Le Bureau de consultation jeunesse se mobilise pour les jeunes

La place des jeunes

Mobilisation pour les jeunes avec le BCJ

En réaction à l’absence des jeunes dans les grands enjeux sociaux, le Bureau de consultation jeunesse (BCJ) se lance dans l’organisation d’un grand projet de mobilisation citoyenne pour la jeunesse à travers le Québec. L’organisme a également monté une exposition rassemblant des œuvres conçus par les jeunes qui témoignent de leurs talents artistiques et de leur volonté de s’impliquer dans la société.  

Anders Turgeon  Dossier Jeunes

À la suite d’une résolution adoptée par l’assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU) en 2010, 2011 a été désignée Année internationale de la jeunesse. Cette proclamation a été décrétée sous le thème « Dialogue et compréhension mutuelle ». Au Québec, cette initiative des Nations Unies n’a eu que peu d’effets puisque aucune action n’a été prévue pour les jeunes.

En plus de l’absence de reconnaissance pour les jeunes, le gouvernement de Jean Charest décrétait l’abolition du Conseil permanent de la jeunesse (CPJ) en 2010. Ses activités se retrouvaient intégrées au Secrétariat de la jeunesse dont le Premier ministre a la responsabilité. La disparition de l’organisme paragouvernemental a causé surprise et incompréhension chez les jeunes et les autres organismes jeunesse.

Un projet de Sommet des jeunes pour mobiliser la jeunesse

Face à cette absence de voix sociale pour les jeunes au Québec, le BCJ entreprend un projet afin d’exposer les réflexions de la jeunesse sur sa place au sein de la société. « Le projet a pour objectif de susciter, dans l’espace public, dans les médias et dans la sphère politique, un débat sur la place qu’on accorde, dans notre société, aux jeunes et à la jeunesse en général », expose le BCJ.

Ce projet se veut une réponse à une représentation « négative » des jeunes dans les médias ainsi qu’à « l’inexistence » d’une « vraie politique jeunesse au Québec », fait valoir le BCJ. Il est présenté comme étant une plate-forme divisée en deux volets : une tournée de consultation des jeunes à travers le Québec et un Sommet des jeunes qui est prévu pour mars 2013.

La tournée des jeunes à travers la province débute en août 2012 suite aux activités du BCJ entourant la Journée internationale de la jeunesse le 12 août. Prenant la route, des jeunes s’adressent ainsi à d’autres jeunes pour leur présenter le projet et les outils dont ils auront besoin pour le Sommet. S’en suivra un travail de réflexion, de la part des jeunes et des organismes jeunesse impliqués dans le projet, sur la place actuelle et idéalisée qu’occupe la jeunesse dans les espaces social, politique et médiatique au Québec.

Après la tournée se tiendra le Sommet des jeunes en mars 2013. Cet événement consiste en une grande rencontre au cours de laquelle se tiendront des ateliers, des débats, des conférences, des spectacles ainsi que d’autres manifestations sur le thème de l’implication citoyenne et sociale des jeunes. Le Sommet se terminera par la mise en commun du travail effectué par les jeunes, durant la tournée, pour la rédaction d’une politique jeunesse par et pour les jeunes.

L’expression artistique de la jeunesse

Avant que ne débute la tournée des jeunes du Québec, le BCJ dévoile des œuvres produites par des jeunes ayant pris part au Camp d’orientation 2012 de l’organisme. Dans le cadre du camp, ces œuvres sont le mode d’expression de ces jeunes invités à se prononcer sur les différents projets de l’organisme et sur ce qui les préoccupe dans la société : le racisme, l’homophobie, etc.

Les réalisations artistiques des jeunes sont regroupées sous la forme d’une exposition intitulée « Les jeunes ont la forme, ça s’exprime ». Les responsables du BCJ ont donné ce nom à l’exposition en raison de la multitude de médiums artistiques utilisés par les jeunes (peinture, photos, poésie, rap, breakdance, etc.) et de la vitalité de ces derniers quant à la vision de leur place dans la société. Vous pouvez visiter l’exposition au Centre de documentation du BCJ en plus de regarder la vidéo tournée durant le camp.

Pour rejoindre le Bureau de consultation jeunesse

Pour plus de renseignements sur le projet relatif au Sommet des jeunes de 2013 ainsi que sur l’exposition « Les jeunes ont la forme, ça s’exprime », l’adresse du BCJ est le 5355, rue Wellington, à Verdun. Vous pouvez également visiter le site web du BCJ ou contacter Mathieu Marcotte, 514-274-9887, courriel : mathieu.marcotte.bcj@gmail.com

Que votre désir d’en savoir plus sur les motivations sociales des jeunes soit éclairant et enrichissant!

Autres textes sur les Jeunes

Lazy Legz présente son T-Shirt Pas d’excuses… pas de limites

T-Shirts Pas d'excuses Pas de limites Lazy LegzPour soutenir le breakdancer Lazy Legz dans ses conférences de motivation dans les écoles.

Les T-Shirts Pas d’excuses, pas de limites en noir ou encore No excuses, no limits en bleu sont maintenant disponibles. 20$ (plus taxes et transport).

Par téléphone pour paiement par carte de crédit 514-256-9000. Par Internet. ou courriel cafegraffiti@cafegraffiti.net

En  passant au  Café-Graffiti 4237 Ste-Catherine est du lundi au vendredi  de 9:00 hres à  17:00 hres. vous pouvez payer en argent, chèque, carte  de crédit ou débit.

Par la poste: 4237 Ste-Catherine est  Montréal, Qc. H1V  1X4. N’oubliez pas de mentionner la grandeur et si vous voulez le T-Shirt français ou anglais.

Carte anniversaire, poster, T-Shirt avec impression d’artistes

poster affiche flyer carte anniversaire cartes souhaits voeux affichage impression t-shirtUne boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux. Une façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement artistique.

Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

Merci d’encourager les artistes et le Café-Graffiti. www.editionstnt.com (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. cafegraffiti@cafegraffiti.net

Pour une réforme de notre système politique

Politique et démocratie

Comment réformer le système politique pour une société démocratique, juste et équitable?

Est-ce que le système politique que nous avons dessert bien la démocratie? La dernière élection fédérale nous montre des cas extrêmes d’abus qui ne devraient pas exister dans un système démocratique juste et équitable.

Raymond Viger  Dossiers Politique, Stephen Harper

Les résultats de la dernière élection fédérale est sans équivoque. Jack Layton a fait élire une série de députés sans expérience et sans même être présent dans leur comté. Il est évident que les gens n’ont pas voté pour ces députés mais pour Jack Layton et le NPD. Avons-nous les meilleurs députés pour nous représenter? Avons-nous le meilleur système politique pour avoir une démocratie juste et équitable?

Depuis la Confédération de 1867, le Canada a le même système politique. Malgré quelques modifications en cours de route, après 144 ans, il est maintenant temps de faire une réforme en profondeur de notre système politique et de la façon que la démocratie s’exerce au Canada.

Pour une réforme du système politique

Les différents systèmes politiques des autres pays ont aussi leurs lacunes. Au lieu d’essayer de copier ou tenter d’améliorer ce qui ne fonctionne pas à 100%, pourquoi ne pas tenter de trouver un nouveau système de fonctionnement politique pour exercer notre démocratie?

La politique c’est l’organisation du pouvoir dans une société. Ce pouvoir a été usurpé par des lobbyistes, des gens qui parrainent des partis, des partis politiques qui ont des agendas cachés, par des politiciens qui font la pluie et le beau temps en muselant les députés qui nous représentent, par des guerres entre les partis qui ne cessent de chercher des poux aux partis d’en face…

On ne construit pas un pays avec un tel derby de démolition. Est-ce qu’un conseil d’administration d’une entreprise est déchiré en 3 ou 4 factions qui n’essayent que de trouver les erreurs des autres? Un conseil d’administration n’est-il pas un regroupement d’administrateur qui travaille ensemble pour que leur entreprise réussisse le mieux possible? Pourquoi les politiciens ne s’inspirent-ils pas des chefs d’entreprise pour atteindre des objectifs concrets pour un pays plus fort?

Notre système politique actuel oblige les partis à garnir leur caisse électorale. Tous ces montants que les politiciens reçoivent des entreprises n’inciteraient-ils pas les politiciens à se “souvenir” de leur bon samaritain financier au moment où ils seront au pouvoir?

Tous ces millions dépensés pour se faire élire et démontrer que le parti adverse est incompétent ne pourraient-ils pas servir à la guerre contre la pauvreté?

Gérer les affaires de l’État

À quelques différences près, le système politique est comme une grosse entreprise, une multinationale. Des gens doivent gérer et administrer une société pour en arriver à atteindre une mission. Une entreprise c’est de faire de l’argent pour les actionnaires, un gouvernement, c’est de gérer les différentes relations que notre société établi avec ses citoyens et ses commerçants, les autres pays… dans un objectif de Justice et d’Équité. Ces relations sont humaines, financières, matérielles…

Mis à part quelques cas de dérapage, théoriquement, dans une entreprise, les membres du conseil d’administration sont tous présents pour soutenir la mission de l’entreprise. Dans notre système politique actuel, nous avons des membres de différents partis politique qui ne cessent de se chicaner, de se tirer dans les pieds et de tenter de prouver que l’autre parti est incompétent à gérer les affaires de l’État.

Conflit d’intérêt de notre système politique

Le système actuel pour élire un gouvernement nous met en conflit d’intérêt. Quand je vote, est-ce que je le fais pour le meilleur député de mon comté ou pour le Premier ministre du pays? Si je vote pour le meilleur député de comté, est-ce que le respect de la ligne de parti va l’empêcher de faire son travail?

Fini les chicanes inutiles de parti, on élimine tous les partis politiques. Nous voulons avoir les meilleurs politiciens pour représenter leur comté et que tous ensemble ils travaillent pour bâtir un pays et non plus se démolir les uns et les autres.

Pour un nouveau système politique

Pour éviter d’élire des absents et de parfaits étrangers comme il a été fait à la dernière élection fédérale, le peuple fait l’élection de l’ensemble des députés. Ceux-ci, ne sont rattachés à aucun parti politique. Ils se présentent dans leur comté et les électeurs font l’élection de la meilleure personne pour les représenter.

Pour éviter d’avoir un parti politique au pouvoir qui est pris à trouver des ministres avec les seuls membres de son parti qui ont été élus, tous les députés élus, en leur âme et conscience, avec un vote libre, font l’élection des ministres. Parmi l’ensemble des députés élus, quels sont les meilleurs politiciens pour prendre des dossiers spécialisés? En ayant plus de choix, nous devrions avoir plus de compétences qui se retrouvent avec des fonctions ministérielles.

Et finalement, les ministres se réunissent pour faire l’élection de celui qui sera le premier ministre. Exactement de la même façon qu’on le fait dans une entreprise privée, dans une coopérative ou encore dans un organisme communautaire.

Tous pour un et un pour tous

Tous les députés ensemble travaillent pour l’avancement de leur pays au lieu de passer le plus clair de leur temps à se chicaner entre eux et tenter de jeter le discrédit sur le parti adverse.

Est-ce que cette formule politique est parfaite? Je ne prétend pas avoir la vérité. Cependant je vous offre ce manifeste pour que vous le commentiez, apportiez vos propositions et vos modifications. Est-ce que tous ensemble on peut arriver à formuler une proposition valable pour un système politique juste et équitable? Je crois que si nous travaillons tous ensemble, nous allons y arriver.

Mises à Jour 10 juin 11 19:05: Le journal des alternatives présente le livre de Jacques Lazure écrit en 2006 intitulé Abolir les partis politiques.

Mise à jour 10 Juin 11 19:02: Article dans Le Devoir sur Génération d’idées qui propose une réforme majeure du système politique.

Mise à jour 10 juin 11 19:00: Suite aux départs de Louise Beaudoin, Pierre Curzi et Lisette Parizeau, Renart Léveillé en arrive aux mêmes conclusions qu’ils nous faillent réformer notre système politique.

Mise à jour 10 mai 11 11:05: Koval a écrit un billet fort élaboré sur une proposition de changement de mode de scutin.

Autres textes sur Politique

Décès de Jack Layton

Pour une réforme de notre système politique

Est-ce que notre système politique met en danger la démocratie?

Lutte à la drogue: les Conservateurs contre la science

Québec solidaire, Amir Khadir, Françoise David et le salaire minimum à 16$

Les gais peuvent-ils prendre le pouvoir?

Le poids du Québec dans le Canada

Vie sociale et politique

Stephen Harper et l’avortement

Stephen Harper et le social, 2 mondes étrangers

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Abonnement au magazine Reflet de Société

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Sociétéédité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Les surplus servent à financer l’intervention du Journal de la Rue auprès de jeunes marginalisés. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

%d blogueurs aiment cette page :