Guylaine Dumont: survivre aux Jeux olympiques

Abus et attouchements

Un parcours semé d’embûches

Flora Lassalle            DOSSIER Croissance personnelle

Les épreuves de la vie n’ont pas épargné l’athlète olympique Guylaine dans son parcours aux diverses facettes. Après un long et douloureux passage à vide, elle a su prendre du recul sur son histoire et a fait la demande de partager son analyse avec Reflet de Société, comme elle le fait régulièrement lors de conférences, dans l’espoir que son témoignage puisse être constructif pour d’autres personnes.

Parcours sportif

croissance personnelle développement personnel cheminement ghylaine dumont jeux olympiquesJ’ai toujours été passionnée par le sport. D’aussi longtemps que je me souvienne, ça fait partie de moi. J’ai commencé à jouer au volleyball à l’âge de 14 ans à l’école secondaire. Dotée d’un grand talent, mais surtout d’une forte passion, j’ai vite monté les échelons jusqu’à l’équipe nationale. J’ai gagné plus de 12 championnats canadiens. J’ai été nommée meilleure joueuse de tous les temps par une revue spécialisée. J’ai joué professionnelle comme étrangère en Italie et au Japon pendant 7 ans, dans ma vingtaine, tout en parcourant les plages du Canada et du monde pour jouer au volleyball de plage durant mes étés.

Par la suite, des situations de stress à répétition ont éteint ma passion: des entraîneurs abusifs et durs envers moi y ont contribué. J’avais certes mon caractère, mais je donnais toujours le meilleur de moi-même. J’ai dû abandonner mon rêve olympique de 1996 à cause des comportements abusifs et inacceptables d’un entraîneur de l’équipe canadienne. Suite à cela, la fédération a préféré protéger les apparences plutôt que les joueuses.

ghylaine dumont jeux olympiques croissance personnelle développement personnel cheminementDurant cette même période, j’ai subi une opération en Italie qui a failli me coûter la vie. J’étais dans une relation amoureuse malsaine et j’avais beaucoup de pression de mon club italien. La goutte qui a fait déborder le vase fut la découverte du corps de ma sœur (elle avait fait une fugue et fut retrouvée morte après 9 ans). Toutes ces émotions et ce stress accumulés m’ont poussée à arrêter de jouer. J’étais découragée que mon rêve olympique et ma carrière en Italie se soient terminés ainsi, mais j’avais la conviction que je devais prendre le temps de faire le point. Une petite voix insistante me répétait, comme l’entraîneur et mon père l’avaient fait, que je n’étais peut-être pas une fille si bien que ça. J’avais le sentiment que quelque chose devait clocher chez moi.

J’ai donc pris ma retraite du sport, et je me suis complètement retirée. Pendant ces 3 ans, j’ai fait une formation en relation d’aide, j’ai rencontré mon mari, un entraîneur extraordinaire et j’ai mis au monde ma fille Gabrielle. Ce furent des années de découvertes sur moi-même et de changement de mode de pensées. J’y ai perdu un bébé à 7 mois de grossesse. Ç’a été déterminant. J’ai été en thérapie et j’ai eu ma fille un an après.

À la suite du coup de téléphone de la joueuse Annie Martin et après réflexion, j’ai suivi l’élan de mon cœur en acceptant de me qualifier avec elle pour les Jeux olympiques de 2004.  Notre 5e place aux Jeux d’Athènes, alors que j’étais âgée de 36 ans et elle de 22 ans, repose sur les outils que j’ai découverts pendant mes 3 ans d’arrêt.

Aujourd’hui, je travaille auprès des athlètes pour les aider à mieux gérer leurs émotions et leur stress, pour ainsi optimiser leur performance et améliorer leur qualité de vie. J’interviens aussi auprès des parents et des entraîneurs. J’ai dû travailler très fort sur la colère qui m’habitait et qui prenait trop de place dans les moments de stress, ainsi que sur ma confiance en moi. Il me semble naturel d’aider les jeunes à mieux vivre leur passion maintenant!

Intervention auprès des jeunes

ghylaine dumont jeux olympiques croissance personnelle développement personnel cheminementJe suis très sensible aux difficultés que vivent les jeunes. C’est quelque chose qui s’est renforcé suite à la disparition de ma sœur, alors que j’avais 16 ans. Je suis consciente que derrière celui qui prend de la drogue, de l’alcool, qui intimide, qui fait du «grabuge», se cache un enfant blessé qui veut s’exprimer, qui manifeste sa colère, sa tristesse, sa frustration et dont les besoins n’ont pas été satisfaits.

La disparition et la mort de ma sœur Nathalie ainsi que le climat familial perturbé m’ont grandement influencée dans le choix de ma carrière de thérapeute. Ma sœur vivait un profond sentiment de ne pas être aimée, ni reconnue pour qui elle était. Sa pulsion de mort était tangible et, malgré ses grandes qualités athlétiques et ses talents divers, elle a choisi un autre chemin: celui de la rébellion. En grande partie, contre l’autorité et la violence de notre père.

Mon père l’aimait, mais pas de la bonne façon. À l’adolescence, il l’empêchait d’exprimer sa féminité puisqu’il pensait que ça pouvait être dangereux. Il avait peur des hommes et de la sexualité, mais sans jamais rien exprimer de ce qu’il vivait ou sans nous enseigner comment nous protéger. De voir ma sœur se maquiller, se vêtir trop sexy ou revenir trop tard le mettait hors de lui et il l’exprimait souvent par de la violence physique ou verbale. Elle se maquillait en cachette et étirait l’élastique pour le provoquer.

Il n’a jamais reconnu la beauté et la féminité de ses trois filles, ni celle de ma mère.  Chacune à notre manière, nous en avons souffert. Soit en l’exposant de façon exagérée, comme faisait Nathalie, ou en la niant comme je le faisais.

J’ai plutôt choisi le personnage de la bonne fille sportive et intellectuelle qui ne fait pas de vague. J’étais celle qui écoutait, qui consolait Nathalie et qui essayait de l’encourager à suivre les règles. Malheureusement, sans succès…

Faire son deuil

La disparition de ma sœur m’a fait chercher des réponses que ne pouvaient me donner la police ou mes parents, puisque le sujet était tabou.

J’ai ainsi développé ma propre spiritualité en lisant des livres et en rencontrant des gens qui m’ont servi de parents et de famille spirituelle. Ma sœur est devenue mon ange gardien. J’avais ainsi l’impression qu’elle me protégeait et m’aidait.  Ça me rassurait et je mettais cette croyance positive à contribution sur le terrain de volleyball.

Ma sœur avait besoin qu’on reconnaisse sa féminité, sa différence et elle avait besoin d’une grande dose d’amour, que mes parents n’ont pas su lui donner. Le quotidien familial n’était pas idéal. Ma mère était très souvent seule pour élever quatre enfants, car mon père travaillait à l’extérieur. Et tout comme nous, elle subissait ses foudres. Elle vivait elle aussi dans l’insécurité et dans la peur de sa violence.

En fuyant à 17 ans, ma sœur s’est retrouvée dans un environnement malsain (drogue, alcool, sexe). Paradoxalement, elle se sentait sans doute reconnue et aimée pour ce qu’elle était.

De mon côté, je me suis tournée vers le sport et j’ai vécu beaucoup de reconnaissance grâce à mon talent, mais aussi beaucoup de blessures. Je réalise que nos souffrances étaient communes, mais qu’elles se sont exprimées différemment. Moi, j’exprimais une grande colère sur le ballon, j’avais une confiance en moi fragile. J’ai longtemps rejeté ma féminité, avant de ressentir le besoin excessif du regard extérieur pour me rassurer. J’ai compris plus tard que lorsque le père ne donne pas de valeur à la féminité de ses filles, elles auront tendance à la chercher à l’extérieur d’elles-mêmes, elles ne respecteront pas.

Pendant plusieurs années, dans différents pays, j’ai eu l’impression de vivre une situation semblable à celle de ma sœur, mais moins dramatique. J’avais de belles qualités, un grand talent, mais on me manquait de respect verbalement ou physiquement. J’ai fui moi aussi, en changeant d’équipe, d’entraîneur, de pays, de provinces, jusqu’au jour où j’ai fait face à mes démons intérieurs.

Après beaucoup de travail sur moi-même, j’ai réussi à valoriser ma différence, à accepter mes imperfections et mon fort caractère. Par-dessus tout, j’ai pu aimer mon corps et mon rôle de femme forte, sportive, mais aussi sensible et spirituelle. J’ai réalisé que j’avais fait miennes certaines croyances de mon père ou de la société qui me maintenaient dans l’insatisfaction. Lorsque je me suis rendu compte que j’attirais le même genre d’entraîneurs et d’amoureux, un déclic s’est fait. J’ai commencé à changer ma manière de percevoir les choses, à devenir plus consciente de mes pensées et à être plus aimante envers moi-même. Ce fut le début d’un grand changement intérieur et extérieur.

Partager son vécu

ghylaine dumont jeux olympiques croissance personnelle développement personnel cheminementJ’ai commencé à donner une conférence en 2003. Depuis les Jeux olympiques de 2004, avec l’escouade «Jouez gagnant» j’en ai fait des centaines dans des écoles, des organismes, des clubs sportifs et des entreprises partout au Québec.

Je me suis adressée à de jeunes décrocheurs et j’ai fait des conférences en région. Je pense que ces rencontres sont celles qui m’ont le plus marquée. Avec eux, j’ai laissé exprimer mon cœur,  là où je vais rarement. L’histoire de ma sœur n’est pas très connue et je me sens encore vulnérable lorsque j’en parle.

Autres textes sur Croissance personnelle

Quand un homme accouche

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementRoman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone:  (514) 256-9000 , en région:  1-877-256-9009  Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Autres livres pouvant vous intéresser:

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT.

Pénitencier: sexualité des prisonniers

Roman humoristique et éducatif sur la sexualité.

Pénitencier: sexualité des prisonniers

Jean-Pierre Bellemare, Prison de Cowansville

Dossier Sida, VIH, MTS, prostitution et sexualité, Chronique du prisonnier

Il existe beaucoup de préjugés sur les mœurs sexuelles en prison. Entres autres, les viols que subiraient les jeunes ainsi que la dominance homosexuelle, la prostitution et les relations entre membres du personnel et détenus.

La sexualité dans le milieu carcéral est plutôt discrète pour ne pas dire carrément secrète. Lorsqu’il y a des rumeurs, elles deviennent rapidement une tumeur maligne pour celui qui la subit. Ceux qui sont le moindrement fragiles psychologiquement deviennent des boucs émissaires.

Prostitution

La prostitution existe aussi. Certains jeunes détenus âgés de 18 à 25 ans recherchent la protection d’un détenu plus gros qu’eux ou ayant une réputation imposante en échange de sexe avec lui. Les pires prostitués sont ceux qui vendraient père et mère pour leur dose de drogue. D’autres, coincés par un important endettement, accepteront de vendre leurs corps au lieu de recevoir une raclée pour couvrir leurs dettes. Cela ressemble beaucoup à ce qui se passe dans notre société, à la différence près qu’aucun détenu ne fait ça pour payer ses études.

Plusieurs détenus utiliseront le service des jeunes prostitués de façon si discrète que vous ne pourrez jamais deviner leur penchant. La honte, la peur qui les grugent de l’intérieur les empêchent de sortir du placard.

Le milieu carcéral étant très macho, les homosexuels effeminés travestis, ceux qui s’affichent ouvertement sont victimes de commentaires disgracieux, et ce, sur une base quotidienne. Voilà une bonne raison pour laquelle les homos ne s’affichent pas ouvertement ou ne le font que rarement. De plus, les maladies transmises sexuellement ont parfois des conséquences mortelles qui ralentissent les ardeurs sexuelles de plusieurs.

Homosexualité

Pour certains gais, la prison devient, à maints égards, le paradis. Ils ont accès à une clientèle vulnérable et souvent désemparée, facile à conquérir par la drogue, le chantage et autres. De plus, contrairement aux apparences, ceux qui paraissent coriaces et sans cœur et qui prêchent l’anti-homosexualité, pratiquent parfois eux-mêmes cet échange de services sexuels.

Il y naît de véritables histoires d’amour entre hommes; jalousie, tricherie, mensonge, réconciliation. Il est surprenant de voir à quel point ils ressemblent à de vrais couples hétérosexuels. Le pénitencier n’autorise pas ce genre d’activités à l’intérieur des murs, car un détenu surpris en train d’avoir un rapport sexuel est puni sévèrement.

N’oublions pas ceux qui ont de sérieux problèmes de déviances sexuelles, ils chassent tels de véritables prédateurs les plus faibles. Les viols en prison sont extrêmement rares pour la simple raison qu’il y a trop d’hommes consentants. Lorsqu’un viol se produit, il est souvent dû à une surconsommation de boisson avec pilules. Résultat? le gars devient gaga, fou. Dans ma longue période de détention, ces cas sont des exceptions à la règle.

Sexualité entre détenus et membres du personnel

L’amour transcende toutes les frontières, toutes les barrières, les menottes et efface les uniformes. C’est connu que les plus belles histoires proviennent d’amoureux que tout sépare: la richesse, le clan, la religion, le lieu. Roméo et Juliette, Tristan et Iseult pour citer quelques exemples. L’interdit est un sacré aphrodisiaque pour ceux ou celles qui s’y risquent.

Ici, au pénitencier, le sexe avec un membre du personnel est un sujet plus que tabou, il est sanctionné sévèrement par les autorités. J’imagine qu’être directeur de la prison, je ferais la même chose, mais étant un détenu et ayant déjà vécu ce genre d’expérience, je vois les choses d’un tout autre œil.

Nous apprenons à apprécier la femme comme aucun homme à l’extérieur ne peut le faire. Notre manque affectif et amoureux, qui ne cesse de croître, fait en sorte que notre désir fait de nous de véritables Casanova. Pour les femmes qui succombent, elles découvrent un chapitre sur l’amour digne d’un roman Harlequin. Les autorités en place font leur possible pour que cela n’arrive pas, voilà pourquoi il est plutôt rare de voir un détenu en compagnie d’une femme seule et à l’abri des regards. Ce qui est cocasse, pendant qu’ils surveillent les femmes, certains membres masculins du personnel et d’orientation gaie ont les coudées franches. L’amour au pénitencier est exception, mais lorsqu’il se produit, cela ressemble à une fleur perçant l’asphalte en plein centre-ville, magnifique triomphe de l’amour sur les éléments ou les conventions.

Sexualité et besoin d’être aimé

La recherche de la beauté suprême avec un corps de déesse devient totalement secondaire. Notre besoin d’être aimé reste présent même si nous sommes incarcérés. Je sais que plusieurs d’entre nous attendent leur sortie pour exprimer leurs besoins légitimes d’être reconnus et aimés. Personnellement, je sais par mon expérience que le déni de nos envies sexuelles et affectives cause des dommages à notre famille, à nous-mêmes et à notre future conjointe.

Il s’est produit de belles histoires d’amour entre les membres du personnel (professeur, secrétaire, agent de libération, bibliothécaire, gardienne) et certains détenus. Naturellement l’administration étouffe le tout de son mieux. Étrangement, la beauté d’aimer devient un acte criminel, abject et ridiculisé par les autorités. À tel point que lors de la formation des membres du personnel, un volet important y est accordé: comment ne pas succomber aux détenus! Des lavages de cerveaux, on convainc les femmes que les détenus veulent uniquement les utiliser pour rentrer de la drogue ou leurs soutirer des informations sécuritaires.

Cela n’est pas la norme. Est-ce que toutes les secrétaires qui couchent avec leurs patrons le font uniquement pour de l’avancement? Non, il arrive qu’ils s’aiment vraiment et deviennent conjoints. Il se passe la même chose au pénitencier.

Qu’un détenu craque pour une femme est considéré comme un geste inadmissible. Trahison, voilà l’idée que veut faire naître l’administration à ceux ou celles qui auraient envie d’écouter leur cœur plutôt que leur tête.

Flirter au pénitencier

La rigueur de l’environnement carcéral complique le flirt au maximum. Plusieurs détenus ne tolèrent pas qu’un de leurs semblables joue dans le camp ennemi. Il va de soi que les autres membres du personnel qui voient le manège d’un détenu réagissent négativement à la chose. Donc, une opération de séduction doit être soigneusement étudiée pour qu’elle aboutisse un jour. La prison est remplie de caméras, mais aussi d’informateurs qui se font un devoir de vendre leurs confrères ou consœurs de travail.

L’approche est si progressive que la douceur que nous développons en est enivrante. L’amour qui fait craquer nous ramène comme des ados à leurs premiers véritables amours. Pour le détenu plus rien ne semble compter, il est prêt à tout. Je vous le dis, un véritable fleuve de passion et de désir.

Ce sont des histoires qui font rêver et lorsqu’elles se réalisent, c’est le bonheur total, au grand dam des autorités en place. Mon expérience personnelle m’a coûté très cher vis-à-vis de l’autorité, mais je ne regrette rien. Le plaisir retiré, les souvenirs créés valaient amplement les années incarcérées. Pour l’amour, des explorateurs ont traversé l’océan, des rois ont fait la guerre, moi je me suis rempli de souvenirs indélébiles qui valent leur pesant d’or.

Je pourrais vous écrire une histoire d’amour si touchante, si bouleversante que des larmes vous viendraient. Malheureusement l’amour carcéral ne peut se vivre que dans la clandestinité.

Premier mariage gai en prison

Les relations sexuelles sont peut-être interdites dans les pénitenciers du Québec, mais les instances ne peuvent rien contre l’amour. À preuve, le 29 octobre dernier, dans la prison de Cowansville, où notre collaborateur Jean-Pierre Bellemare est incarcéré, les détenus Sony-Jean Martin et David Bédard se sont unis pour le meilleur et pour le pire, dans l’établissement où ils purgent leur peine respective. Une juge de la paix les a mariés lors d’une courte cérémonie.

C’était la première fois qu’un tel événement prenait place dans un pénitencier du Québec. Mais il pourrait bien en inspirer plusieurs autres, puisque la pratique est conforme à la Charte canadienne des droits et libertés.

Les nouveaux tourtereaux sont emprisonnés dans des départements différents, et il n’est pas question pour la prison de leur permettre de se rapprocher. Mariés, mais déjà séparés!

Capoté!

Bien que proscrites, les relations sexuelles dans les pénitenciers sont protégées… par les autorités, qui distribuent des condoms aux détenus! «De cette façon, on réduit le risque d’infections transmises sexuellement» explique Jean-Yves Roy, gestionnaire aux communications pour le service correctionnel du Canada section Québec.

P.S. Jean-Pierre Bellemare est finaliste aux Grands Prix de journalisme magazine.

Roman humoristique et éducatif sur la sexualité.

autres textes de Chroniques d’un prisonnier

Voir les autres textes de Jean-Pierre Bellemare.

Dossier prostitution et sexualité.

Les livres de Colin McGregor

Journaliste dans divers médias à travers le pays; Halifax Daily NewsMontreal Daily NewsFinancial Post et rédacteur en chef du Montreal Downtowner. Aujourd’hui, chroniqueur à Reflet de Société, critique littéraire à l’Anglican Montreal, traducteur et auteur aux Éditions TNT et rédacteur en chef du magazine The Social Eyes.

Parmi ses célèbres articles, il y eut celui dénonçant l’inconstitutionnalité de la loi anti-prostitution de Nouvelle-Écosse en 1986 et qui amena le gouvernement à faire marche arrière. Ou encore en Nouvelle-Écosse, l’utilisation répétée des mêmes cercueils par les services funéraires; scoop qui le propulsa sur la scène nationale des journalistes canadiens.

love-in-3dLove in 3D.

Enjoy our tale of the quest, the human thirst, to find light from within the darkness.

This is a tale for everyone, young and old, prisoner and free.

Love in 3D. Une traduction de L’Amour en 3 Dimensions.

teammate roman livre book colin mcgregorTeammates

Three teenage friends on a college rugby team in the shrinking community of English Montreal – three friends each facing wildly different fates.

This is the story of Bill Putnam, whose downward trajectory we first begin to trace in the late 1970s, and his friends Rudy and Max.

Teammates, their paths will cross in ways they never dreamt of in the happier days of their youth.

quebec-suicide-prevention-handbook-anglais-intervention-crise-suicidaireQuebec Suicide Prevention Handbook

Le suicide dérange. Le suicide touche trop de gens. Comment définir le suicide? Quel est l’ampleur du suicide? Quels sont les éléments déclencheurs du suicide? Quels sont les signes avant-coureurs? Comment intervenir auprès d’une personne suicidaire? Comment survivre au suicide d’un proche?…

Ce guide est écrit avec simplicité pour que tout le monde puisse s’y retrouver et démystifier ce fléau social. En français. En anglais.

social-eyes-web Magazine The Social Eyes

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Roman humoristique et éducatif sur la sexualité.

Sexualité dans les prisons

Livre de Colin McGregor LOVE in 3D

Présentation en français de LOVE in 3D

Sexualité dans les prisons

Jean-Pierre Bellemare – Prison de Cowansville, vol.16 no.2 déc.-janvier 2008

Dossiers, SexualitéMTS-Sida, Chronique du prisonnier

sexualite-prison-sexe-prisonnier-pénitencier Il existe beaucoup de préjugés sur les mœurs sexuelles en prison. Entres autres, les viols que subiraient les jeunes ainsi que la dominance homosexuelle, la prostitution et les relations entre membres du personnel et détenus.

La sexualité dans le milieu carcéral est plutôt discrète pour ne pas dire carrément secrète. Lorsqu’il y a des rumeurs, elles deviennent rapidement une tumeur maligne pour celui qui la subit. Ceux qui sont le moindrement fragiles psychologiquement deviennent des boucs émissaires.

Prostitution

La prostitution existe aussi. Certains jeunes détenus âgés de 18 à 25 ans recherchent la protection d’un détenu plus gros qu’eux ou ayant une grosse réputation en échange de sexe avec lui. Les pires prostitués sont ceux qui vendraient père et mère pour leur dose de drogue. D’autres, coincés par un gros endettement, accepteront de vendre leurs corps au lieu de recevoir une raclée pour couvrir leurs dettes. Cela ressemble beaucoup à ce qui se passe dans notre société, à la différence près qu’aucun détenu ne fait ça pour payer ses études.

Plusieurs détenus utiliseront le service des jeunes prostitués de façon si discrète que vous ne pourrez jamais deviner leur penchant. La honte, la peur qui les grugent de l’intérieur les empêchent de sortir du placard.

Le milieu carcéral étant très macho, les homosexuels effeminés travestis, ceux qui s’affichent ouvertement sont victimes de commentaires disgracieux, et ce, sur une base quotidienne. Voilà une bonne raison pour laquelle les homos ne s’affichent pas ouvertement ou ne le font que rarement. De plus, les maladies transmises sexuellement ont parfois des conséquences mortelles qui ralentissent les ardeurs sexuelles de plusieurs.

Homosexualité

Pour certains gais, la prison devient, à maints égards, le paradis. Ils ont accès à une clientèle vulnérable et souvent désemparée, facile à conquérir par la drogue, le chantage et autres. De plus, contrairement aux apparences, ceux qui paraissent coriaces et sans cœur et qui prêchent l’anti-homosexualité, pratiquent parfois eux-mêmes cet échange de services sexuels.

Il y naît de véritables histoires d’amour entre hommes; jalousie, tricherie, mensonge, réconciliation. Il est surprenant de voir à quel point ils ressemblent à de vrais couples hétérosexuels. Le pénitencier n’autorise pas ce genre d’activités à l’intérieur des murs, car un détenu surpris en train d’avoir un rapport sexuel est puni sévèrement.

N’oublions pas ceux qui ont de sérieux problèmes de déviances sexuelles, ils chassent tels de véritables prédateurs les plus faibles. Les viols en prison sont extrêmement rares pour la simple raison qu’il y a trop d’hommes consentants. Lorsqu’un viol se produit, il est souvent dû à une surconsommation de boisson avec pilules. Résultat? le gars devient gaga, fou. Dans ma longue période de détention, ces cas sont des exceptions à la règle.

Sexualité entre détenus et membres du personnel

L’amour transcende toutes les frontières, toutes les barrières, les menottes et efface les uniformes. C’est connu que les plus belles histoires proviennent d’amoureux que tout sépare: la richesse, le clan, la religion, le lieu. Roméo et Juliette, Tristan et Iseult pour citer quelques exemples. L’interdit est un sacré aphrodisiaque pour ceux ou celles qui s’y risquent.

Ici, au pénitencier, le sexe avec un membre du personnel est un sujet plus que tabou, il est sanctionné sévèrement par les autorités. J’imagine qu’être directeur de la prison, je ferais la même chose, mais étant un détenu et ayant déjà vécu ce genre d’expérience, je vois les choses d’un tout autre œil.

Nous apprenons à apprécier la femme comme aucun homme à l’extérieur ne peut le faire. Notre manque affectif et amoureux, qui ne cesse de croître, fait en sorte que notre désir fait de nous de véritables Casanova. Pour les femmes qui succombent, elles découvrent un chapitre sur l’amour digne d’un roman Harlequin. Les autorités en place font leur possible pour que cela n’arrive pas, voilà pourquoi il est plutôt rare de voir un détenu en compagnie d’une femme seule et à l’abri des regards. Ce qui est cocasse, pendant qu’ils surveillent les femmes, certains membres masculins du personnel et d’orientation gaie ont les coudées franches. L’amour au pénitencier est exception, mais lorsqu’il se produit, cela ressemble à une fleur perçant l’asphalte en plein centre-ville, magnifique triomphe de l’amour sur les éléments ou les conventions.

La recherche de la beauté suprême avec un corps de déesse devient totalement secondaire. Notre besoin d’être aimé reste présent même si nous sommes incarcérés. Je sais que plusieurs d’entre nous attendent leur sortie pour exprimer leurs besoins légitimes d’être reconnus et aimés. Personnellement, je sais par mon expérience que le déni de nos envies sexuelles et affectives cause des dommages à notre famille, à nous-mêmes et à notre future conjointe.

Il s’est produit de belles histoires d’amour entre les membres du personnel (professeur, secrétaire, agent de libération, bibliothécaire, gardienne) et certains détenus. Naturellement l’administration étouffe le tout de son mieux. Étrangement, la beauté d’aimer devient un acte criminel, abject et ridiculisé par les autorités. À tel point que lors de la formation des membres du personnel, un volet important y est accordé: comment ne pas succomber aux détenus! Des lavages de cerveaux, on convainc les femmes que les détenus veulent uniquement les utiliser pour rentrer de la drogue ou leurs soutirer des informations sécuritaires.

Cela n’est pas la norme. Est-ce que toutes les secrétaires qui couchent avec leurs patrons le font uniquement pour de l’avancement? Non, il arrive qu’ils s’aiment vraiment et deviennent conjoints. Il se passe la même chose au pénitencier.

Qu’un détenu craque pour une femme est considéré comme un geste inadmissible. Trahison, voilà l’idée que veut faire naître l’administration à ceux ou celles qui auraient envie d’écouter leur cœur plutôt que leur tête.

La rigueur de l’environnement carcéral complique le flirt au maximum. Plusieurs détenus ne tolèrent pas qu’un de leurs semblables joue dans le camp ennemi. Il va de soi que les autres membres du personnel qui voient le manège d’un détenu réagissent négativement à la chose. Donc, une opération de séduction doit être soigneusement étudiée pour qu’elle aboutisse un jour. La prison est remplie de caméras, mais aussi d’informateurs qui se font un devoir de vendre leurs confrères ou consœurs de travail.

L’approche est si progressive que la douceur que nous développons en est enivrante. L’amour qui fait craquer nous ramène comme des ados à leurs premiers véritables amours. Pour le détenu plus rien ne semble compter, il est prêt à tout. Je vous le dis, un véritable fleuve de passion et de désir.

Ce sont des histoires qui font rêver et lorsqu’elles se réalisent, c’est le bonheur total, au grand dam des autorités en place. Mon expérience personnelle m’a coûté très cher vis-à-vis de l’autorité, mais je ne regrette rien. Le plaisir retiré, les souvenirs créés valaient amplement les années incarcérées. Pour l’amour, des explorateurs ont traversé l’océan, des rois ont fait la guerre, moi je me suis rempli de souvenirs indélébiles qui valent leur pesant d’or.

Je pourrais vous écrire une histoire d’amour si touchante, si bouleversante que des larmes vous viendraient. Malheureusement l’amour carcéral ne peut se vivre que dans la clandestinité.

Mariage gai en prison

Les relations sexuelles sont peut-être interdites dans les pénitenciers du Québec, mais les instances ne peuvent rien contre l’amour. À preuve, le 29 octobre dernier, dans la prison de Cowansville, où notre collaborateur Jean-Pierre Bellemare est incarcéré, les détenus Sony-Jean Martin et David Bédard se sont unis pour le meilleur et pour le pire, dans l’établissement où ils purgent leur peine respective. Une juge de la paix les a mariés lors d’une courte cérémonie.

C’était la première fois qu’un tel événement prenait place dans un pénitencier du Québec. Mais il pourrait bien en inspirer plusieurs autres, puisque la pratique est conforme à la Charte canadienne des droits et libertés.

Les nouveaux tourtereaux sont emprisonnés dans des départements différents, et il n’est pas question pour la prison de leur permettre de se rapprocher. Mariés, mais déjà séparés!

Condoms et relations sexuelles dans les prisons

Bien que proscrites, les relations sexuelles dans les pénitenciers sont protégées… par les autorités, qui distribuent des condoms aux détenus! «De cette façon, on réduit le risque d’infections transmises sexuellement» explique Jean-Yves Roy, gestionnaire aux communications pour le service correctionnel du Canada section Québec.

P.S. Jean-Pierre Bellemare est finaliste aux Grands Prix de journalisme magazine.

autres textes sur la légalisation de la prostitution.

  1. pourquoi le travail du sexe entre adultes consentants est criminel?
  2. le commerce du sexe
  3. avons-nous l’argent nécessaire pour légaliser la prostitution?
  4. doit-on légaliser la prostitution?
  5. les effets pervers de la légalisation de la prostitution
  6. prostitution: légalisation, décriminalisation, tolérance… et quoi encore!
  7. prostitution de luxe: les hauts et les bas d’une escorte.
  8. les clients de la prostitution.
  9. pour ou contre la légalisation de la prostitution?
  10. prostitution et toxicomanie
  11. être la mère d’une prostituée toxicomane
  12. la prostitution dans les prisons
  13. les filles dans les gangs de rue et la prostitution.
  14. prostitution: légalisation, décriminalisation, tolérance… et quoi encore!
  15. pour ou contre la légalisation de la prostitution: décriminaliser l’industrie de la prostitution ou la prostituée?
  16. Prostitution, Grand Prix de F1 et exploitation sexuelle
  17. La prostitution mise à nue

autres textes sur sexualité

Les livres de Colin McGregor

Journaliste dans divers médias à travers le pays; Halifax Daily NewsMontreal Daily NewsFinancial Post et rédacteur en chef du Montreal Downtowner. Aujourd’hui, chroniqueur à Reflet de Société, critique littéraire à l’Anglican Montreal, traducteur et auteur aux Éditions TNT et rédacteur en chef du magazine The Social Eyes.

Parmi ses célèbres articles, il y eut celui dénonçant l’inconstitutionnalité de la loi anti-prostitution de Nouvelle-Écosse en 1986 et qui amena le gouvernement à faire marche arrière. Ou encore en Nouvelle-Écosse, l’utilisation répétée des mêmes cercueils par les services funéraires; scoop qui le propulsa sur la scène nationale des journalistes canadiens.

love-in-3dLove in 3D.

Enjoy our tale of the quest, the human thirst, to find light from within the darkness.

This is a tale for everyone, young and old, prisoner and free.

Love in 3D. Une traduction de L’Amour en 3 Dimensions.

teammate roman livre book colin mcgregorTeammates

Three teenage friends on a college rugby team in the shrinking community of English Montreal – three friends each facing wildly different fates.

This is the story of Bill Putnam, whose downward trajectory we first begin to trace in the late 1970s, and his friends Rudy and Max.

Teammates, their paths will cross in ways they never dreamt of in the happier days of their youth.

quebec-suicide-prevention-handbook-anglais-intervention-crise-suicidaireQuebec Suicide Prevention Handbook

Le suicide dérange. Le suicide touche trop de gens. Comment définir le suicide? Quel est l’ampleur du suicide? Quels sont les éléments déclencheurs du suicide? Quels sont les signes avant-coureurs? Comment intervenir auprès d’une personne suicidaire? Comment survivre au suicide d’un proche?…

Ce guide est écrit avec simplicité pour que tout le monde puisse s’y retrouver et démystifier ce fléau social. En français. En anglais.

social-eyes-web Magazine The Social Eyes

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

%d blogueurs aiment cette page :