Élisapie Isaac au Petit Champlain de Québec

Chanteuse Pop Polaire de Salluit

Un bout du Nunavik à Québec

Raymond Viger Dossier CultureTélévisionAutochtone

Danielle et moi arrivons d’un petit voyage de 36 heures à Québec. L’objectif: assister à la prestation de la chanteuse Inuit Élisapie Isaac. Une seule soirée au théâtre du Petit Champlain dans un quartier touristique du Vieux-Québec.

Restauration du Vieux-Québec

Quartier-Petit-Champlain vieux québec art cultureUn voyage des plus plaisant. Découvertes de plusieurs restaurants intéressants et originaux dont Le Lapin Sauté juste à côté du Petit théâtre Champlain ou le Pub St-Alexandre sur la rue St-Jean, à quelques pas de la Porte St-Jean.

De longues marches dans le Vieux-Québec, en partant du Théâtre du Capitole, la rue St-Jean, Le Château Frontenac, le Funiculaire, le quartier du Petit Champlain…  Une belle balade mais avec une température un peu froide malgré que nous soyons presqu’à la fin d’avril.

Pour le stationnement, j’ai découvert le stationnement sous l’Hôtel de Ville de Québec qui offre 1500 places de stationnement. J’ai pu abandonner l’automobile sans me soucier du stationnement.

Finalement, en ce qui concerne le but ultime de notre présence à Québec, le spectacle d’Élisapie Isaac. Une voix originale et spéciale, une présence sur scène très chaleureuse, deux musiciens multi instrumentalistes très performants… La musique n’était pas trop forte par rapport au chant d’Élisapie. Les deux ont joué la percussion en même temps que la guitare. En plus de chanter, ils ont été capable d’alterner guitares électrique, sèche et contrebasse en plus de rajouter le piano à leur prestation!

Une finale acoustique

Elisapie_Isaac salluit inuit nunavikLa finale sans micro pour Élisapie et deux guitares acoustiques sans amplification a bien montré la proximité des artistes et de leur public dans une salle intime du théâtre du Petit Champlain. Le charme d’une salle de 230 places.

Malgré que Danielle n’ait rien compris aux chansons interprétées en anglais et en Inuktitut l’animation en français a permis de faire tomber Danielle sous le charme d’Élisapie.

Salluit et le Nunavik

Pour ma part, j’étais déjà charmé par Élisapie lorsqu’en 1995, je l’ai entendu présenter un Throat Song lors de l’une de mes présences à Salluit. Élisapie avait été l’une de mes étudiantes sur l’intervention de crise auprès de personnes suicidaires.

Pour sa prestation au Théâtre du Petit Champlain, Élisapie n’a pu faire un Throat Song, ce type de chant exige d’avoir deux chanteurs qui performent ensemble.

Prochaines dates des prestations d’Élisapie Isaac (mises à jour sur sa page Facebook):

2 mai 2014, Magasin général Le Brun, Maskinongé 819-227-2650
9 mai 2014 Centre Culturel Henri-Lemieux – Théâtre du Grand Sault. Lasalle
6 juillet 2014, Place des Arts, théâtre Maisonneuve
19 juillet 2014, Victoria Park, London, Ontario.

Autres textes sur Autochtone et Inuits

Boutique des jeunes artistes

fanny aishaa muraliste peuple autochtone première nation Trois mots peuvent décrire le cheminement artistique de la muraliste Fanny Aïshaa: Unité, biodiversité et diversité des peuples.

Visitez la boutique de Fanny Aïshaa. Fanny y présente des reproductions de quelques-unes de ses oeuvres. Que ce soit avec une affiche 8.5 » X 11 » à 5$, une carte de voeux à 4$, un T-Shirt à 20$ ou encore un Sweat-Shirt à 40$, les reproductions de Fanny sont une façon originale de la soutenir dans ses différents projets de création avec les peuples autochtones tout en ayant une partie de son oeuvre chez vous.

Autres artistes de la boutique des Éditions TNT:

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Musée de la civilisation à Québec: Michel Tremblay

Musée de la civilisation à Québec

L’Univers de Michel Tremblay

Jusqu’au 18 août 2013

reflet de société débat reflexion socialeDans la chronique précédente, il était question de notre visite au Musée de la Civilisation de Québec, et du fait qu’il est impossible de voir toutes les expositions que le musée offre en une seule journée. J’avais alors parlé de celle consacrée aux Premières Nations. Voici maintenant la deuxième exposition que nous avons visitée, et qui nous a beaucoup enthousiasmés.

Normand Charest – chronique Valeurs de société – dossiers Culture

Dans une autre grande salle, on présente l’exposition «L’Univers de Michel Tremblay», préparée dans le cadre du 50e anniversaire du ministère des Affaires culturelles.

michel_tremblay_signatureQue peut-on nous apprendre de plus sur l’œuvre de Michel Tremblay, l’auteur le plus célèbre et le plus célébré du Québec ? Beaucoup plus qu’on ne pourrait le croire.

Cette exposition nous donne un nouveau regard sur ses écrits. Mais surtout une nouvelle écoute, puisque l’aspect auditif y est encore plus important que le visuel, grâce aux audioguides qu’on nous offre à l’entrée.

Grâce à ces écouteurs, la voix des comédiens nous suit dans notre parcours à travers les divers éléments du décor. Des voix qui s’accordent aux projections très bien faites, sur fond de murs de brique, de tôle rouillée et de ruelle.

Les textes de Tremblay prennent vie, lorsque lus par les comédiens. Marie-Évelyne Baribeau,  Normand D’Amour dans le rôle du père qui veut impressionner son petit garçon, le pressier qui détient le secret du rouge Campbell…

Guylaine Tremblay

Mais c’est le jeu de la comédienne Guylaine Tremblay qui nous touche le plus. Par sa proximité, pourrions-nous dire. Par sa sincérité, son naturel et sa simplicité, qui s’adaptent parfaitement au contenu des textes.

Une des trois petites pièces installées au centre de la salle présente un décor de cuisine des années 1950, avec sa table chromée, le dessus en arborite, sur laquelle est projeté un film en noir et blanc sur le thème des Belles-Sœurs.

Deux murs sont recouverts d’un papier-peint au motif de timbres Gold Star. Le plancher, par une courtepointe de vieux prélarts parfaitement authentiques.

Il y a donc beaucoup de choses à écouter et à découvrir dans cette salle, si on en prend le temps et qu’on porte attention aux détails. Nous y avons passé une bonne heure, je crois, même si nous n’avons pas regardé nos montres.

Et puis en sortant, je me suis tout de suite acheté un livre de Tremblay à la boutique du musée, Le premier quartier de la lune, qui m’a plu dès la première phrase. Une phrase que j’entendais, en la lisant, non pas avec ma voix mais avec celle de Guylaine Tremblay. Magie du théâtre, même filmé, qui nous suit comme un écho, lorsqu’on en sort.

Musée de la civilisation à Québec
85, rue Dalhousie, Québec QC  G1K 8R2
418 643-2158 – www.mcq.org

Autres textes sur Culture

Autres artistes de la boutique des Éditions TNT:

Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs!

tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logoVotre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en bleu, rouge, noir, rose, vert ou blanc. Ou encore votre Sweat-shirt disponible en gris, noir, rouge ou rose pour 29,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.editionstnt.com/t-shirts.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti: (514) 259-6900.

Musée de la civilisation à Québec: Premières Nations et autochtones

Musée de la civilisation à Québec

Nous, les Premières Nations

Normand Charest – chronique Valeurs de société – dossiers Autochtone, Environnement,

chronique sociale société communauté socialLe Musée de la Civilisation est situé dans le Vieux-Québec et dans la Basse-Ville, avec vue sur le fleuve et sur les glaces flottantes en cette première semaine de mars où nous l’avons visité.

Il s’agit d’un grand musée, au hall spacieux et vitré, qui offre plusieurs expositions en même temps. Impossible, en général, de toutes les visiter en une seule journée, car il y a trop de choses à voir et à entendre.

premières nations autochtones indien réserves indiennes autochtoneNous allions surtout visiter «Nous, les Premières Nations», une exposition permanente que nous avions vue annoncée de l’extérieur, de notre chambre dans une auberge de la rue Saint-Pierre, à l’arrière de l’édifice.

Nous n’avons pas été déçus. Comme c’est souvent le cas dans les musées actuels, en plus des objets exposés – comme un énorme canot d’écorce atikamekw –, on peut écouter plusieurs courts documentaires qui nous aident à mieux comprendre. Et aussi à briser certains préjugés.

Comme celui des Amérindiens qui se laissent vivre de l’aide sociale. Il faut comprendre qu’ils n’ont pas choisi cette situation qui leur a été imposée par les administrations gouvernementales. Les peuples nomades vivaient plutôt bien sur leurs larges territoires de chasse, de pêche, de cueillette et de trappe.

Ils ont été sédentarisés de force et contre leur gré. De plus, l’accès à leurs territoires de chasse a été entravé ou même empêché par les agents territoriaux et par la coupe de bois intensive qui ne respectaient pas leur mode de vie.

Ajoutons à cela la tutelle du ministère des Affaires indiennes, les règlements, la gouvernance ne correspondant pas à leurs cultures, les chefs de bande et les pensionnats imposés par le gouvernement… Et nous avons tout à coup une autre vision des responsabilités respectives, dans l’état actuel de la vie des réserves.

Nos anciens livres d’histoire nous présentaient aussi une image de Sauvages naïfs que les premiers Blancs pouvaient facilement rouler avec leur pacotille. C’était complètement faux, nous dit-on maintenant dans cette exposition. Car les autochtones avaient, depuis toujours, l’habitude du commerce entre leurs nations, et ils pouvaient être de fins marchandeurs. Ils se servaient aussi habilement de la concurrence entre les Blancs pour la tourner à leur avantage.

Le temps est venu de rejeter toutes les fausses notions, les préjugés. En même temps que nous prenons conscience des dégâts causés par l’exploitation des ressources naturelles, dans cette grande Nature que l’on croyait jusqu’alors, naïvement, encore sauvage et inépuisable.

Musée de la civilisation à Québec
85, rue Dalhousie, Québec, QC  G1K 8R2
418 643-2158 – www.mcq.org

Autres textes sur Autochtone

Boutique des jeunes artistes

fanny aishaa muraliste peuple autochtone première nation Trois mots peuvent décrire le cheminement artistique de la muraliste Fanny Aïshaa: Unité, biodiversité et diversité des peuples.

Visitez la boutique de Fanny Aïshaa. Fanny y présente des reproductions de quelques-unes de ses oeuvres. Que ce soit avec une affiche 8.5 » X 11 » à 5$, une carte de voeux à 4$, un T-Shirt à 20$ ou encore un Sweat-Shirt à 40$, les reproductions de Fanny sont une façon originale de la soutenir dans ses différents projets de création avec les peuples autochtones tout en ayant une partie de son oeuvre chez vous.

Autres artistes de la boutique des Éditions TNT:

 

%d blogueurs aiment cette page :