Le 14 juillet des Français

La prise de la Bastille

Fête nationale des Français

Avec le nombre de Français qui nous entoure dans notre organisme, pouvions-nous parler d’autre chose aujourd’hui que de la Fête des Français!

Raymond Viger  Dossiers Francophonie , International 

Au Québec, notre bipolarité nous donne 2 fêtes nationales pour ne pas dire 3! Le 24 juin, Fête de la St-Jean Baptiste et le 1er juillet, Fête du Canada. Notre insécurité culturelle et politique nous en a fait rajouter une troisième, la Fête des patriotes qui remplace la Fête de la Reine.

La liste des Français avec qui nous travaillons ou avons des échanges est longue. Suffisamment longue pour que j’en oublie plusieurs. Christine Burtin Lauthe, travailleuse sociale qui a a passé 4 années au Québec avec nous. Nous avons continué un partenariat avec la participation au Forum Jeunesse France-Québec qui se déroule à Bourgogne. Patrick Juan et le blogue du Panda.

Des artistes graffiteurs qui utilisent nos services tels que SBU One et Ensu. Un stagiaire qui a 2 nationalités, Mathieu Boulva.

Présentement, nous avons 2 stagiaires Français: Lucas Gilbert en communication et Lucie Barras en journalisme. Ils ont succédé à Lisa Melia  qui travaille maintenant à Hong Kong comme journaliste pour la communauté francophone de Hong Kong! Estelle Gombaud, Julie Philippe, Nawel Abdoun, Claire Gaillard, Robin Drevet, Morgan Lapeyre, Benjamin Bouillier, Élise, Géraldine et Joseph Elfassi.

Sans oublier nos partenaires de l’Office Franco Québécois pour la jeunesse, Thierry Tulasne et Daniel Camp.

Je sais que j’en ai oublié plusieurs. Ne vous gênez pas pour me rappeler à l’ordre et me le souligner. Il me fera grand plaisir de rajouter.

Entre-temps, bonne Fête du 14 juillet chers amis Français. Au plaisir de vous reparler et d’avoir de vos nouvelles.

Raymond et toute l’équipe de Reflet de Société et du Café-Graffiti.

PS: Grace a une intervention de Ubbergeek, je vous donne la définition du 14 juillet selon Wikipédia:

Voulue par Lafayette, elle commémore la fête de la Fédération en 1790. Le fait étant de marquer notamment la fin de la monarchie absolue ainsi que le centenaire de la prise de la Bastille.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Abonnement au magazine Reflet de Société

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling

Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Artistes Québécois en France

Forum de la Jeunesse France-Québec

Ateliers de breakdance, slam et graffiti

Huit Québécois ont quitté le Québec le 21 avril dernier pour enseigner à de jeunes Français de Tonnerre en Bourgogne, les bases du breakdance, du slam et du graffiti.

Raymond Viger Dossiers Forum Jeunesse France-Québec, Hip-Hop, Breakdance, Graffiti

forum-de-la-jeunesse-france-quebec-tonnerre-2011

Le groupe d’artistes québécois termine sa première semaine d’implication artistique pour le Forum Jeunesse France-Québec. Des ateliers intensifs de breakdance, de slam et de graffiti pour préparer les jeunes français à performer sur les scènes qui leur seront offertes lors du Forum Jeunesse France-Québec qui débute aujourd’hui.

Durant toute la semaine, la ville de Tonnerre en région de Bourgogne aura un agenda artistique et culturelle bien rempli.

Sur la photo nous reconnaissons, première rangée les breakdancers Johnny Skywalker et Sandy Béland.

Deuxième rangée, Dany (guide pour le groupe), Christine Burtin-Lauthe directrice du centre social de Tonnerre, le journaliste Dominic Desmarais, le slammer Xavier, le breakdancer Ricky St-Jusna, le graffiteur Arpi.

Rangée du bas accroupi, Benoît (groupe d’accueil de Tonnerre), les breakdancers Nindy Banks et Martine Bruneau et finalement, Élise (groupe d’accueil de Tonnerre).

À l’arrière plan nous apercevons une murale du jeune parisien Kouka réalisé à l’automne dernier avec des jeunes du Centre social de Tonnerre.

Autres textes sur Breakdance

Pour rejoindre les artistes du Café-Graffiti: (514) 259-6900

Ce voyage culturel est rendu possible grâce à la participation de l’Office Franco-Québécois pour la jeunesse (OFQJ) et Les Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ).

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs!

tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logoVotre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en bleu, rouge, noir ou blanc. Ou encore votre Sweat-shirt disponible en gris pour seulement 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/t-shirts.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti: (514) 259-6900

.

Forum jeunesse France-Québec

Projet Cultures urbaines France-Québec

Quand l’urbain montréalais débarque en France

Le Café Graffiti, organisme montréalais d’intervention auprès des jeunes, et le centre social de la commune française de Tonnerre ont uni leurs forces au printemps dernier pour organiser un forum spécialement dédié aux jeunes. Le but était de redonner confiance à cette nouvelle génération prometteuse, mais souffrant d’un manque d’activités évident.

Estelle Gombaud   Dossier: Forum Jeunesse France-Québec

fluke-art-graffiteur-muraliste-murale Dans le cadre du Forum jeunesse 2010, 9 professionnels graffiteurs et breakdanseurs québécois ont traversé l’Atlantique pour venir à la rencontre de leurs jeunes cousins français. Pendant deux semaines, la pratique de ces arts urbains a réveillé une jeunesse endormie en plus de donner des idées aux différentes instances politiques et sociales qui se sont réunies pour l’occasion afin de réfléchir à leur avenir.

L’événement, qui avait pour thème «Une année pour se préparer. Un Forum pour s’éclater», s’est déroulé du 19 au 25 avril.  Comme l’explique la directrice du centre social de la commune française de Tonnerre, Christine Burtin Lauthe, l’objectif était avant tout de donner la parole aux jeunes.

Quant au fondateur du Café Graffiti, Raymond Viger, il a souhaité envoyer des jeunes artistes à l’étranger «pour les stimuler dans leur cheminement et leur permettre de vivre différentes expériences».

Pour profiter pleinement de l’échange, ces artistes québécois sont arrivés une semaine avant la date officielle du début du forum afin d’offrir aux jeunes du centre social des ateliers de breakdance et de graffiti. Suivant un rythme des plus effrénés, c’est à raison de 5 à 7 heures par jour que les 32 stagiaires français ont appris les bases de ces deux arts urbains.

Lancé officiellement le 19 avril, le Forum a proposé une foule d’activités aux petits et aux grands de la commune en prenant soin de toujours rester axé sur la jeunesse.

tonnerre-france-forum-jeunesse-jeunes Musique, théâtre, cinéma, expositions de toiles, sports, pique-nique géant et plénière publique du Conseil Municipal des Jeunes étaient au menu de cette semaine riche en activité. C’est aussi à cette occasion que les instances de la commune ont échangé sur les moyens mis à leur disposition pour exploiter au maximum les talents de leurs jeunes.

«Les partenaires locaux, institutionnels, associatifs se sont questionnés vis-à-vis des attentes et des besoins de la jeunesse. Ils ont voulu leur apporter des projets faits avec et pour eux», résume Mme Burtin-Lauthe.

Ses temps forts? L’exposition « Me Voici », où 20 jeunes tonnerois ont présenté leurs autoportraits réalisés lors de leur stage de graffiti.

Le spectacle de créations musicales et artistiques a également suscité un grand engouement. Les apprentis breakdanceurs ont pu montrer leur nouveau savoir-faire en montant sur les planches de la scène pour présenter une chorégraphie apprise la semaine précédente.

Preuve du succès de l’entreprise, un des partenaires de l’événement a même déclaré ceci : « si un habitant de Tonnerre dit ne pas avoir été au courant du Forum, c’est qu’il n’était pas à l’écoute et qu’en fin de compte cela ne l’intéressait pas! »

Un échange enrichissant

Pour les 12 stagiaires de breakdance, l’expérience fut productive. À la différence des cours de danse qu’ils prenaient habituellement avec un seul professeur, ils ont eu la chance de bénéficier des compétences des 7 danseurs québécois lors des différents ateliers.

tonnerre-france-forum-jeunesse-jeunesMais les artistes n’ont pas seulement appris aux jeunes à bouger, ils ont aussi endossé un rôle de grand frère. Alliant à la fois le côté artistique et le côté humain, cette rencontre a permis à plusieurs jeunes de trouver les réponses à leurs questions.

«Après chaque pratique, on gardait du temps pour parler des problèmes que les jeunes rencontraient dans leurs vies de tous les jours afin de pouvoir leur apporter des solutions», explique Johnny Skywalker, le leader du groupe de breakers. «Les jeunes ont vite compris que la danse était un bon moyen de se défouler face aux frustrations de la société», ajoute-t-il. Cet échange a également permis aux breakeurs de prendre conscience de certaines réalités.

Un des danseurs, qui n’avait jamais donné d’ateliers auparavant, fut surpris de se découvrir une passion. «En rentrant à Montréal, j’aimerais trouver un travail qui allie danse et animation avec les jeunes, ça serait vraiment le top !», a confié Patrick Jean Charles alias B-boy Prototype.

«Nous leur avons montré nos mouvements, mais ils nous ont aussi donné beaucoup, confie Handy «Monstapop» Yacinthe. On a compris qu’on était des modèles pour ces jeunes. Je ne savais pas que l’on pouvait changer le cours de la vie de quelqu’un de cette manière-là», ajoute-t-il.

Même son de cloche du côté des graffiteurs, où l’expérience avec la jeunesse tonnerroise a été tout aussi formatrice. Parmi les artistes montréalais présents au forum, le muraliste-graffiteur Fluke n’est pas passé inaperçu. Du haut de ses 6 pieds, ce jeune homme d’origine polonaise est devenu en quelques années l’un des plus grands graffiteurs de la métropole québécoise.

Durant 5 jours de cours intensifs, il a partagé sa passion avec les jeunes tonnerrois afin que ceux-ci réalisent leur autoportrait sur toile. En parallèle, il a eu pour mission de créer une immense fresque colorée à l’effigie de la ville recouvrant ainsi les murs défraîchis du tunnel de la gare. Tout en ayant donné une nouvelle identité visuelle aux murs du tunnel, cette réalisation aura fait prendre conscience aux Français  de la commune que le graffiti peut être un acte légal et apprécié.

«Cette fresque m’a demandé plus de 100 heures de travail, explique Fluke. J’ai donné tout ce que j’avais. C’était vraiment très sympa de discuter avec les voyageurs qui passaient. J’ai eu beaucoup de retours positifs», ajoute-t-il. Pour le responsable de la gare, Alain Boeuf, le résultat est magnifique. « Nous cherchions à donner plus de vie à ce passage. Grâce au forum, ça a été possible».

<«Une fois dans le train du retour, tous les artistes se sont mis à pleurer. Ils auraient voulu apporter plus que ce qu’ils ont donné. Cindy, une des danseuses professionnelles, aurait souhaité ramener un des petits chez elle pour le ‘‘sauver’’», se souvient le chef du groupe, Johnny Skywalker.

Un pas vers l’avenir

Les artistes québécois,  les élus de Tonnerre ainsi que le personnel du centre social s’étaient donnés pour objectif de se concentrer davantage sur la jeunesse pour lui donner les moyens de continuer à faire vivre l’art du graff, du breakdance et de toute autre forme d’expression au-delà de la durée du Forum.

Pour le plus grand bonheur des jeunes stagiaires tonnerrois, une salle de danse a récemment été ouverte afin de leur permettre de parfaire leurs techniques de danse hip-hop. La troupe compte désormais 15 jeunes tonnerrois qui se retrouvent quotidiennement pour préparer de nouveaux spectacles. Les quelques pas de danse de plus de ce groupe d’adolescents sont autant de pas en avant pour la jeunesse de la région.

La 1re édition du Forum de la jeunesse a connu un tel succès que celui-ci sera reconduit l’année prochaine. Pour que le forum ne soit plus un événement ponctuel, Christine Burtin Lauthe a décidé de renouveler, tout au long de l’année, les rencontres dédiées à la jeunesse, tout en conservant la dimension internationale du projet. La collaboration entre la France et le Québec pourrait donc bien se poursuivre et permettre à d’autres artistes du Café Graffiti de partir.

Le forum a permis à la jeunesse de Tonnerre de reprendre confiance en un avenir qu’elle pensait perdu. Il eut l’effet d’un tremplin donnant ainsi aux jeunes l’envie de construire de nouveaux projets.

PHOTOS: Joseph Elfassi

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

T-Shirt promotionnel disponible avec votre logo

tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logo Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs.

Votre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en bleu, rouge, noir ou blanc. Ou encore votre Sweat-shirt disponible en gris pour seulement 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/t-shirts-promotionnels-et-personnalise.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti: (514) 259-6900

Quand les Québécois débarquent en France

Le forum de la Jeunesse France-Québec

Un nouveau départ pour les jeunes

Après avoir connu un succès phénoménal en 2010, le Forum jeunesse France-Québec repart pour une 2e édition.

Raymond Viger Dossiers Forum Jeunesse France-Québec, International

forum On se souvient que 12 jeunes Québécois et une Française avaient participé au Forum jeunesse France-Québec 2010 qui s’est déroulé à Tonnerre en avril 2010. Huit breakdancers, un graffiteur et trois journalistes. La journaliste Française, Estelle Gombaud avait participé au groupe parce qu’elle a fait un stage de six mois avec Reflet de Société.

Christine Burtin-Lauthe, la directrice du centre social de Tonnerre était de passage à Montréal. Nous nous sommes rencontrés pour débuter la planification du prochain Forum jeunesse France-Québec.

forum_Spread Les jeunes Français sont encore en contact avec les animateurs Québécois par l’Internet et Facebook. Il faut dire que le passage des Québécois en France avait créé un grand engoument.

Le groupe qui se préparera pour le voyage 2011 en France sera composé de 5 breakdancers sous la responsabilité de Johnny Skywalker, d’un graffiteur et de Dominic Desmarais comme journaliste. En plus, Berekyah Yargeau, une slameuse ferait partie du groupe.

Évidemment, les démarches administratives débutent. Il faut s’assurer que tout fonctionne avec l’Office Franco-Québécois pour la jeunesse, le principal bailleur de fond de ce projet. L’Office franco-Québécois a pour mission d’aider et de favoriser les échanges entre Québécois et Français.

Je vous tiens au courant des développements de ce projet qui a su faire parler de lui.

Autres textes sur Forum Jeunesse France-Québec:

Médaille de la ville de Tonnerre

Vidéos et photos du Forum de la Jeunesse 2010

Le Forum de la Jeunesse et sa continuité

Inauguration de la fresque de Fluke avec RFF

Le forum de la Jeunesse 2010 est commencé

Danse sur Paris

Forum Jeunesse France-Québec 2010

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

spectacle-breakdance-taz-samajam-roller-blade-skateboard-bmx-break

Spectacle de financement pour le Café-Graffiti aHÉROSol 2010

20 novembre 2010 à 20:00 heures

Spectacle de Breakdance, percussions Samajam, Roller blade, Skateboard et BMX.

Au Skate Park le TAZ 8931 Papineau

Pour réserver vos billets: 514-259-4926, par Internet ou encore sur le réseau Admission.

 

Le forum de la Jeunesse 2010 est commencé

Le forum de la Jeunesse 2010 est commencé

Par Gabriel Alexandre Gosselin

Dossier Forum Jeunesse France-Québec

Le Forum de la Jeunesse 2010 de Tonnerre est maintenant lancé. C’est la créativité des jeunes tonnerrois qui a été mis à l’honneur lors d’une soirée vernissage, lundi dernier. L’exposition «Me voici», révélant les tableaux des jeunes ayant suivi l’atelier du graffer québécois Fluke la semaine dernière, a fait figure de proue. L’artiste montréalais a laissé pleine liberté à sa quinzaine d’apprentis-graffiteurs dans un autoportrait fait à la base d’une photo géante de chacun.

Un autre groupe de jeunes a transmis une dose d’énergie inégalable au public présent à la soirée. Les chorégraphies, préparées par les jeunes eux-mêmes lors de leur stage d’apprentissage avec les 8 breakers professionnels, ont su épater la galerie.

Un vernissage pas comme les autres

Christine Burtin Lauthe, initiatrice de ce forum, a déclaré par la suite que jamais n’avait été vu tel achalandage dans un vernissage à Tonnerre. À noter qu’il ne s’agissait pas cette fois que de la bourgeoisie sélective de cette municipalité où tout le monde semble se connaître. Le mélange de familles, de jeunes, de personnes plus âgées, d’élus, d’organismes locaux et même de gendarmes n’aurait pu faire meilleure impression quant aux attentes face à ce forum: l’espoir d’un échange entre générations, entre des citoyens vivant différentes réalités, et cela au nom de la jeunesse.

Le maire de Tonnerre, André Fourcade, a su trouver les bon mots à ce chapitre: «Malgré ce que l’on a tendance à croire, les jeunes ne sont pas la source des problèmes. Ils sont la solution à nos problèmes et les piliers de l’avenir. C’est pourquoi je tiens à leur faire ce message: ils ont leur place dans la vie tonnerroise, et ce forum est une preuve de la volonté citoyenne à agir en ce sens.»

Un forum entamé d’une belle façon. Cette semaine, nous continuons d’entretenir ce blogue en nous nourrissant des différents événements qui auront lieu à Tonnerre jusqu’au 25 avril. De plus en plus, notre groupe de journalistes se familiarise avec la population tonnerroise et nous souhaitons vous transmettre les moments forts de ce forum et ce que nous en retirons de plus pertinent. Je vous dis à bientôt!

Les photos du Forum de la jeunesse 2010 de Tonnerre sur notre compte facebook

 

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

 

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Pourquoi sommes-nous à Tonnerre?

Pourquoi sommes-nous à Tonnerre?

Par Gabriel Alexandre Gosselin Dossier Forum Jeunesse France-Québec, Graffiti

Sur son blogue, Raymond Viger en parle depuis quelques mois: 9 artistes québécois issus de la culture hip-hop iront en France au Forum de la Jeunesse de Tonnerre 2010. La chose est maintenant bien réelle et notre équipe journalistique est sur place pour vous informer et commenter ce forum. Joseph Elfassi, de l’UQAM, Estelle Gombaud, de l’Université de Bordeaux 3, ainsi que moi, Gabriel Alexandre Gosselin, journaliste pour Reflet de Société, sommes prêts à couvrir les événements, autant sur ce blogue que sur le blogue officiel du Forum de la Jeunesse de Tonnerre 2010.

Portrait de Tonnerre

Mais à quoi ça rime ce fameux forum? Je vous dresse un portrait :

La municipalité de Tonnerre compte environ 6 000 habitants. La source de revenue principale relève de la viticulture, ce qui signifie que les terres ne sont bonnes à à peu près rien d’autre. Des infrastructures assez importantes et très suffisantes pour les Tonnerrois sont érigées dans la petite ville donnant accès à toute sorte d’activités sportives, à une bibliothèque, à des concerts ou des expositions.

La difficulté aujourd’hui pour les Tonnerrois réside dans le fait que la municipalité est bien équipée, mais que ça coûte certes un peu cher pour le bassin de population concerné. Le manque de possibilités d’emploi en est la principale cause: les citoyens désertent et de ceux qui restent, une part de plus en plus grande dépend de l’aide sociale. Du coup, ces infrastructures ne sont pas suffisamment utilisées et manquent d’entretien. Par exemple, un hospice construit vers le 13e siècle est inutilisé presqu’à longueur d’année sauf pour la foire annuelle.

Récemment, une réalité propre à la région de l’Yonne, territoire de Bourgogne dans lequel se situe la ville de Tonnerre, s’est révélée: les citoyens marchent tête basse, les jeunes manquent de motivation et d’espoir en un avenir possible dans leur localité d’origine. Encore une fois, un obstacle se dresse devant ces jeunes: le train est le seul moyen de quitter la ville pour aller travailler ailleurs. Les heures de départ limitées n’encouragent personne à l’utiliser quotidiennement.

C’est pourquoi Christine Burtin Lauthe, directrice-générale du Centre social de Tonnerre et le maire de Tonnerre, André Fourcade, en sont arrivés à cette solution: créer un forum de la jeunesse pour porter et faire entendre leurs voix, susciter l’engouement dans la région, donner l’énergie et l’inspiration nécessaires pour remettre cette jeunesse sur les rails de l’initiative et de la réussite!

Le rôle des artistes québécois

C’est dans cette optique que Christine Burtin Lauthe a fait venir ces 9 artistes du Café-Graffiti, pour lequel elle a œuvré pendant 4 années à Montréal, de 2002 à 2006. Ainsi, le graffiteur Fluke et les 8 break-dancers Johnny Skywalker, Asian, Bgirl Cheeco, Goldylocks, Prototype, Monstapop, Dingo et Bgirl bounce seront à Tonnerre pour deux semaines d’activités intenses. La première se consacre aux ateliers donnés aux jeunes Tonnerrois; la deuxième semaine veut concrétiser la première avec les performances des artistes québécois et des jeunes qu’ils auront formés. Également au menu, des soirées de débat sur la jeunesse, des prestations d’artistes locaux et bien d’autres.

Pour suivre le Forum de la jeunesse de Tonnerre 2010 et les artistes du Café-Graffiti à travers cette aventure, Estelle, Joseph et moi vous invitons à lire ou regarder nos prochaines apparitions sur le blogue de Raymond Viger, section Forum jeunesse 2010 ou sur le blogue du Centre social de Tonnerre.

Autres textes sur le Graffiti:

Arpi: Muraliste et designer d’intérieur

Inauguration de la fresque de Fluke avec RFF

Vidéo murale graffiti pour l’agence de communication ID3 (idées aux Cubes)

Murale graffiti, animation de foule, peinture en direct, T-shirt

Mural de Michael Jackson au Festival de Jazz avec les graffiteurs Fluke et Omen

Mural graffiti en direct par Fluke

Fluke pour Oxygen

Video clip graffiti hiphop et breakdance gratuit

Projet graffiti pour Oakley

Graffiti calligraphie El Seed

Le mural Jean Talon

Rencontre avec Nawlz: Graffeur du monde

Breakdance, hip hop, rap, graffiti: présentation des artistes

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

"Terre Promise" fait parler

Le film Terre Promise fait parler

Par Joseph Elfassi   Dossier  Prostitution, Sexualité 

Le film « Terre Promise », de Amos Gitai, a été présenté à la Salle de Cinéma de Tonnerre lors d’une soirée cinéma-discussion animée par Christine Burtin Lauthe, le jeudi 25 mars. Après la diffusion du long métrage israélien, une discussion ouverte a eu lieu au sein du cinéma de Tonnerre.

Le film montrait, de manière minimaliste, sobre et agressive, le parcours violent de femmes de l’Europe de l’Est qui deviennent marchandise dans les mains de différents proxénètes au Moyen-Orient. Filmé avec un style « caméra à l’épaule », l’œuvre arrive très rapidement à interpeller le spectateur, qui ne peut rien pour ce groupe de femmes, vendues à différents proxénètes selon leur qualités physiques au milieu du désert, lavées à l’arrosoir, battues, et traitées « comme des tableaux, des sculptures, des objets », comme le raconte Diana Bespechi, une des femmes que l’on transforme en prostituée, contre son gré.

Michel Passarotto, Aurélie Blaise, Christine Burtin Lauthe, Malka Marcovich

Participaient à la discussion Catherine Hugonet et Halina Creusaton, de la Délégation Régionale et Départementale aux Droits des Femmes et à l’égalité de Bourgogne et de l’Yonne, Aurélie Blaise, de la Mission Locale Rurale du Tonnerrois et de l’Avallonais, l’adjudant chef Michel Passarotto, de la plateforme judiciaire de l’Yonne, ainsi que l’invitée Malka Marcovich, Directrice pour l’Europe de la coalition contre la traite des femmes.

« Le film est très fort, c’est un beau film, cinématographiquement parlant », affirme Malka Marcovich. « Cela nous montre bien que la prostitution est un sujet qui dépasse toutes les frontières. » La directrice du CATW met cependant un bémol sur la nature du film. « C’est la vision la plus extrême du phénomène. En réalité, ce n’est pas vraiment un monde à part. Le client, c’est notre mari, notre père, nos fils, » précise-t-elle, en réaction à la malveillance et au sadisme assez évidents des clients et proxénètes des nouvelles prostituées.

Malka Marcovich prostitution légalisation légaliser escorte prostituées

L’adjudant chef Michel Passarotto va dans le même sens que Mme Marcovich. Au niveau départemental, les gendarmes vivent cette réalité de manière plus ponctuelle, et « on ressent les contraintes de ces filles, le souffrances. Le film décrit bien leur trajet, parce que c’est comme ça qu’elles arrivent chez nous, en France.» L’adjudant chef explique que les prostituées que l’on retrouve dans ce département viennent le plus souvent de la Bulgarie, de l’Estonie, du Congo et d’autres pays africains, et que leur parcours peut être similaire à celui des femmes dans « Terre Promise » d’Amos Gitai.

Aurélie Blaise tente aussi de rappeler que si certaines prostituées sont effectivement des étrangères, il n’est pas nécessairement vrai que « nulle n’est prostituée dans son village », précisant que dans son expérience, de nombreuses femmes, pour arrondir leurs fins de mois, ou pour pouvoir se procurer de l’héroïne, ou pour simplement mettre de la nourriture dans la bouche de leurs enfants, se livrent à la prostitution, et ce, même si elles sont originaires de Bourgogne.

« Terre Promise », 2004, 88 minutes, une production de Agav Hakafot, est réalisé par Amos Gitai, , mettant en vedette Rosamund Pike, Diana Bespechi, et Amos Lavi.

Autres textes sur la Prostitution, Sexualité.

PUBLICITÉ

cover_avril-mai08 Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :