L’animation de Geneviève Lebel au Jardin botanique

Les arts s’invitent au Jardin botanique

Les dimanches après-midi fleuris

Raymond Viger  Dossiers Jardin botanique, Environnement

Tous les dimanches après-midi, de midi à 16:00 heures, Geneviève Lebel vous accueillera au Jardin botanique de Montréal pour la réalisation d’une murale toute particulière.

Une murale particulière où tous et chacun, de tous âges pourrons laisser sa marque. Une réalisation qui se fera parmi des chanteurs d’opéra dans les lilas, des musiciens dans une embarcation sur l’étant, les arts du cirque, de la danse.

Les arts visuels trouvent ainsi un environnement qui mérite un petit détour. La nature peut vous inspirer à tout âge, surtout avec l’obligation de ralentir au Jardin botanique.

jardin botanique espace pour la vie plantes fleurs jardins environnement
Les premières impressions de Geneviève sur cette première journée de création.
J’ai d’ailleurs été surprise de constater qu’après ces quelques heures seulement, pratiquement tous les panneaux avaient déjà été colorés. Beaucoup de gens s’étaient arrêté, certains même pour quelques heures, afin de jeter leurs impressions sur ces canevas grandioses.
jardin botanique espace pour la vie environnement plantes fleurs
jardin botanique espace pour la vie plantes fleurs jardins environnement
jardin botanique espace pour la vie environnement plantes fleurs jardins
jardin botanique espace vie jardins plantes fleurs environnement
plantes fleurs jardins environnement jardin botanique
jardin botanique espace pour la vie environnement plante fleurs jardins

Autres textes sur Environnement et Jardin botanique

L’amour en 3 dimensions. l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle. L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom. Le livre est disponible au coût de 19,95$. Une co-écriture avec le journaliste Colin McGregor a permis de présenter une version anglophone LOVE in 3D. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet:Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4. Autres livres pouvant vous intéresser:

Le Jardin des Premières Nations

Jardin botanique de Montréal

Le Jardin des Premières Nations

Un outil de rapprochement

Normand Charest – Dossiers Jardin botaniqueAutochtone

jardin-botanique-montreal-stade-olympique-mural-jardins-autochtonesLorsque je me rends au Jardin botanique de Montréal, depuis quelques années, je m’arrête au Jardin des Premières Nations. Dans l’ensemble, c’est celui qui me plaît le plus, maintenant.

Pourtant, il n’est pas spectaculaire. Contrairement au Jardin chinois, par exemple, qui est plein de bâtiments d’allure ancienne et exotique, d’éléments architecturaux et de grandes masses de plantes cultivées, qui demandent beaucoup d’entretien.

Le jardin dédié aux autochtones de chez nous est tout autre. À première vue, pour certains, il n’a pas du tout l’air d’un jardin. Plutôt qu’une seule grande entrée triomphale, il en compte plusieurs, chacune d’elle discrète et passant facilement inaperçue.

Si on n’y porte pas attention, ce jardin peut ressembler à n’importe quel boisé. Et à bien y penser, c’est peut-être là le but ? Celui de nous ralentir un peu, puis de nous rapprocher de l’essentiel. C’est-à-dire du naturel, dans le sens d’authenticité.

photographie-nature-plantes-fleurs-jardin-botanique-montrealJ’aime beaucoup ce coin de nature, retrouvé en ville. Le pavillon lui-même est neutre et pas du tout voyant. On a évité le rustique et la pacotille. On n’y trouvera pas d’« Indien » à plumes. L’essentiel se trouve ailleurs. Dans la nature, bien sûr…

L’accueil des jeunes autochtones

Mais par-dessus tout, selon moi, dans l’accueil chaleureux des animateurs : toujours de jeunes Autochtones. Je m’y rends chaque année et chaque fois, je suis frappé par leur accueil patient et enthousiaste, par leur disponibilité et leur douceur.

Je ne sais pas comment on les recrute, comment on les forme. Ou si ces qualités sont tout simplement propres aux Autochtones. Mais en tout cas, il faut souligner cette réussite !

D’ailleurs, on ne parle pas assez souvent de cette douceur, me semble-t-il, et de cet accueil.

Un jardin symbolique

photographie-nature-plantes-fleurs-marguerite-jaune-jardin-botanique-montrealLe Jardin des Premières Nations est parcouru de petits sentiers. Sous les grands arbres matures, on a planté des végétaux indigènes. Et tout y reprend graduellement un air sauvage. Sauf pour les plaquettes identifiant les plantes, qui nous rappellent que nous sommes dans un jardin botanique, et qui jouent leur rôle éducatif.

On voit des pierres gravées au sol, des aménagements discrets çà et là. Une grande tente de toile, des poteaux de tipi, une hutte de sudation, une palissade…

Les régions du Québec y sont symboliquement représentées. La forêt décidue (comme elle l’est dans la région de Montréal et tout le sud du Québec), la forêt de conifères plus au nord, et puis un tout petit échantillon de toundra.

Le grand étang nous offre la présence de l’eau. Avec les oiseaux, les tortues, les moules d’eau douce et probablement des ratons-laveurs. Puis de grandes étendues de nénuphars en fleurs en été. Et on imagine facilement l’orignal qui y plonge.

Sa vraie richesse

Tout cela est bien beau, pour celui qui prend la peine de s’y arrêter, dans le silence et la discrétion. Dans l’humilité même de ce jardin, à l’image des peuples qu’il représente.

Mais sa plus grande richesse, selon moi, repose dans le travail de ses jeunes animateurs. C’est là, peut-être, que se trouve le concept le plus original et réussi de ce jardin.

Dans l’ancienne approche amérindienne, l’homme est le frère des animaux. Et celui des plantes, et des éléments. Il en est indissociable. Et c’est lui qui nous guide ici, dans ce jardin des Premières Nations, dont le rôle est à la fois éducatif et social.

En effet, ce lieu de rencontre peut aider au rapprochement des citoyens des deux groupes, les plus anciens et les plus récents. Cette relation commence par le dialogue et par l’écoute de l’autre.

Les nombreuses activités éducatives, offertes aux groupes scolaires, favorisent ce rapprochement. De cette manière, on laisse un héritage utile aux plus jeunes. Mais le rapprochement se fait aussi par les discussions chaleureuses entre les visiteurs et les jeunes animateurs autochtones.

Pourquoi le dernier ?

Cependant, malgré cette atmosphère harmonieuse et paisible, une question m’intrigue. Pourquoi ce jardin a-t-il été l’un des derniers à être aménagé, seulement en 2001, c’est-à-dire 70 ans après la fondation du Jardin botanique de Montréal en 1931 ?

Après les jardins d’inspiration européenne, japonaise, chinoise… Un des derniers, alors qu’il aurait dû être le premier, puisqu’il est consacré aux Premières Nations de ce pays ? Un signe des temps et du changement des mentalités ? Sinon chez tous, du moins dans une bonne partie de la population ?

Photographies Annie.

Dossier Jardin botanique

Autres textes sur Autochtone

Artistes de la boutique des Éditions TNT:

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :