« Nouvelle débutante pétillante et enthousiaste », « Babe de haut niveau avec un corps incroyable. Le fournisseur de plaisir ultime », « Une étoile sensuelle avec une réputation à garder », voilà quelques-unes des formules utilisées pour vendre les services des prostituées sur le site de l’agence « de rencontres » EG.

Un éditorial de Geneviève Raymond publié pour les abonnés de RDS. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Dossier Prostitution

Pour la première fois, je rencontre un propriétaire d’agence d’escortes et je consulte des sites web et autres forums qui font la promotion de services sexuels. Je pars de loin, même si j’essaie de rester ouverte pour comprendre le « plus vieux métier du monde ».

 « Ses photos sont très jolies, mais des fois, ça cache des vergetures, une grosse perte de poids ou autres; je ne veux pas avoir l’air freak, je suis un gars qui aime ça TOP Notch », écrit QQlover sur Montreal Escort Review Board (MERB). Pour tous ces hommes, identifiés par des pseudonymes, magasiner une voiture, un BBQ ou une femme, c’est du pareil au même : la prostituée est un objet de consommation.

La suite est disponible aux abonnés de RDS. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Abonnez-vous au format numérique afin de consulter nos articles portant sur la prostitution

Autres textes sur Prostitution

Suggestion de lectures

Autres livres pouvant vous intéresser