Tourisme en Gaspésie et son développement économique

 Tourisme en Gaspésie

Chicane entre tourisme et développement économique

Au cours de la dernière année, l’industrie touristique a été au cœur d’un litige déchirant la péninsule gaspésienne. Des élus et des citoyens soutiennent que ce pan important de leur économie a été transféré aux mains de la région voisine, le Bas-Saint-Laurent, et se mobilisent pour en reprendre les rênes. Certains y voient même une menace à l’autonomie de la Gaspésie.

Gabrièle Briggs   Dossier Gaspésie, Économie

gaspesie-peninsule-gaspesienne-gaspe Assis sur une plage de galets, le visage éclaboussé par l’eau salée, les yeux rivés sur le Rocher Percé; voilà l’un des nombreux paysages à couper le souffle qu’offre la Gaspésie au touriste qui s’y aventure. Nommée troisième plus belle destination au monde par la National Geographic Society, cette région est plus que jamais l’emblème touristique du Québec à l’étranger.

Jouissant d’une renommée mondiale, la Gaspésie doit une part importante de son développement économique au tourisme. Corde sensible des habitants de cette région, l’industrie déchaîne les passions, si bien que le conflit qui entoure le déménagement du siège social de l’Association touristique régionale (ATR) au Bas-Saint-Laurent s’est retrouvé devant les tribunaux.

Affrontement Gaspésie VS Bas-Saint-Laurent

La raison de ces affrontements? Au Québec, le découpage des régions touristiques diffère sensiblement du découpage administratif. Par exemple, le territoire touristique des Cantons-de-l’Est, qui comprend l’Estrie, couvre également l’est de la Montérégie. De son côté, la Gaspésie touristique comprend une partie du Bas-Saint-Laurent. Elle se termine à Sainte-Flavie, là où les routes du nord et du sud forment une boucle, dessinant le fameux tour de la Gaspésie qu’ont emprunté les jeunes bohèmes en quête d’aventures depuis des générations.

tourisme-gaspesie-peninsule-gaspesienne-touriste-gaspe La Gaspésie est toutefois la seule région pour laquelle le siège social de l’Association touristique régionale (ATR) se situe à l’extérieur de son territoire administratif. Situés à Sainte-Flavie, au Bas-Saint-Laurent, depuis 1984, les bureaux de l’ATR viennent tout juste d’être déménagés à Mont-Joli, également située dans la région administrative voisine de la Gaspésie. Ce déménagement a provoqué toute une controverse.

Dès le début du projet, des Gaspésiens ont réclamé le rapatriement du siège social et de la dizaine d’emplois qu’il représente dans la Gaspésie dite administrative. L’historien Jules Bélanger, l’un des premiers défenseurs du rapatriement du siège social, résume l’enjeu : «Avec les difficultés économiques qu’on lui connaît, la Gaspésie n’a pas le moyen de se priver du moindre siège social qui la concerne.»

Ce commentaire est paru dans une lettre envoyée aux médias locaux en juin 2008, après que l’historien ait entendu pour la première fois parler des projets de l’ATR. Son intervention a rapidement trouvé écho auprès de la population. Des citoyens, des élus municipaux et quelques entrepreneurs membres de l’ATR ont réclamé le retour du siège social dans la région.

Identité gaspésienne

Pour les opposants au déménagement, il en va de l’indépendance de la Gaspésie, qui a longtemps été administrée par le Bas-Saint-Laurent. «Un siège social, c’est là où les gens décident comment le tourisme va se développer en Gaspésie. Il faut qu’il soit sur les lieux», soutient Jules Bélanger.

«Est-ce qu’une gang qui vient de l’extérieur de la Gaspésie administrative peut débarquer et venir nous dire quoi faire? Il faut que ça s’arrête», dénonce aussi le président de la Conférence régionale des élus (CRÉ) de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, Bertrand Berger. Cet organisme regroupe des élus municipaux et les préfets de région.

Mais pour nombre d’habitants de la péninsule, la question du tourisme est indissociable de la notion d’identité. Comme le bleuet représente les gens du Lac-Saint-Jean ou le Château Frontenac, les citoyens de Québec, le territoire gaspésien permet à la région de la distinguer du reste de la province. «Les Gaspésiens ont une histoire différente: c’est un peuple de la mer. Nous avons un sentiment d’appartenance et nous voulons prendre en main notre développement», explique Jules Bélanger.

Les opposants au déménagement de l’ATR vers Mont-Joli ironisent souvent sur l’attitude des habitants de l’est du Bas-Saint-Laurent. Ils leur reprochent de proclamer leur appartenance à la Gaspésie pour attirer les touristes, mais de s’affirmer comme Bas-Laurentiens lorsqu’il est question d’investissement économique. L’historien résume bien ce qui dérange nombre de ses compatriotes: «Les gens de Sainte-Flavie et de Mont-Joli ne se considèrent pas comme des Gaspésiens.»

Mais tous les habitants de la péninsule ne pensent pas ainsi. «J’ai une vision d’ensemble de la région touristique», soutient le maire de la municipalité gaspésienne de Mont-Saint-Pierre, Jean-Sébastien Cloutier. Le tour de la Gaspésie fait partie de notre région. Je le vois comme une force et non comme une faiblesse.» Quant à elle, la directrice par intérim de l’ATR, Joëlle Ross, s’oppose farouchement à cette frontière identitaire. «Les gens qui travaillent à l’ATR sont autant Gaspésiens que ceux qui travaillent sur le territoire», soutient-elle.

Les touristes de la Gaspésie d’abord

Lorsqu’elle a commencé à parler du déménagement de son siège social vers Mont-Joli, l’administration de l’ATR était loin de se douter de l’émoi que cela créerait. Pour cette association, le déménagement de ses bureaux était avant tout une question stratégique. Depuis que l’autoroute 20 est complétée à Mont-Joli, les gens en provenance du centre et de l’ouest de la province ne passent plus automatiquement devant le bureau d’accueil de Sainte-Flavie. L’été dernier, une diminution d’environ 30 % de l’achalandage a été observée, selon Joëlle Ross. «Il n’y a pas moins de touristes qui arrivent sur le territoire. Mais ils sont moins bien accueillis parce que l’ATR n’est pas situé au bon endroit.»

Devant l’opposition générale, l’administration de l’ATR demeure catégorique: son devoir est d’assurer le meilleur service possible à l’endroit des visiteurs et c’est pour eux qu’elle déménage à Mont-Joli. «Notre job à nous, c’est de recruter des touristes qui sont à l’extérieur de la Gaspésie. Et ça, on le fait très bien!», soutient Mme Ross.

Toutefois, au sein même de l’association, dont la plupart des membres se trouvent en Gaspésie administrative, les opinions divergent. Certains entrepreneurs, appuyés par la CRÉ, critiquent la manière peu démocratique dont l’ATR les aurait consultés. Le vote tenu en assemblée générale extraordinaire le 13 février 2009 et qui a penché en faveur du déménagement, a mis le feu aux poudres.

Pour les opposants, il s’agissait d’un coup monté puisque selon eux, certains membres en faveur du déménagement avaient en leur possession des procurations qui leur permettaient de voter au nom de personnes absentes. Les détracteurs estiment que sans ces procurations, l’issue du vote aurait été différente.

De l’avis du responsable des communications de la CRÉ, Benoît Pilon, l’ATR n’essaie pas de savoir ce que les membres veulent vraiment. «Elle est dans un effort de mobilisation pour garder leur bureau et sa dizaine d’emplois au Bas-Saint-Laurent», soutient cet avocat, qui est aussi propriétaire du Gîte Bleu sur Mer, membre de l’ATR.

La situation s’est envenimée à un point tel que l’affaire a été portée devant les tribunaux. Le 8 juillet 2009, le Gîte Bleu sur Mer, la Conférence régionale des élus et la Municipalité d’Escuminac, dont le maire est Bertrand Berger, ont demandé à la Cour supérieure d’émettre une injonction permanente pour faire invalider le vote. La cour doit maintenant trancher pour savoir si les résolutions ont été émises en toute légalité.

L’ATR Gaspésie va de l’avant

Malgré la demande d’injonction permanente, l’ATR a décidé d’aller de l’avant avec le déménagement. Le bâtiment a été transporté à sa nouvelle adresse en janvier, sur un terrain que la Municipalité de Mont-Joli a accordé pour la somme symbolique de 1 $.

De son côté, la CRÉ n’a pas attendu la décision de la Cour pour déployer sa gestion régionale du tourisme. Le 20 novembre, elle a annoncé vouloir se doter d’une politique-cadre de développement touristique. Elle souhaite ainsi que les décisions politiques concernant le tourisme soient prises en Gaspésie, tout en laissant à l’ATR son mandat de promotion. «On ne laissera pas le développement touristique dans les mains d’une autre région. L’industrie touristique, c’est probablement 25 à 30 % de nos activités économiques. C’est fondamental», soutient Bertrand Berger.

En Gaspésie, plusieurs veulent toutefois tourner la page sur cette phase houleuse de l’industrie. La peur de bien des élus et entrepreneurs : effrayer les touristes. «Il faut que cesse le conflit. On a une belle industrie et on doit travailler ensemble», conclut le maire de Mont-Saint-Pierre, Jean-Sébastien Cloutier.

Autres textes sur la Gaspésie:

Gaspésienne et Gaspésien vivant hors Gaspésie recherché par Graffici

Les régions, une nouvelle vie pour les jeunes marginalisés

Les cégeps de Gaspé et de St-Hyacinthe en économie sociale

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicide Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Un mouton qui a du mordant

Rimouski, Le Mouton Noir

Un mouton qui a du mordant

La concentration des médias québécois a fait disparaître tous les journaux régionaux indépendants. Tous? Non. Le Mouton Noir, un petit périodique de Rimouski, résiste encore et toujours à l’envahisseur. Fier de sa différence, cet animal engagé ouvre grandes ses pages aux journalistes citoyens avides de culture, de politique et d’environnement. La rédactrice en chef Isabelle Girard nous fait découvrir ce mouton qui se prend pour un loup.

Propos d’Isabelle Girard , rédactrice en chef du Mouton Noir, recueillis par Guillaume Brodeur   

Dossier Magazines du Québec, Publicité.

mouton-noir-rimouski-bas-du-fleuve-magazine-quebec Artiste multidisciplinaire, Jacques Bérubé réalise en 1995 que les citoyens ne peuvent s’exprimer dans la presse régionale. Il soumet à l’hebdo local de Rimouski un article satirique où il «personnifie» des hommes politiques en animaux. Le rédacteur en chef refuse l’article sans même l’avoir lu. Choqué, Jacques décide de fonder son propre journal avec sa blonde graphiste, le metteur en scène Eudore Belzile et quelques amis. Le Mouton Noir est né de cette idée fondatrice: donner une voix aux gens.

Combler le trou noir

CahierMai2010.indd Au départ, Le Mouton Noir avait surtout pour mission de combler les lacunes des hebdos régionaux. Personne ne couvrait la culture locale, hormis Radio-Canada. Ce que nous faisons avec notre cahier spécial Champ libre. Alors que des politicailleux s’opposaient depuis 30 ans à la création d’une salle de spectacle à Rimouski, une mobilisation populaire encouragée par les articles du Mouton est par exemple parvenue à convaincre le gens du bien-fondé du projet.

Par la suite, Le Mouton a pris position sur toutes sortes de dossiers politiques et environnementaux d’importance, comme la construction de ports méthaniers et le développement anarchique de l’industrie porcine. Des dossiers ont été montés pour empêcher que des porcheries s’installent sur le 2e rang du Bic, un endroit hyper touristique. Les principes qui animent Le Mouton Noir sont ceux de solidarité et de justice sociale. Indépendants d’esprit, nous prenons position sur les dossiers régionaux les plus importants.

Oui, nous voulons suivre l’actualité régionale, mais surtout proposer des solutions. Le fait que le journal soit périodique nous permet d’avoir un recul sur certaines questions sociales et politique, et de plus en plus environnementales.

Chien de garde des régions

Plus récemment, le développement de l’énergie éolienne est devenu notre nouveau cheval de bataille. La région a été littéralement envahie par des promoteurs quand le gouvernement a lancé des appels d’offre sans donner des conditions structurantes aux MRC et aux municipalités. Il en résulte un bordel total. Il y a eu beaucoup d’abus dans la région de Matane… Des promoteurs sollicitaient les propriétaires terriens le soir en leur disant : «Signez là, y en aura pas de problème». L’agriculteur se trouvait pourtant à aliéner sa terre pour 50 ans à des prix dérisoires.

Sans se vanter, avant que Le Mouton Noir n’accorde une certaine importance à ce dossier, on n’en entendait jamais parler dans les médias régionaux ou nationaux. Comme par hasard, des articles de fonds dans Le Soleil et Le Devoir ont suivi la publication de nos dossiers sur l’éolien. Quand les gens ont commencé à se plaindre, le gouvernement a encadré le processus et imposé un prix plancher.

Le Mouton Noir se veut un peu le chien de garde de ce qui se passe en région et d’une certaine conscience sociale. À l’interne, on se perçoit comme des éveilleurs de consciences quand les gens «dorment sur la switch». Paradoxalement, notre présence a eu l’effet de rehausser la qualité de la presse régionale qui ne peut plus se permettre de manquer le bateau. Historiquement, nous étions dans une dynamique de confrontation avec eux. Maintenant, on se complète sans trop se côtoyer.

L’important pour nous, c’est de redonner envie aux gens de s’exprimer, de prendre position sur des sujets qui les touchent. Ça tombe bien, car en l’absence de rémunération des collaborateurs, le contenu du journal dépend des articles qu’on reçoit. À l’exception du thème central, je n’ai aucune idée de ce que va avoir l’air le prochain numéro! Tout dépend de la récolte finale. On a une banque d’une centaine de collaborateurs et des nouveaux s’ajoutent régulièrement.

Un petit côté animal

Il n’y a ni censure ni idéologie fermée au Mouton. On ne va jamais empêcher quelqu’un d’exprimer son opinion contre une idée mise de l’avant dans nos pages, on souhaite toujours montrer les deux côtés de la médaille. La qualité des plumes importe, bien sûr, et on essaie de cultiver un certain côté satirique et humoristique. Un créneau surtout occupé par nos chroniqueurs Jacques «Le Stylo Sauvage» Bérubé, Pierre «Faux docteur de campagne» Landry et Michel «Veni Vedi» Vézina à la culture. On est d’ailleurs considéré comme un journal très baveux par les politiciens du Bas-Saint-Laurent, qui demeurent sur leurs gardes lorsqu’on assiste à leurs conférences de presse. Le nom «Mouton Noir» évoque notre esprit grégaire, et son slogan «Plus mordant que le loup…», le côté plus frondeur.

Le Mouton est très lié à la nature et à la réalité régionale, un penchant qui se traduit par des noms de chroniques fort imagés : «Chronique d’une vieille chouette», «La brebis goûteuse», etc. On évite par ailleurs de publier des pubs de char par exemple, même si la publicité demeure notre revenu principal. Le Mouton préfère avoir des pubs discrètes, esthétiquement belles, qui respectent nos valeurs sociales et environnementales.

Survivre dans la jungle

Des projets, j’en aurais pour 10 ans. Développer le site Internet en y ajoutant des forums de discussions et des nouvelles chaque jour, avoir les moyens d’envoyer des collaborateurs sur tout le territoire, les rémunérer pour consolider notre noyau dur, s’ouvrir davantage aux jeunes, etc. Le Mouton Noir poursuit plusieurs objectifs, mais le principal est d’éviter que la survie du journal ne soit en péril. Malgré certaines difficultés, je souhaite à toutes les régions d’avoir un journal comme Le Mouton Noir. Le jeu en vaut la chandelle.

Je viens de Montréal et je suis pleinement consciente que ça n’intéresse pas tout le monde ce qui se passe à Saint-Eugène-de-Ladrière, le petit village de 200-300 habitants où j’habite. Cependant, les gens doivent connaître les enjeux régionaux, savoir que plusieurs écoles risquent de disparaître en raison du vieillissement de la population même s’il y a toujours des enfants… Quand l’école ferme, le bureau de poste et le dépanneur suivent, et les gens sont condamnés à avoir un char et à faire 15 km pour acheter une pinte de lait. Ça fait partie des missions du Mouton de donner la voix à ces gens-là pour aider à sauver les villages, à dynamiser la région.

C’est valorisant de se promener dans la rue et de rencontrer des lecteurs qui nous remercient d’avoir défendu telle ou telle cause. Il y a une relation très directe entre le lectorat et Le Mouton. Plusieurs gens, comme des immigrants, s’adressent à nous lorsqu’ils ne comprennent pas trop comment fonctionne la société. On est vraiment ancré dans notre milieu. Pour nous, un collaborateur basé à Montréal est un correspondant en région!

Encadré

La vie rurale

Contrairement à ce que les gens de Montréal peuvent penser, des régions comme le Bas-Saint-Laurent offrent beaucoup de travail aux jeunes qui viennent s’y établir. L’endroit profite d’une vie culturelle très, très dynamique. Beaucoup d’artistes décident d’y vivre. Le Mouton Noir fait partie de la Coopérative Paradis, une coop regroupant plusieurs acteurs communautaires qui soutiennent divers projets artistiques. Du cinéma d’auteur au théâtre, de la musique aux arts visuels. Il y a plus de solidarité en campagne, du troc… Je connais même quelqu’un du fond d’un rang, sans voiture, qui monte sur la gratte pour aller faire son épicerie au village durant l’hiver. C’est un autre rythme de vie, il se passe moins de choses, mais on en profite mieux.

Encadré

Le Mouton Noir et son troupeau

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-dj-mana-sp-manspino-dynastie-des-morniers CD de musique Ill Legal. Compilation de rappeur et rap music Hip Hop avec Chilly D, DJ Mana, L’intrus, Shades of culture, SP, Patrick Batemen, 01 Étranjj, Ninja P, Virus, Vulguerre, Chance Won, Erratum, Son 2 PT, Manspino, Dynastie des Morniers. 9,95$

Tél: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :