Le livre d’or du Café-Graffiti

mission Café-Graffiti Le Café-Graffiti est un projet d’intervention sociale créé par l’organisme Journal de la Rue et soutenu financièrement par les abonnements au magazine de prévention et de sensibilisation Reflet de Société.

Créé en 1997, la mission du Café-Graffiti est d’offrir un milieu de vie pour les jeunes marginalisés. La culture Hip hop y règne en maître. Breakdance, Graffiti, Rapper et DJ s’en donnent à coeur joie et utilisent les services du Café-Graffiti mis à leurs dispositions.

Des jeunes stimulés et passionnés

Le Café-Graffiti est une cohabitation de jeunes et de projets qui les stimulent et les passionnent. Ils peuvent s’y réunir pour discuter, y trouver une oreille attentive pour répondre à leurs besoins. De plus, le Café Graffiti veille à faire reconnaître professionnellement les jeunes artistes tout en les aidant à combattre leur exclusion.

Ces artistes émergeants provoquent une énergie créatrice stimulante. Devant ce trop-plein créatif, le Café-Graffiti soutient ces jeunes pour qu’ils exportent leur talent. En présentant leurs œuvres ou leurs spectacles devant un public de plus en plus nombreux, nos jeunes artistes goûtent à la reconnaissance tout en étant rémunérés.

Des jeunes qui prennent leur place

Certains de nos jeunes décident ensuite de retourner à l’école, d’autres d’ouvrir un commerce. Il y en a qui développent leur art de façon à en vivre. D’autres seront animateurs pour les jeunes de la relève, prenant ainsi la place de la génération précédente.

Le Café Graffiti est une famille reconstituée qui accueille les jeunes cherchant à se bâtir une identité qui correspond à leurs talents et leurs ambitions.

Merci de soutenir la mission du Café-Graffiti

Le Café Graffiti est devenu un chef de file pour la production d’événements Hip Hop. Pour attirer leurs clientèles, de plus en plus d’entreprises font confiance à nos jeunes artistes. Faites comme eux: en passant par nos jeunes, vous les aidez dans leur estime, le développement de leur talent et vous permettez au Café Graffiti de les aider à cheminer pour en faire des individus responsables et autonomes.

Pour rejoindre l’équipe du Café-Graffiti: (514) 259-6900 cafegraffiti@cafegraffiti.net

Faites un don pour soutenir la mission du Café-Graffiti

Pour faire un don pour soutenir l’intervention auprès des jeunes,

Merci de votre soutien.

Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs.

tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logoVotre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en bleu, rouge, noir ou blanc. Ou encore votre Sweat-shirt disponible en gris pour seulement 29,95$.

Tél: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Internet: http://www.editionstnt.com/t-shirts.html

Poste: Café-Graffiti 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Merci de nous laisser un commentaire.

Publicités

Les régions, une nouvelle vie pour les jeunes marginalisés

Les régions, une nouvelle vie pour les jeunes marginalisés

Dossier Alcool et drogue, toxicomanie, Gaspésie

Au Journal de la Rue ainsi qu’au Café-Graffiti, nous accompagnons des jeunes marginalisés. Leur vécu est très varié; décrocheur, trouble de comportement, violence, difficulté avec l’autorité, alcoolique, toxicomane et j’en passe.

Suite à leur passage chez nous, plusieurs restent en contact, viennent nous donner des nouvelles, saluer les anciens encore chez nous ou dire bonjour aux nouveaux qui arrivent. Nous avons eu des nouvelles d’un de nos anciens. Il est maintenant en Gaspésie, ils étudient à l’université en environnement. Il a cessé de consommer. L’exil en Gaspésie aura été important pour lui, pour recommencer à zéro. Sortir du milieu.

Et ce n’est pas le premier qui réussit cet exploit en passant par les régions. Le stress des centres urbains, le mode de vie qu’ils ont développés est devenu infernal pour plusieurs. Leur planche de salut passe par un nouvel environnement, une vie plus calme et sereine, un rapprochement de la nature. Nous avons maintenant des anciens qui se sont ainsi rétablit dans plusieurs régions du Québec. Plusieurs s’impliquent auprès des jeunes de leur région adoptive.

Il est venu nous saluer au Café-Graffiti. Il est reparti avec plusieurs copies du magazine Reflet de Société en nous disant: « Il y a plusieurs jeunes là-bas qui en ont besoin ». Ç’a fait chaud au coeur de voir un ancien sensible à la cause des plus jeunes.

https://raymondviger.wordpress.com/2006/12/08/les-marginaux-les-regions-et-les-ressources/

https://raymondviger.wordpress.com/2006/11/06/les-gangs-de-rue-sexportent-en-region/

Autres textes sur Alcool et drogue.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelle L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Journaliste, journaliste interviewé et intervenant social

Journaliste, journaliste interviewé et intervenant social

Je viens de faire une prise de conscience importante. Je suis un intervenant au Café-Graffiti auprès de jeunes marginalisés. Je suis aussi rédacteur en chef pour le magazine d’information et de sensibilisation Reflet de Société. Cette double personnalité explique mon horaire qui dépasse trop régulièrement les 80 heures semaine.

En tant que responsable du Café-Graffiti, avec les contacts privilégiés que j’ai avec des milieux plus sousterrains de notre société, les journalistes et les recherchistes de tous les médias me téléphonent régulièrement pour être mis en contact avec un jeune spécifique ou encore obtenir nos commentaires sur un événement particulier.

Ce double emploi est une excellente école. D’une part, le journaliste m’explique le dossier sur lequel il travaille et me défini l’angle qu’il veut traiter. Tout cela pour me permettre de lui référer le jeune qui correspond le plus à ses attentes. Cela me donne l’avantage de pouvoir commenter et orienter son travail pour qu’il soit plus pertinent. Peu de journalistes ont ce privilège. D’autre part, non seulement je connais les commentaires que le jeune va lui faire, mais en plus, j’ai la réaction en direct de plusieurs dizaines de jeunes qui n’ont pas voulu rencontrer le journaliste même s’ils avaient quelque chose à dire. Juste à annoncer la demande du journaliste aux jeunes et je suis retrouve régulièrement en pleine hystérie collective, un vrai reportage en zone sinistré. Tous les commentaires recueillis me permettent d’avoir des tonnes d’idée d’article à écrire.

Je me considère choyé d’avoir cette double nationalité. C’est une belle école. Je peux aider les journalistes à obtenir leur matériel et participer à l’orientation de leur travail. Ceux-ci me permettent de connaître à l’avance les différents sujets qui seront traités et la façon que le sujet sera développé. Mais surtout, j’ai les réactions en direct d’un milieu underground qui me nourrit et transporte nos débats de société sur une autre planète. En bout de ligne, le journaliste qui a sollicité mes services d’entremetteur n’entendra qu’un jeune pour alimenter son débat. De mon côté, pour lui trouver ce jeune, j’aurais eu l’occasion d’en discuter avec une vingtaine de jeunes. J’ai donc un regard plus large sur la problématique traitée.

Autre gros avantage. Même lorsque la nouvelle ne sera plus d’actualité, les jeunes vont continuer à alimenter le débat. Je continuerai d’être un témoin et un acteur de cette réflexion. Après que le jeune aura livré à froid un commentaire, d’autres idées vont faire surface dans les jours qui suivent. Ses idées seront confrontées avec celles des autres. J’aurais à ce moment-là accès à des commentaires qu’aucun autre journaliste n’aura eu la chance d’entendre.

Cela me permet d’apprécier la position que j’occupe. Plusieurs de ces jeunes ne veulent pas rencontrer les journalistes. Ils ne leur font pas confiance. Ils ont peur que ceux-ci déforment leur dire. Ils ont peur que les journalistes ne prennent que ce qu’ils veulent bien entendre.

Autres textes sur Média

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-jean-simon-brisebois-art-de-la-rue Poésie urbaine. Renaissance. Depuis 1997, Jean-Simon Brisebois s’est découvert une passion pour écriture. Il s’implique activement dans divers projets communautaires dans Hochelega-Maisonneuve.
Renaissance est un recueil de pensées et de poèmes parlant autant de son amour de la vie que d’espoir. 4,95$

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Tout le monde en parle, le ministre de la Justice Jacques Dupuis et la fusillade du Collège Dawson

Tout le monde en parle, le ministre de la Justice Jacques Dupuis et la fusillade du Collège Dawson.

Dossier Tout le monde en parle

Guy A Lepage reprend son émission. Le tournage a lieu le lendemain de la fusillade du Collège Dawson. Pour en discuter, il invite le ministre de la Justice, M. Jacques Dupuis. Celui-ci lance une grande question « Je ne veux pas accuser personne, mais il devait y avoir des signes avant-coureurs, la famille, les amis auraient dû réagir, faire quelque chose… ».

Le ministre de la Justice Jacques Dupuis devrait appeler son homologue de la Santé, Philippe Couillard. Il devrait se faire confirmer que les listes d’attente sont épouvantables en matière de santé. Je suis intervenant auprès de jeunes marginalisés. Il m’est déjà arrivé d’avoir à attendre plus de 6 mois pour avoir des traitements adaptés à certains jeunes, alcooliques, toxicomanes et psychiatriques. Présentement, j’ai deux jeunes qui ont besoin de soins et de thérapie. Je n’ai pas encore réussi à trouver les services qu’ils ont besoin. Les CLSC sont débordés et confus depuis la fusion avec les Soins de longues durées. Les gens ne savent même plus qui pourraient nous aider et qui est en charge de quoi.

Il y en a des signes avant-coureurs. Ces jeunes qui ont besoin de service ont la mèche courte. Demain peut-être que l’un d’eux se suicidera. Peut-être qu’un autre entrera dans un établissement public et commencera à tirer sur tout ce qui bouge.

Le problème est-il de voir les signes avant-coureurs ou de pouvoir offrir les services aux gens qui ont besoin d’être aidés?

Textes sur Tout le monde en parle.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

couverture  livre jean-simon copie Poésie urbaine. Je me raconte. Jean-Simon Brisebois. Depuis 1997 Jean-Simon s’est découvert un goût pour l’écriture. Après avoir publié une trilogie poétique aux Éditions TNT(Entité en 2008, L’âme de l’ange en 2007 et Renaissance en 2006), plusieurs de ses lecteurs étaient curieux de savoir lesquels de ces textes parlaient le plus de lui. Il revient donc en force avec Je me raconte, un court récit autobiographique. Laissez-vous guider dans le monde particulier de ce jeune auteur!  7$

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :