André-Philippe Gagnon au chapiteau St-Sauveur

André-Philippe Gagnon au chapiteau St-Sauveur

Raymond Viger  Dossiers André-Philippe Gagnon, humoriste

Fort de l’expérience positive et intéressante que Danielle et moi avions vécue avec François Morency au chapiteau Bromont, nous nous lançons maintenant à l’aventure du spectacle d’André-Philippe Gagnon au chapiteau St-Sauveur.

Pourquoi deux spectacles d’humour en deux semaines. Parce que Danielle et moi travaillons 7 jours sur 7 auprès de jeunes marginalisés. Cela demande beaucoup d’énergie, autant physique que morale. Nous n’avons pas le temps de prendre des vacances. Question de faire attention à notre santé psychologique, prendre deux jours pour assister à un spectacle d’humour, c’est une excellente façon de prendre soin de soi. Surtout dans les conditions de travail que nous avons.

J’étais convaincu que le principe des chapiteaux était le même à St-Sauveur qu’à Bromont. Un endroit ou l’on peut coucher, manger et assister au spectacle sans utiliser son véhicule. À St-Sauveur, grande déception. Entre le dodo, le rire et la bouffe, il faut se véhiculer. La rue principale de St-Sauveur est pleine à craquer de touristes, on avance pare-choc à pare-choc, pire que l’heure de pointe pour aller travailler.

Ici s’arrêtent les comparaisons. Je suis maintenant un fervent fan du chapiteau de Bromont. Celui de St-Sauveur vient de mourir dans mon agenda. Quand je pars ainsi à l’aventure, je ne veux pas être obligé de me farcir des embouteillages avec mon véhicule. Je veux avoir la liberté de prendre un bon souper et de prendre quelques verres sans avoir à me préoccuper de mon taux d’alcool. Il faut savoir que je suis toujours le chauffeur désigné chez nous. C’est un choix que j’assume. Mais en vacances, surtout quand elle ne dure que 24 heures, « peux-t’y prendre un ti-break si vous plât »?

En plus, le restaurant qui était inclus avec le forfait spectacle, le Maestro est un restaurant italien. Lorsque j’ai demandé au serveur une bouteille de vin sucré, il a fait la grimace. « Mossieur, ICI, c’est un restaurant italien. Nous n’avons que des vins italiens. Et, vous saurez que les vins italiens sont secs… pas sucrés. » Ce n’est pourtant pas le premier restaurant italien, soi-disant haut de gamme que je fais. Mais c’est le premier qui tente de me limiter et ne vouloir me servir que du vin italien sec. Surtout le ton condescendant avec lequel, d’un air pincé, il m’a servi ses explications.

En ce qui concerne la salle, il y a moins d’espace entre les rangées à St-Sauveur qu’à Bromont. Quand tu mesures 6 pieds 2 pouces comme moi, tu préfères le chapiteau de Bromont. Pour ceux qui commencent à en douter, non je ne suis pas commandité par tourisme Bromont ou par les Cantons de l’Est. J’essaye juste d’être honnête avec les gens qui me lisent.

Allons directement au but et oublions St-Sauveur. Le spectacle d’André-Philippe Gagnon. Superbe et fantastique. D’une part, André-Philippe Gagnon n’a pas fait abstraction qu’il nous a abandonnés pendant 10 ans pour « Las Vegas ». Son spectacle a été écrit en fonction d’un humoriste qui revient au pays après 10 ans. J’ai trouvé cela très cohérent en plus d’être très comique. André-Philippe Gagnon demeure un athlète de l’humour. Tout ce qu’il peut faire est impressionnant. Un grand comique avec un excellent spectacle. De quoi me faire oublier pendant quelques heures que je suis à St-Sauveur.

Ayant assisté au spectacle de François Morency la semaine précédente, certains oseraient peut-être me demander qui est le meilleur entre Morency et André-Philippe Gagnon. Je ne répondrais pas à cette question. Parce qu’être humoriste c’est être un artiste et des artistes, ça ne se compare pas. On peut préférer l’humour de l’un ou ne pas aimer l’humour d’un autre. C’est une question de goût. Tout artiste est bon dans ce qu’il fait et il a dû travailler fort pour arriver là ou il est. Si vous me demandez si je préfère François Morency ou André-Philippe Gagnon, j’ai adoré les deux spectacles.

En ce qui concerne André-Philippe Gagnon, je me souviens de l’avoir vu à l’une de ses premières apparitions télévisées. Il avait fait la chanson Pink Panther en imitant un saxophone au talk-show de Michel Jasmin. Début des années 80, j’avais assisté à son spectacle au Théâtre St-Denis. C’était mon premier spectacle d’humoriste auquel j’assistais. On ne peut oublier l’émotion qu’un premier spectacle crée en nous. Je réalise maintenant ce qu’Amédé a pu vivre avec son premier spectacle d’humour avec François Morency (https://raymondviger.wordpress.com/2007/08/12/francois-morency-et-le-chapiteau-de-bromont-6e-partie/).

Je ne vous ferais pas vivre le spectacle en 8 blogues comme ce fût le cas avec celui de François Morency. Demain je vais vous raconter le retour à Montréal qui me prendra un bon huit heures. Plusieurs découvertes intéressantes et inattendues seront au menu.

Autres textes sur humoriste

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelle L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

francois-morency-et-le-chapiteau-de-bromont-5e-partie/

François Morency et le chapiteau de Bromont, 5e partie

Dossier Humoriste, François MorencyGraffiti

Dès l’arrivée à l’auberge du Chateau Bromont, nous sommes surpris par l’âge récente des installations. Surtout le type de matériaux utilisés. Du clabord. Pas très original pour un château. C’est en questionnant les gens qui y travaillent que nous avons fini par comprendre que l’auberge du Château Bromont n’a rien à voir avec le Château Bromont. Deux lieux de villégiatures différents en plusieurs points.

Nous continuons notre visite des lieux. Lyne remarque que le plancher n’est pas en ligne droite. Un des murs doit suivre la forme d’une énorme roche sur laquelle l’auberge du Château Bromont a été construite. De l’extérieur, la forme est étrange et mérite le coup d’oeil.

Nous nous dirigeons vers le restaurant, “La Trattoria de l’auberge”. D’entrée de jeu, la serveuse comprend que nous avons acheté le forfait souper-spectacle et nous présente les menus spécifiques à ce forfait. Le groupe est déjà bien préparé pour passer une soirée hilarante. La serveuse va en faire les frais pendant tout le repas. Après plusieurs farces qu’elle ne réussissait, j’ai dû lui avoir que nous étions la première partie de François Morency et que nous nous pratiquions pour le spectacle que nous avions à présenter dans les heures qui suivent.

Lorsqu’est venu le temps de choisir un vin, la serveuse n’a pas réussi à répondre à nos questions et nous offrir un vin correspondant à nos attentes. C’est vrai que je suis difficile en matière de vin. J’aime les vins très sucrés. Espèce qui semble rare pour plusieurs restaurant qui aiment bien offrir des vins corsés. Les descriptions offertes sur la carte des vins qui nous parlent de vins fruités avec toutes sortes d’arômes sont alléchants à lire, mais ne me satisfont pas lorsque je l’ai dans le verre. Fruité n’est pas sucré. Qu’on se le tienne pour dit.

La serveuse décide donc de nous présenter soit le sommelier, le gérant de la place ou un titre du genre. Une personne qui devait pouvoir nous aider à faire un choix dans les vins présentés. Je lui parle de mes goûts en matière de vin. Des vins sucrés. Portugais comme le Casal Mendès ou le Matéus, Californien comme le Julio Gallo, le Black Tower ou encore allemand comme le Hanns Christof.

Cette personne me répondit avec un air un peu impatient ou sarcastique. “Nous sommes dans un restaurant italien, nous ne servons que des vins italiens”. Je pense que ce môssieur n’a jamais compris ma demande. Peu importe la spécialité ou la sorte de vin qu’il a dans sa cave, je lui ai faite une description de ce que je voudrais bien avoir. Est-ce que dans sa cave à vin italienne, il a un vin à me proposer qui entre dans les catégories de vin que je lui ai décrites?

Finalement, il n’a jamais réussi à me faire de proposition. Danielle et moi avons décidé de faire confiance à la serveuse qui semblait plus sympatique à notre cause qu’à ce gérant qui, en ce qui me concerne, pourrait bien aller travailler dans un fast-food avec des gens tous pareils qui mangent et boivent tous la même chose.

Je ne me suis pas choqué de cette situation. Nous sommes là pour assister à un spectacle d’humour. Il faut profiter de la vie et de rire de nos mésaventures. Morale de cette histoire, ce n’est pas parce qu’on est gérant qu’on est meilleur que nos serveuses!

Nous avons eu du plaisir à profiter des plats qui nous ont été servis. J’ai bien apprécié le pot avec l’huile et le vinaigre balsamique. Un combiné deux dans un. Le vinaigre balsamique étant dans un pot à l’intérieur du pot d’huile et qui se mélange ensemble à la sortie. Original et intéressant.

Après avoir terminé ce repas, nous nous sommes dirigé vers le chapiteau pour nous préparer à assister au spectacle de François Morency. Nous n’avons pas eu l’occasion de nous perdre, le chapiteau étant situé juste à l’arrière de l’auberge du château Bromont. Nous avons profité des derniers rayons de soleil pour admirer la montagne et ces quelques chalets haut de gamme camoufler dans le feuillage.

La suite de l’aventure vous parviendra sur ce blogue demain. Si vous croyez que l’histoire se termine avec le spectacle de François Morency, détrompez-vous. Le retour de Bromont vers Montréal nous aura pris huit heures! Il m’en reste encore beaucoup à vous raconter.

L’histoire complète de François Morency, humoriste au chapiteau de Bromont.

Autres textes sur le Graffiti :

Arpi: Muraliste et designer d’intérieur

Inauguration de la fresque de Fluke avec RFF

Vidéo murale graffiti pour l’agence de communication ID3 (idées aux Cubes)

Murale graffiti, animation de foule, peinture en direct, T-shirt

Mural de Michael Jackson au Festival de Jazz avec les graffiteurs Fluke et Omen

Mural graffiti en direct par Fluke

Fluke pour Oxygen

Video clip graffiti hiphop et breakdance gratuit

Projet graffiti pour Oakley

Graffiti calligraphie El Seed

Le mural Jean Talon

Rencontre avec Nawlz: Graffeur du monde

Breakdance, hip hop, rap, graffiti: présentation des artistes

PUBLICITÉ

show_image L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre, au coût de 19,95$ est disponible.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :