Bell invite le graffiteur Monk-e au Festival de Jazz

Le graffiti et le Festival de Jazz avec Monk-e

Que va dire Gilles Grégoire de Longueuil?

Pendant que le chef de l’opposition de la Ville de Longueuil déchire sa chemise contre le Festival international de Percussions de Longueuil d’avoir invité le graffiteur Monk-E, celui-ci, invité par Bell, s’exécute au Festival de Jazz.

Raymond Viger Dossiers Hip-hop, Culture, Graffiti, Porte-folio, Murales, Vidéos

On se souvient que Gilles Grégoire le chef de l’opposition de Ville de Longueuil a lancé une guérilla contre l’artiste graffiteur international Monk-e pour sa participation à des ateliers graffiti financé par la Ville de Longueuil lors du Festival international de percussions de Longueuil. Gilles Grégoire avait fait parvenir un communiqué de presse qui a été repris, sans traitement journalistique et sans mise en contexte par Rive-Sud Express, un média de Transcontinental.

Pendant ce temps, le graffiteur Monk-e fait une exposition au Château Frontenac à Québec et s’exécute au Festival de Jazz de Montréal, invité par Bell.

À noter que les festivals tels que le Festival de Jazz travaillent avec beaucoup d’intermédiaires pour négocier avec l’artiste. Nous avons déjà présenté l’impact économique de ces intermédiaires sur la réalité des artistes.

Biographie de l’artiste graffiteur Monk-e.

Autres billets sur le Graffiti qui pourraient vous intéresser:

Vidéos murales graffiti:

Autres textes sur le Graffiti, Hip-hop

Pour rejoindre un artiste du Café-Graffiti: (514) 259-6900 cafegraffiti@cafegraffiti.net

Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs!

tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logoVotre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en bleu, rouge, noir ou blanc. Ou encore votre Sweat-shirt disponible en gris pour seulement 29,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.editionstnt.com/t-shirts.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti:  (514) 259-6900 .

Lazy Legz présente son T-Shirt Pas d’excuses… pas de limites

T-Shirts Pas d'excuses Pas de limites Lazy LegzPour soutenir le breakdancer Lazy Legz dans ses conférences de motivation dans les écoles.

Les T-Shirts Pas d’excuses, pas de limites en noir ou encore No excuses, no limits en bleu sont maintenant disponibles. 20$ (plus taxes et transport).

Par téléphone pour paiement par carte de crédit 514-256-9000. Par Internet. ou courriel cafegraffiti@cafegraffiti.net

En  passant au  Café-Graffiti 4237 Ste-Catherine est du lundi au vendredi  de 9:00 hres à  17:00 hres. vous pouvez payer en argent, chèque, carte  de crédit ou débit.

Par la poste: 4237 Ste-Catherine est  Montréal, Qc. H1V  1X4. N’oubliez pas de mentionner la grandeur et si vous voulez le T-Shirt français ou anglais.

Artistes de la boutique des Éditions TNT:

La presse communautaire se renouvelle

Une vague de jeunes artisans pour la presse communautaire

Les jeunes envahissent les médias communautaires

Le week-end dernier avait lieu le 31e Congrès des médias communautaires à Rivière-du-Loup. À la surprise générale, le Congrès a été envahit de poussettes et d’enfants qui accompagnaient leurs parents.

Raymond Viger Dossier Culture, Média

Depuis plusieurs années, plusieurs membres de l’Association des médias écrits communautaires (AMECQ) craignaient pour la relève dans leurs médias. L’âge moyen des artisans de la presse communautaire ne cessait d’augmenter à un rythme plus que rapide.

La tendance vient de s’inverser. Les médias écrits communautaires viennent de prendre un coup de jeunesse. Une série de jeunes artisans décidés de s’impliquer et de prendre la relève se sont présenté au Congrès de Rivière-du-Loup avec des poussettes et des jeunes d’âges préscolaire et du primaire.

Il y avait tellement de jeunes présents qu’il a été proposé pour le Congrès de l’an prochain d’installer un service de garde pour accueillir ces jeunes familles et leur faciliter leur présence.

Dans une période où Québécor et Transcontinental tentent de prendre le contrôle des médias locaux, nous avons maintenant la conviction que les médias communautaires sont là pour rester, garder leur place auprès de leur communauté et de résister aux grands empires.

La presse communautaire ne s’est jamais aussi bien porté! Bienvenu à tous et bonne continuité pour le bien-être de nos communautés.

Autres textes sur  Média

Abonnement au magazine Reflet de Société

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

RueMasson.com le blog du Vieux-Rosemont

Médias et Internet

Un quartier dans la blogosphère

Malgré que la blogosphère soit accessible à travers le monde, certains projets peuvent être hyperlocal et mobiliser une communauté. Ruemasson.com en est un bel exemple.

Raymond Viger Dossiers Média, Internet

ruemasson.com rue masson.com rue masson com média internet web journal de quartierEst-ce que des sites Internet hyperlocaux vont remplacer les journaux de quartier?

Peut-être, possiblement et je l’espère.

De grosses entreprises de presse tels que Transcontinental ont fait des ravages dans une presse de quartier libre et autonome. Des journaux de quartier composés parfois de 80% de publicité. Trop souvent les mêmes nouvelles sont reprises dans plusieurs quartiers pour couper dans les frais journalistiques.

Un site Internet de quartier permet de redonner aux citoyens un droit de parole sur la vie de son quartier. De présenter leur quartier tel qu’il est et de parler des sujets qui les touchent vraiment. Le site Internet hyperlocal devient le nouveau perron de l’église où les gens se rassemblaient pour discuter entre-eux. Une nouvelle façon de briser l’isolement des citoyens d’un quartier et de mobiliser ses principaux artisans.

Je laisse le soin à RueMasson.com de se présenter eux-mêmes:

RueMasson.com est un média électronique hyperlocal visant à informer les citoyens du Vieux-Rosemont des nouveautés du quartier, des activités culturelles et communautaires, des nouveaux commerces, des décisions des élus, des projets des commerçants et des entrepreneurs du secteur.

Le projet est de parler de ce qui dessine le quartier: ses résidents, ses commerçants et ses entreprises, ses organismes, son architecture, son histoire et son développement. Il vise à donner aux résidents et à tous ceux qui sont intéressés, où qu’ils soient, un point de vue « jeune », « dynamique » et « progressiste » sur la vie locale, sans tomber dans la branchitude urbaine, le discours corporatif ou la défense de la veuve et de l’orphelin. Nous comptons offrir des contenus parfois critiques, parfois flatteurs, parfois incisifs sur ce quartier que nous aimons beaucoup. Le tout dans le but de soutenir la vie de quartier, les échanges entre résidents et le développement durable de cette artère unique à Montréal. Nous ne sommes ni subventionnés, ni en relation avec un quelconque média ou chambre de commerce. Les acteurs de RueMasson.com sont des journalistes qui habitent le quartier et qui y travaillent bénévolement. Nos frais d’exploitations sont depuis peu soutenus par la diffusion de bannières publicitaires destinées aux commerçants locaux.

ruemasson.com ruemasson media internet web journal de quartier

Crédit photo Alexandre Albert 

Chaque quartier, chaque milieu de vie, chaque communauté d’intérêt devrait avoir son site Internet hyperlocal. Mais pour cela il faut compter sur des bénévoles qui ont à coeur leur quartier.

L’âme de RueMasson.com vient de ses co-fondateurs de RueMasson.com sont: David Bruneau, Cécile Gladel, Stéphanie Lalut, Éric Noël, Julien Trudel, Lisa Marie Noël.

Les autres collaborateurs réguliers sont: Alexandre Albert, Stéphan Dussault, Sylvie-Claire Fortin, Annie Martineau, Annabelle Moreau.

Il est intéressant de remarquer qu’un photographe et plusieurs journalistes font parti de l’équipe bénévole de Rue Masson.

La blogosphère québécoise continue de se transformer. Après l’échec de Rue 89 Québec, Renart l’Éveillé a fondé en novembre dernier  Le Globe et sous peu nous verront l’arrivée du Huffington Post Québec qui a déjà fait couler beaucoup d’hyper-encre.

Une visite de RueMasson.com vous permettra d’apprécier la qualité de leur travail.

Autres textes sur Média

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

L’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé, le livre!

Comment assurer d’être bien référencé pour votre blog ? Comment fidéliser les internautes ? Comment augmenter son trafic ? Comment interagir avec un Throll qui commente votre blog ?

guide-referencer-blog-referencement-naturel-livre Maintenant disponible, le livre Référencer son blogue, un mot à la fois. Un livre sur l’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé.

Écrire pour un blogue est différent que pour un magazine ou un journal. Comment maîtriser une technique simple et efficace pour que votre billet soit bien référencé par les moteurs de recherche tout en étant pertinent et cohérent pour les internautes? Les techniques d’écriture qu’il faut maîtriser sont expliquées dans ce guide.

Le guide est accessible à tous et facile d’utilisation. Il est une bonne référence autant pour la personne qui veut débuter un blogue que celle qui travaille pour un média et qui veut augmenter son trafic et son rendement.

Pour commander le livre, par Internet aux Éditions TNT, par téléphone au (514) 256-9000 au coût de 9,95$ ou encore pour les dates des prochaines formations.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT.

Crise entre le journal La Presse et ses journalistes

Crise entre le journal La Presse et ses journalistes

Ariane Aubin                                            Dossier Économie

Le couperet est enfin tombé. Il pendait au-dessus de la tête des journalistes de la Presse depuis déjà longtemps, crise des médias écrits oblige. Disparition du cahier Actuel, cure de minceur des cahiers spéciaux, abolition brutale des stages d’été… Disons, et c’est un euphémisme, qu’en 2009 le grand quotidien montréalais aura mangé toute une volée.

La Presse nous montrait, disais-je, tous les symptômes d’une maladie chronique de plus en plus répandue: le sous-financement des médias imprimés. La rumeur courait déjà depuis plusieurs jours que l’édition dominicale du journal serait sacrifiée sur l’autel de crise économique; mais sa confirmation par le président de La Presse, Guy Crevier, a quand même créé tout une onde de choc ce lundi. Le diagnostic n’est pas moins désagréable à entendre lorsqu’il est anticipé!

Peut-être est-ce parce que la mesure s’est accompagnée d’une promesse de baisses salariales pour les employés du géant médiatique? Des conditions qui souvent ont été acquises après d’âpres luttes syndicales et des négociations serrées et que les journalistes ne laisseront pas filer sous leur nez de gaieté de coeur. Dans son analyse de la situation précaire de La Presse, Jean Gagnon s’intéresse toutefois à une nouvelle stratégie avec laquelle flirtent plusieurs patrons – ceux qui possèdent La Presse, à Gesca (un groupe affilié au géant Transcontinental) ne faisant pas exception – en cette période de crise: la gestion partagée des risques. En résumé: vous vous sacrifiez maintenant et si les affaires reprennent, vous en profiterez plus tard.

Une façon pour les patrons de montrer leur reconnaissance aux employés qui resteront solidaires dans la tourmente, ou un moyen détourné de leur dire: «Si nous coulons, vous coulerez avec nous»?

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

show_imageCA6F0NF7 CD de musique Soul, R n B., Hip Hop. Rappeur et rap music de Bu The Knowledgist, L’Queb, HD, Marilyn, Ol1KU. 9,95$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: cafegraffiti.net
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Du Journal les Affaires à Reflet de Société, pourquoi un chroniqueur économique change-t-il de monde?

Du Journal les Affaires à Reflet de Société, pourquoi un chroniqueur économie change de monde?

Raymond Viger                                 Dossier Économie

Vendredi, 12 juin. Reflet de Société organise une conférence de presse pour officialiser le prix du magazine de l’année, présenter ses stages en journalisme et en journalisme international ainsi que sa nouvelle équipe journalistique 2009.

Une nouvelle équipe encore! Parce que les journalistes passent en coup de vent dans notre magazine. Quelques-uns n’ont eu le temps d’écrire que quelques articles avant de se retrouver au magazine L’actuallité, à Radio-Canada ou dans un autre média conventionnel.

L’industrie des médias

L’industrie des médias est en train de frapper un sérieux mur. Les principaux médias ont fait une première vague de mise à pied. Une deuxième vague de congédiement est en préparation. Les stages journalistiques ont été fermé autant à La Presse qu’à Radio-Canada….

Pendant ce temps, Reflet de Société augmente le nombre de ses journalistes, augmente le nombre de stages… Tout un contraste. L’avantage que nous avons pour l’instant est de pouvoir constituer une équipe qui sera stable pour quelques années.

Du journal Les Affaires au magazine Reflet de Société

Dans la conférence de presse que nous avons organisé, le chroniqueur économique Jean Gagnon a pris la parole pour présenter ses motivations à rejoindre l’équipe de Reflet de Société. Une présentation qui mérite d’être rendu public (au cas où les médias conventionnels n’en parlent pas). Cette présentation donne un bon topo de l’état des médias au Québec.

À tous ceux qui pratiquent le métier de journaliste, ou qui œuvrent de façon générale dans le monde de l’information, je n’ai pas besoin d’expliquer que l’industrie est en bien piètre état. Non pas en fonction du capital humain sur lequel elle s’appuie, mais plutôt en fonction des ressources financières, principalement celles provenant des revenus publicitaires dont la chute s’est accélérée dangereusement depuis le début de la crise économique.

Au cours des derniers mois, je me suis retrouvé au cœur de la tempête qui secoue le monde journalistique. À l’emploi de Transcontinental depuis 8 ans, plus spécifiquement au journal Les Affaires à titre de journaliste et chroniqueur, mon poste a été coupé le 18 février alors que l’entreprise procédait à une opération majeure de rationalisation. Ce jour-là, Transcontinental a mis à pied 1500 personnes, soit 10 % de sa force de travail. Imprimerie, magazines, hebdos, journaux, personne ne fut épargné.

Quatre mois plus tard, la situation ne semble pas s’être redressée, si bien que mes ex-collègues encore en poste craignent d’être frappés par d’autres coupures au cours des prochains mois.

Après avoir encaissé le coup du 18 février, ma première réaction fut de profiter des contacts établis durant les dernières années et d’aller rencontrer les gens des grands groupes de médias, soit la Presse canadienne, Gesca, Quebecor et Radio-Canada, le but étant de faire un bilan des avenues disponibles à la poursuite de ma carrière dans le monde de l’information.

J’ai vite réalisé que la situation était la même partout. Des restrictions budgétaires menaient immanquablement à d’importantes coupures chez tous ces groupes. L’ampleur de ces coupures m’est apparue dans toute sa dimension lorsque j’ai appris que Radio-Canada et Gesca coupaient jusqu’à leurs programmes d’embauche de stagiaires.

J’ai eu le sentiment que l’industrie de l’information était en guerre, qu’elle était envahie de toute part et qu’elle se demandait comment elle allait survivre.

Mais en même temps, désireux de lancer un blogue pour éviter de tomber dans l’inactivité, j’ai contacté Raymond Viger, de qui j’avais suivi une session de formation, afin d’obtenir un support technique. J’y ai trouvé beaucoup plus. J’ai découvert que si l’industrie de l’information était en guerre, chez la presse communautaire, on organisait la résistance.

Reflet de société est bien vivant. Le groupe a des projets. Les changements technologiques, tel l’avènement du numérique, ne l’effraient pas. Le développement se poursuit malgré les conditions économiques.

C’est avec grand plaisir que j’ai accepté de collaborer au magazine à titre de chroniqueur économique et de développer mon blogue à travers, et grâce à l’assistance du groupe de Reflet de société.

J’espère que ces chroniques permettront à un plus grand nombre de mieux comprendre l’évolution de la situation économique et d’en tirer avantage. Et je souhaite que le blogue devienne un endroit de débat sur toutes les questions économiques et financières qui impactent notre vie de tous les jours.

Une présentation de M. Jean Gagnon qui m’a touchée et émue. Toute l’équipe a bien appréçié son allocution.

Merci M. Gagnon pour votre présence et votre implication.

PUBLICITÉ

show_image Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre, au coût de 9,95$ est disponible

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

Les médias écrits sont-ils appelés à disparaître?

Les médias écrits sont-ils appelés à disparaître?

Raymond Viger          Dossier Économie, Médias.

Au moment où la presse communautaire lance un débat sur son financement et sa capacité de survie avec une relève qui l’abandonne, les dernières statistiques ont de quoi inquiéter. Nous avions déjà parlé de la faillite de GM ainsi que du rase-motte de Bombardier.

publicité2 Maintenant, l’économiste Jean Gagnon nous présente la réalité de la presse écrite avec un graphique sur les ventes publicitaires des médias écrits aux États-Unis. Celui-ci nous résume bien l’état de la situation.

Depuis 2006, les ventes de publicité diminue. Pour le premier trimestre de 2009, la chute s’est accéléré. On dirait un parachutiste qui a sauté sans son parachute!

Les gens le savaient que les ventes publicitaires sont en chute libre. L’Internet grugerait de plus en plus dans la tarte disponible. Erreur! Même les ventes sur l’Internet sont en chute libre.

10 millliards pour GM en faillite, combien pour les médias?

Le gouvernement canadien injectera plus de 10 milliards dans GM pour sauver des emplois. Combien les gouvernements seront prêts à injecter dans les médias, autant communautaire que de l’entreprise privée pour conserver la liberté de presse et assurer que la démocratie a encore des outils d’expression?

On démantèle Radio-Canada. La Presse et Radio-Canada ont coupé ses stages pour les futurs journalistes. Transcontinental a congédié beaucoup de monde. Le Journal de Montréal est en lock-out et ça doit faire l’affaire de Pierre-Karl Péladeau… Moins spectaculaires peut-être, mais les médias sont tout aussi ébranlés que GM, Bombardier et autres entreprises. Et cela dure depuis un bon bout de temps.

L’idée du siècle!

Une idée comme ça. Que les gouvernements achètent des pages de publicité pour annoncer les produits GM dans les médias. Ils vont aider deux industries en même temps.

Je me permets une petite plogue. Si vous êtes responsable d’un budget publicitaire ou que vous connaissez quelqu’un qui l’est, dites à cette personne de contacter Danielle Simard au (514) 256-9000 (journal@journaldelarue.ca). Danielle s’occupe de vos placements publicitaires pour le magazine Reflet de Société. Avec près de 500 000 lecteurs à travers le Québec, un tirage vendu exclusivement par abonnement et un lectorat représentant les leaders communautaires impliqués dans leur communauté, vous vous devez d’être présent dans Reflet de Société. Une presse indépendante et non subventionnée doit conserver sa place et continuer son travail.

PUBLICITÉ

cover_avril-mai08 Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Reflet de Société finaliste pour le magazine de l’année

Reflet de Société finaliste pour le magazine de l’année

Raymond Viger        Dossier Médias

Les prix de l’Association québécoise des éditeurs de magazines (AQEM) seront dévoilés le 28 avril prochain. Votre magazine Reflet de Société est finaliste dans la catégorie du magazine de l’année tirage de 50 000 exemplaires et moins.

Les deux autres finalistes avec Reflet de Société sont le Nightlife publié par Nightlife Media et le 30 publié par la Fédération professionnelle des journalistes (FPJQ).

Dans la catégorie des 50 000 exemplaires et plus, nous retrouvons L’actualité publié par Rogers Media, Cellier de Transcontinental et Montréal Centre-Ville de TVA-Publications.

Nous vous tiendrons au courant des résultats finaux après la remise des prix.

PUBLICITÉ

cover_avril-mai08 Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :