Maurice Jarre, Wikipédia et des journalistes négligents

Maurice Jarre, Wikipédia et des journalistes négligents

François Richard Dossiers Internet et Médias

Shane Fitzgerald, un étudiant irlandais de 22 ans, a suscité un débat mondial sur la célèbre encyclopédie participative Wikipédia en y publiant une fausse citation attribuée au compositeur de musique de film Maurice Jarre quelques heures après sa mort, le 28 mars dernier. Le but de l’anarque? L’étudiant en sociologie voulait tester les effets de la circulation ultra rapide de l’information au niveau mondial et son influence sur le travail des journalistes. Résultat? La fausse citation, respectueuse de la mémoire de l’auteur, s’est retrouvée en quelques heures dans des médias écrits et en ligne de l’ensemble du monde anglophone, du Canada, au Royaume-Uni, en passant par l’Inde et les États-Unis.

Fiabilité de Wikipédia

Wikipédia a rapidement été décrié avec les arguments habituels: pas une vraie encyclopédie, sources non-académiques, travail d’amateur, etc. Pourtant, les administrateurs du site ont a trois reprises retiré cette fausse citation parce qu’elle n’était pas accompagnée de sources sur son origine. Les retraits ont été effectués dans le pire des cas quelques heures seulement après une des mises en lignes effectuées par Fitzgerald. Ces délais n’étaient apparemment pas assez rapides pour empêcher des journalistes de médias réputés de les copier sans contre-vérifier…

Britannica et Brockhaus

Au moins deux grandes études sur la fiabilité de Wikipédia ont été réalisées au cours des dernières années. Dans les deux cas, les chercheurs ont démontré que le taux d’erreurs sur Wikipédia était équivalent aux prestigieuses encyclopédies britanniques Britannica et allemandes Brockaus. Les bénévoles de Wikipédia seraient-ils plus rigoureux que les journalistes de certains grands médias?

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

show_image CD de musique Ill Legal. Compilation de rappeur et rap music Hip Hop avec Chilly D, DJ Mana, L’intrus, Shades of culture, SP, Patrick Batemen, 01 Étranjj, Ninja P, Virus, Vulguerre, Chance Won, Erratum, Son 2 PT, Manspino, Dynastie des Morniers. 9,95$

Tél: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: cafegraffiti.net
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Afghanistan : Faites fleurir le pavot, pas la guerre.

Afghanistan : Faites fleurir le pavot, pas la guerre.

Dossier Alcool et drogue

La présence de soldats canadiens en Afghanistan a pris un visage différent lorsque les médias nous ont présenté des soldats canadiens morts au combat. Dès lors, des gens ont demandé le rapatriement des soldats canadiens de l’Afghanistan.

En se référant à un article publié par Jean-Claude Leclerc dans le Devoir du 23 octobre 2006, les problèmes que connaît l’Afghanistan pourraient être résolus autrement.

Les États-Unis ont dépensé 780 millions de dollars pour tenter vainement d’éradiquer le pavot en Afghanistan. Même les talibans ultrareligieux, avaient interdit cette culture et n’avaient pu l’éliminer. Les Nations unies estiment à plus du tiers du produit national brut de l’Afghanistan l’importance de ce commerce illégal. L’héroïne qu’on en tire fait plus de victimes dans le monde que les conflits militaires. Aucune plante de remplacement n’est aussi payante. En s’en prenant à la culture du pavot, Washington menace avant tout la subsistance des fermiers et des cueilleurs, de quoi les pousser du côté des insurgés.

Le pavot sert à fabriquer l’héroïne, une drogue illégale qui fait des ravages. Mais elle sert aussi à fabriquer la morphine et la codéine que l’on retrouve dans la fabrication de médicaments contre la douleur. Des pays riches (États-Unis, Royaume-Uni, France, Japon, Allemagne, Australie, Canada) consomment la quasi-totalité de ces médicaments. Le reste du globe, soit 80 % de la population, en est privé.

Une meilleure stratégie existe pourtant, signale le professeur John Polanyi, un chimiste canadien et Prix Nobel : légaliser la culture du pavot et fabriquer des médicaments. En doublant la production afghane de pavot, on fait d’une pierre deux coups: aider l’économie de ce pays et soulager les patients des pays pauvres qui en sont privés. En recyclant le pavot dans le marché des médicaments, on prive les trafiquants de revenus colossaux. L’achat de ce pavot devenu légal coûterait 600 millions de dollars, beaucoup moins que ce qui est dépensé pour tenter de l’éliminer!

Autres textes sur Toxicomanie

Autres textes sur Alcool et drogue.

PUBLICITÉ

cover_avril-mai08 Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :