareil de musculation ou de la pitoune qui atteint l’orgasme en s’appliquant un shampoing pour les cheveux!

Qui sont-ils pour décider de ceux qui sont in ou out, beau ou pas. C’est la question que je me pose encore aujourd’hui! Ce fut le début de mon calvaire, de mon obsession à l’idée de plaire à d’autres jeunes et me plaire à moi-même.

Hypersexualité et maladie mentale

Adolescence gâchée, les choses ne sont guère arrangées dans la vingtaine. J’étais tout aussi seule, désemparée et sur le bord de l’effondrement psychologique. La phobie sociale engendrée par tous ces traumatismes m’empêchait d’occuper un emploi. Je me terrais chez moi, sans un sou, étant convaincue que j’étais une aberration de la nature comparée aux autres jeunes filles. Entre deux tentatives de suicide, je consultais psychiatres et intervenants qui ne voyaient en mes tourments que les signes précurseurs d’une maladie mentale.

Quand j’en avais marre de ma solitude, j’arpentais le bar du coin sous les regards malveillants des vieux loups en quête de chair fraîche, pour finalement aboutir dans des groupes typiquement féministes dont la misère se lisait dans leurs yeux. Vieille, obsolète, inutile, et laide sont les termes que beaucoup de ces dames utilisaient pour se qualifier. Femmes frustrées, il y en a en ces lieux, mais femmes bafouées tout autant. Ma peur de devenir vieille et ma peur de la sexualité prirent de l’ampleur.

Après ces années de honte et de solitude, la chance m’a souri! J’ai trouvé un lieu où je peux interagir avec d’autres jeunes qui partagent des valeurs similaires aux miennes!

Évidemment, le chemin de ma guérison promet d’être long et mes phobies ne partiront pas du jour au lendemain. Hommes, femmes, jeunes, et moins jeunes, nous méritons tous de vivre en toute égalité. Parce que les diamants que nous sommes ne devraient jamais briller que par une ou deux facettes mais dans l’ensemble de celles-ci!

autres textes sur sexualité

autres textes sur l’hypersexualisation

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelle L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Pot pourri de commentaires sur ma présence à Vancouver

Pot pourri de commentaires sur ma présence à Vancouver

Vancouver chapitre 10            Dossier Vancouver

Il m’arrive de prendre mon inséparable calepin et de prendre une note sur quelque chose qui se produit et qui mériterait de se retrouver sur mon blogue. J’essaie de préparer un blogue par jour. Lorsque les idées se suivent de trop près, je suis obloigé de postdaté mes billets. Mais voilà qu’avec le voyage que j’ai entrepris à Vancouver avec Danielle, il y avait trop de choses à dire. J’en étaits rendu à avoir des billets écrits pour plus d’une semaine d’avance. C’est pourquoi vous avez sûrement remarqué que j’ai publié 7 billets dans les dernières 24 heures pour me remettre dans un espace temps qui ressemble plus à la réalité de ce que je suis en train de vivre.

Le billet d’aujourd’hui est un pot pourri d’une série de notes que j’aurais voulu vous entretenir mais qui n’ont pas trouvé leur place dans les derniers billets. Question de me mettre à date dans toutes ces notes et de ne plus traîner d’arriérages, je vous les donnent en vrac ici.

Photo souvenir ou un blogue?

Je suis en voyage et j’ai l’impression que je tiens un blogue comme d’autres tiennent une caméra photo. Au lieu de montrer à tous mes amis les photos de voyage, j’en fais une série de court textes, j’y présente différentes réflexions et commentaires. En les mettant en ligne, ceux qui ont le goût de les lire iront les lire. Autres différences, en les mettant en ligne au fur et à mesure, cela me permet de recevoir des commentaires pendant que les événements ont lieu.

Pitoune

Lors de nos déplacements, Danielle et moi avons été surpris de voir de la pitoune (des billes de bois qui flottent sur l’eau), sur la rivière Fraser. Au Québec, cela fait longtemps que nous avons cessé ce moyen de transport pour les billes de bois et que nous avons nettoyé nos rivières. Cela semble être très présent en Colombie-Britannique.

Improvisation VS Y faut que

Pas facile pour moi d’avoir un horaire à suivre et des obligations à respecter. Comble du malheur, la majorité des membres de la famille de Danielle ont déjà été à Vancouver. J’ai entendu beaucoup de  »Y faut que tu voies telle chose, Y faut que tu voies telle autre chose… » Bon! Je vais mettre de l’eau dans mon vin. Nous avons passé par le Rose Garden par hasard. Il faisait partie de cette liste de  »Y faut que ». Je vais devoir mélanger mon côté improvisateur avec quelques  »Y faut que » intercalé avec le hasard.

Débat sur l’entrée gratuite des journalistes dans les musées

Quand j’ai fait la visite, par hasard, du musée d’antropologie de l’Université de la Colombie-Britannique, j’ai payé 9$ par personne. Une affiche mentionnait que les frais de visite permettaient de pouvoir planifier un agrandissement du musée.

J’ai ma carte de journaliste professionnel. Cette carte donne l’accès gratuit à tous les musées à Montréal. Je me suis toujours fait un point d’honneur de payer mon entrée malgré tout. Parce que si je veux qu’une institution puisse entretenir ce qu’il présente et l’améliorer, ça prend de l’argent. Je paye mon entrée avec plaisir et fierté. J’y achète aussi des cartes postales pour ma fille Annie qui les colectionnent.

Souvenir du Canada: Made in China

Parce que je joue aux touristes, je flane souvent dans quelques boutiques que nous croisons. Je suis toujours choqué et frustré de voir des souvenirs du Canada où l’on peut lire  »Made in China ». Au nombre d’artistes que nous avons, il serait plus cohérent de les faires participer dans la fabrication de ces souvenirs qui nous représentent.

Galanterie

J’ai accès à une automobile dont je ne peux pas débarrer les portes à distance. J’ai donc recommencé à débarrer et ouvrir la porte de Danielle. Galanterie oubliée, revenu au galop.

Histoire complète sur le voyage à Vancouver.

PUBLICITÉ
show_image L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre, au coût de 19,95$ est disponible dans toutes bonnes librairies au Québec ainsi qu’à la Librairie du Québec à Paris.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :