Témoignage: ma prison intérieure

Livre de Colin McGregor LOVE in 3D

Présentation en français de LOVE in 3D

Développement personnel

Témoignage: ma prison intérieure

Jean-Pierre Bellemare   Dossiers Prison, Criminalité, Développement personnel

Au pénitencier nous avons accès aux réunions pour dépendants: toxicomanes, alcooliques, joueurs. C’est là que j’ai rencontré notre rédacteur en chef Raymond ainsi que sa charmante femme Danielle, deux êtres extraordinaires qui «contaminent» l’environnement par leur conscience collective.

Ils sont venus dans ma prison partager leur savoir avec respect et considération. Si le mépris engendre le mépris il en va de même avec la considération. Depuis ce jour, il me fait plaisir de partager avec vous ces bagages de prisons qui s’accumulent un peu plus chaque année.

Lors d’une réunion, un ex-dépendant aux drogues proclamait «il n’y a pas plus de prison sur terre que nous pouvons en retrouver dans l’homme». Après cette révélation, encore toute fraîche dans ma tête, un changement s’est produit, un tournant important dans ma vie. Cette phrase m’a marqué de façon indélébile.

Je regarde maintenant les autres différemment. J’ai compris que, malgré mon incarcération, je suis souvent beaucoup plus libre que certaines personnes de mon entourage. Leur tenue vestimentaire ainsi que leur expression faciale décrivent assez bien à quel point elles sont enfermées. Leurs réactions prévisibles et parfois même leurs propos, montrent leurs limites. Ces frontières qu’elles érigent autour d’elles pour se protéger, les isolent tout autant. Si elles ne peuvent en sortir, les autres ne peuvent y entrer.

Après 20 ans passés au pénitencier fédéral, où en suis-je de mon propre cheminement? Terminer des études, lire, chercher le meilleur de ma vie, mais surtout, me libérer de mes pensées toxiques. M’ouvrir tout doucement en choisissant les gens avec qui je me sentirais bien. Voilà un très grand progrès sur le plan personnel.

Plus je suis attentif à mon entourage, plus je deviens sensible. Par différentes activités, j’ai pu développer mon potentiel et augmenter mon estime personnelle.

Mon implication avec l’organisme de St-Maxime a été ma plus grande réalisation: aider les plus démunis, sortir du pénitencier sous escorte pour se diriger dans un sous-sol d’église, participer à l’organisation d’une soupe populaire, faire la collecte et la distribution des denrées. Aider est la meilleure prise de conscience que j’ai faite.

Voir des gens quémander leur nourriture avec leur famille a été révélateur. Mon orgueil, que j’ai toujours confondu avec ma fierté, devenait insoutenable. Il y avait plus de fierté dans leurs yeux que dans ceux rencontrés au cours de ma vie. Mon cœur se fissura et il en sortit un malaise terrible, un regret. Si j’ai eu suffisamment de courage pour m’attaquer à des banques et à kidnapper, je n’ai jamais eu le courage de demander de l’aide et encore moins de reconnaître mes faiblesses.

Voilà une de ces prisons qui nous enferment dans des comportements, des réflexions et des manières de faire qui limitent nos possibilités. Ce donjon a été conçu par mes faiblesse et résiste à toute raison. Lorsque j’envie ceux qui sont libres, je perds parfois de vue que la véritable liberté ne se trouve pas uniquement dans nos déplacements. Penser et agir autrement, se comporter différemment, fait partie de la liberté.

Dans ma prison, j’ai trouvé le pire juge et il travaille toujours avec le plus salaud des gardiens: ma conscience et ma raison. Celle qui devrait me protéger m’a condamné, celle qui devait m’ouvrir m’a enfermé.

Ma conscience et ma raison se sont construites à travers tous ceux que j’ai côtoyé. Ces gens de passage ont semé une graine qui a poussé. Je n’ai sûrement pas toujours su faire la différence entre le bon et le méchant.

autres textes de Chroniques d’un prisonnier

Autres textes sur Développement personnel

L’armure qui nous protège et nous isole

Être sa propre victime

Partager le bonheur et… son sourire

Le mur invisible

Les leçons à tirer des préjugés

Ma prison intérieure

Roman de cheminement, L’amour en 3 Dimensions

Recueil de textes à méditer

P.S. Jean-Pierre Bellemare est finaliste aux Grands Prix de journalisme magazine.

Les livres de Colin McGregor

Journaliste dans divers médias à travers le pays; Halifax Daily NewsMontreal Daily NewsFinancial Post et rédacteur en chef du Montreal Downtowner. Aujourd’hui, chroniqueur à Reflet de Société, critique littéraire à l’Anglican Montreal, traducteur et auteur aux Éditions TNT et rédacteur en chef du magazine The Social Eyes.

Parmi ses célèbres articles, il y eut celui dénonçant l’inconstitutionnalité de la loi anti-prostitution de Nouvelle-Écosse en 1986 et qui amena le gouvernement à faire marche arrière. Ou encore en Nouvelle-Écosse, l’utilisation répétée des mêmes cercueils par les services funéraires; scoop qui le propulsa sur la scène nationale des journalistes canadiens.

love-in-3dLove in 3D.

Enjoy our tale of the quest, the human thirst, to find light from within the darkness.

This is a tale for everyone, young and old, prisoner and free.

Love in 3D. Une traduction de L’Amour en 3 Dimensions.

teammate roman livre book colin mcgregorTeammates

Three teenage friends on a college rugby team in the shrinking community of English Montreal – three friends each facing wildly different fates.

This is the story of Bill Putnam, whose downward trajectory we first begin to trace in the late 1970s, and his friends Rudy and Max.

Teammates, their paths will cross in ways they never dreamt of in the happier days of their youth.

quebec-suicide-prevention-handbook-anglais-intervention-crise-suicidaireQuebec Suicide Prevention Handbook

Le suicide dérange. Le suicide touche trop de gens. Comment définir le suicide? Quel est l’ampleur du suicide? Quels sont les éléments déclencheurs du suicide? Quels sont les signes avant-coureurs? Comment intervenir auprès d’une personne suicidaire? Comment survivre au suicide d’un proche?…

Ce guide est écrit avec simplicité pour que tout le monde puisse s’y retrouver et démystifier ce fléau social. En français. En anglais.

social-eyes-web Magazine The Social Eyes

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Reflet de Société, magazine de l’année aux prix de l’Association des éditeurs de magazine du Québec (AQEM).

Reflet de Société, magazine de l’année aux prix de l’Association des éditeurs de magazine du Québec (AQEM).

Mardi 28 avril 2009. J’assiste à la journée des magazines de l’Association des éditeurs de magazines du Québec (AQEM).

Éditeurs, rédacteurs en chef et journalistes sont rassemblés pour discuter de l’avenir du magazine au Québec. À la fin de la journée, c’est la remise des prix de l’AQEM. Je ne pourrais vous dire le nombre exact de catégories, la liste n’est plus en ligne sur le site de l’AQEM. Plus d’une vingtaine, si je me souviens bien. Journalistes, photographes, directeur artistiques et rédacteurs en chef tentent de remporter les honneurs dans les différentes catégories.

Le magazine de l’année, pour le tirage de 50 000 exemplaires et plus, vient d’être gagné par L’actualité. La dernière catégorie est maintenant annoncée. Le prix du magazine de l’année pour un tirage de 50 000 exemplaires et moins. C’est la catégorie dans laquelle nous sommes finalistes avec le Night life et le 30, le magazine des journalistes.

Je ne m’attends pas à ce que nous remportions le prix. L’animateur, M. Denoncourt donne la description remis par le jury.. « Pour le travail réalisé avec le peu de moyens… », un déclic s’est fait dans ma tête. Oups! Ça semble être nous. M. Denoncourt annonce le gagnant: Reflet de Société! Je ne suis pas sûr d’avoir bien compris. Je regarde l’écran qui présente la page couverture du magazine gagnant. Je reconnais pourtant notre page couverture. Je reste cloué à ma chaise.

J’ai l’impression que les applaudissements sont trop forts. Les émotions sont à fleur de peau. Possiblement que notre organisme n’est pas habitué aux honneurs.

Il faut que je me lève, me faire prendre en photo et ensuite adresser quelques mots à la centaine de journalistes présents. Je suis incommodé par cette boule dans la gorge. Si je me souviens bien, j’ai remercié l’AQEM pour l’organisation de cette journée et des prix, ça brise l’isolement d’un magazine, ça nous permet de se dépasser, de se remettre en question. J’ai remercié l’équipe 2008 de Reflet de Société. Celle qui n’est plus avec nous. Parce que nous avons beaucoup de départs rapides. Des journalistes qui se retrouvent maintenant à Radio-Canada, la Presse Canadienne, L’actualité… Des journalistes qui ont passés entre 4 à 6 mois chez nous avant de repartir. J’ai finalement remerçié Danielle Simard. Cette grande dame derrière notre magazine. Celle qui travaille dans l’ombre mais que tout le monde crie son nom pour régler ses problèmes techniques. Celle qui a participé à la création de tous nos comités, rédaction, lecture, titrage, infographie…

C’est du moins ce que je me souviens d’avoir dit. On m’a questionné beaucoup sur mon équipe qui quittait rapidement. J’ai dû mal m’exprimer puisque j’ai dû reprendre mes explications à plusieurs reprises.

Beaucoup d »émotions à vivre en peu de temps. J’ai voulu écrire ce billet directement sous le choc de cette émotion qui remonte encore.

Merci à tous nos lecteurs qui nous ont soutenus par leurs abonnements, leurs courriers et leurs commentaires. Merci aux internautes qui ont commentés nos textes sur nos blogues. Merci aux jurys et à l’AQEM pour cette soirée riche en émotion.

PUBLICITÉ

cover_avril-mai08 Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Le Salon du livre de Montréal 2008 (test)

Le Salon du livre de Montréal 2008 (test)

Dossier livre

livre auteur guide éditionMalgré que nous soyons encore dans la haute saison, essouflé et les traits tirés, nous en sommes à débuter les préparatifs pour notre présence au Salon du livre de Montréal 2008. L’événement se déroule à la Place Bonaventure du 19 au 24 novembre.

Vous pourrez revoir les artistes graffiteurs du Café-Graffiti et quelques unes de leurs créations. Le directeur artistique, M. Daniel Lauzon sera de la partie.

Du côté de Reflet de Société, je serais présent avec notre journaliste Dominic Desmarais. Une nouveauté, notre chroniqueur Jean-Pierre Bellemare, ayant retrouvé sa liberté, sera aussi présent pour rencontrer le public. Notre pigiste, Marie-Sophie Trudeau fera aussi partie de l’équipe. Marie-Sophie a participé au stage international au Costa Rica. Notre photographe et le concepteur des sites Internet de l’organisme, Patrick Landry sera aussi disponible pour vous accueillir. Nos stagiaires Français, Benjamin Boullier (communication) et le journaliste Robin Drevet feront parti de l’équipe.

Cegep de Jonquière et les journalistes d’ATM

Nous avons soutenu un groupe de journalistes finissants du Cégep de Jonquière  (arts et technologies des médias, ATM) pour un stage de journalisme international. Revenant du Costa Rica, Relivre guide recueil édition auteurflet de Société a décidé de leur offrir un numéro spécial hors série sur leurs expéditions en Amérique du Sud. Le groupe ayant participé au projet sera présent pour un lancement spécial qui aura lieu le samedi 22 novembre à 10:45 heures à l’Agora du Salon du livre de Montréal. Une belle occasion de les rencontrer et de vous laisser conter leurs aventures. Vous pourrez en profiter pour acheter un exemplaire de leur magazine, En DIRECTion du Costa Rica. Au coût de 5$, ce hors série de Reflet de Société permettra de financer les stagiaires 2009. Au fait, eux aussi seront présents lors du lancement officiel de la revue. Ils n’ont pas encore décidé vers quels pays ils s’envoleront. Vous pourrez leur demander lors de votre visite au Salon du livre de Montréal.

auteur livre édition guide recueil bouquin Pour les Éditions TNT, M. Jean-Simon Brisebois sera présent pour vous parler du 3e et dernier livre de sa trilogie, Entité. Évidemment, étant auteur moi-même, je serais présent pour présenter mes livres.

Beaucoup de nouveautés. Beaucoup de gens qui seront sur place pour vous rencontrer. Tout ce monde sera présent dans le Kiosque du Journal de la Rue / Café-Graffiti.

Nous serons facile à retrouver dans les centaines d’exposants du Salon du livre de Montréal: kiosque no 7. Immédiatement après avoir grimpé le premier escalier, vous tournez à gauche. Sinon, après avoir fait le tour du salon, juste avant de quitter, vous allez arriver face à face avec nous.

COMMENTAIRES SUR LE SALON DU LIVRE DE MONTRÉAL 2008

Pour rejoindre le Café-Graffiti: (514) 259-6900

Crédit photo nkzs

PUBLICITÉ

abonnement magazine revue guide Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Journaliste, journaliste interviewé et intervenant social

Journaliste, journaliste interviewé et intervenant social

Je viens de faire une prise de conscience importante. Je suis un intervenant au Café-Graffiti auprès de jeunes marginalisés. Je suis aussi rédacteur en chef pour le magazine d’information et de sensibilisation Reflet de Société. Cette double personnalité explique mon horaire qui dépasse trop régulièrement les 80 heures semaine.

En tant que responsable du Café-Graffiti, avec les contacts privilégiés que j’ai avec des milieux plus sousterrains de notre société, les journalistes et les recherchistes de tous les médias me téléphonent régulièrement pour être mis en contact avec un jeune spécifique ou encore obtenir nos commentaires sur un événement particulier.

Ce double emploi est une excellente école. D’une part, le journaliste m’explique le dossier sur lequel il travaille et me défini l’angle qu’il veut traiter. Tout cela pour me permettre de lui référer le jeune qui correspond le plus à ses attentes. Cela me donne l’avantage de pouvoir commenter et orienter son travail pour qu’il soit plus pertinent. Peu de journalistes ont ce privilège. D’autre part, non seulement je connais les commentaires que le jeune va lui faire, mais en plus, j’ai la réaction en direct de plusieurs dizaines de jeunes qui n’ont pas voulu rencontrer le journaliste même s’ils avaient quelque chose à dire. Juste à annoncer la demande du journaliste aux jeunes et je suis retrouve régulièrement en pleine hystérie collective, un vrai reportage en zone sinistré. Tous les commentaires recueillis me permettent d’avoir des tonnes d’idée d’article à écrire.

Je me considère choyé d’avoir cette double nationalité. C’est une belle école. Je peux aider les journalistes à obtenir leur matériel et participer à l’orientation de leur travail. Ceux-ci me permettent de connaître à l’avance les différents sujets qui seront traités et la façon que le sujet sera développé. Mais surtout, j’ai les réactions en direct d’un milieu underground qui me nourrit et transporte nos débats de société sur une autre planète. En bout de ligne, le journaliste qui a sollicité mes services d’entremetteur n’entendra qu’un jeune pour alimenter son débat. De mon côté, pour lui trouver ce jeune, j’aurais eu l’occasion d’en discuter avec une vingtaine de jeunes. J’ai donc un regard plus large sur la problématique traitée.

Autre gros avantage. Même lorsque la nouvelle ne sera plus d’actualité, les jeunes vont continuer à alimenter le débat. Je continuerai d’être un témoin et un acteur de cette réflexion. Après que le jeune aura livré à froid un commentaire, d’autres idées vont faire surface dans les jours qui suivent. Ses idées seront confrontées avec celles des autres. J’aurais à ce moment-là accès à des commentaires qu’aucun autre journaliste n’aura eu la chance d’entendre.

Cela me permet d’apprécier la position que j’occupe. Plusieurs de ces jeunes ne veulent pas rencontrer les journalistes. Ils ne leur font pas confiance. Ils ont peur que ceux-ci déforment leur dire. Ils ont peur que les journalistes ne prennent que ce qu’ils veulent bien entendre.

Autres textes sur Média

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-jean-simon-brisebois-art-de-la-rue Poésie urbaine. Renaissance. Depuis 1997, Jean-Simon Brisebois s’est découvert une passion pour écriture. Il s’implique activement dans divers projets communautaires dans Hochelega-Maisonneuve.
Renaissance est un recueil de pensées et de poèmes parlant autant de son amour de la vie que d’espoir. 4,95$

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :