Après la pluie … Le beau temps: La rivière

Après la pluie… Le beau temps

La rivière

Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Raymond Viger        Dossiers Croissance personnelleLivres

Vois ces montagnes qui s’étirent vers le ciel. Un tapis
d’arbrisseau recouvre leurs flancs. Arrondies et sculptées
par l’âge du temps, ces montagnes se promènent ici et là
dans la vaste prairie. En descendant entre les ravins on
ressent une présence particulière. Le calme de cette nature
est troublé par un nouveau tumulte. Camouflé dans les bas
fonds, un ruissellement se fait entendre. Timidement la
rivière se bouscule pour se frayer un chemin dans le roc.
Gonflée à bloc par tous les renforts qu’elle reçoit des
montagnes, elle pousse, gratte et use le roc. Elle balaie le
sable sur son passage, laissant le rivage à nu.

À chaque passage la rivière pénètre toujours un peu
plus dans la montagne changeant son parcours, elle se
faufile, profitant des endroits plus tendres et plus fragiles.

À la sortie de la vallée, c’est enfin la prairie. Cette
prairie, vaste à perte de vue, ne peut contenir la rivière,
ne peut la retenir. La rivière s’éparpille dans les champs.
Cette eau servira à nourrir les pâturages. Évanouie dans
la nature, la rivière aura répondu à un besoin essentiel.
Les fleurs et les arbres grandiront vers le ciel grâce
à sa présence subtile.

Toi, l’homme, au coeur de pierre, toi, qui tentes
de retenir cette rivière de lumière, méfie-toi de l’érosion
inévitable du temps. Apprends à respecter la liberté
de cette rivière. Apprends à ouvrir ton coeur comme
une prairie. Laisse-toi pénétrer par cette lumière pour
laisser fleurir ton jardin intérieur.

Extrait du livre Après la pluie… Le beau temps.

La suite: Liberté… Un sourire intérieur.

Liberté… Un sourire intérieur

livre liberté poésie recueil sourire intérieurUn livre de poésie de 128 pages. Liberté politique, liberté journalistique, liberté émotionnelle… Toutes les couleurs de la liberté, individuelle et collective.

Une belle suite pour mon premier livre de poésie, Après la pluie… Le beau temps. Parce qu’après la crise… on peut trouver la liberté… sa liberté.

Liberté… Un sourire intérieur. Une façon de souligner les 5 000 exemplaires vendus du premier livre Après la pluie… Le beau temps.

Même prix que le premier livre publié en 1992 avec le même nombre de pages et écrit avec le même amour: 9,95$.

croissance personnelle développement personnel cheminement guide recueilAprès la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Au coût de 9,95$ chacun de ces livres sont disponibles par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 FREE

Par Internet. Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Biographie de l’auteur

Après la pluie … Le beau temps: le désert

Après la pluie… Le beau temps

Le désert

Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Raymond Viger        Dossiers Croissance personnelleLivres

Un ardent soleil brûle le tapis jaune de ce désert.
Timidement, le peu d’eau qui avait réussi à se cacher
prend le temps de s’évaporer dans un ciel sec à craquer.
Ce fourneau infernal ne laisse aucune végétation pousser.
Du sable, encore du sable à perte de vue.

Seuls quelques animaux réussissent à survivre.
Recroquevillés sous une épaisse carapace protectrice,
ils vivent solitaires et renfermés sur eux-mêmes.

Dépendant de quelques provisions que tu as amenées
avec toi, tu avances dans le brasier. Interminablement,
pas à pas, le paysage est toujours le même. Du sable
encore du sable. Même tes sueurs t’abandonnent
à toi-même et s’évaporent au fur et à mesure.

Au-delà de cette dune peut-être … Tu rassembles
tes dernières forces pour la gravir. De peine et de misère,
tu atteints enfin le sommet. Une autre déception.
Du sable à l’infini.

Tranquillement, tes réserves d’eau ont baissé.
Ta dernière gourde t’a finalement abandonné.
Seul, dans ce désert de sable, tu continues.
Chaque pas devient de plus en plus lourd, de plus en plus
lent.

Tes dernières forces commencent à vouloir
t’abandonner. Quand elles t’auront toutes abandonné
dans cette enfer, ce sera la fin. Tu feras le délice de
quelques animaux à carapace, seule compensation de cette
triste fin.

Tout à coup, tu ne peux en croire tes yeux.
Tes prières ont été exaucées. À ta gauche tu perçois
le sommet d’un palmier. La source de vie doit
inévitablement être à sa base. Tu changes ta route.
Tu donnes tout ce qu’il te reste pour gravir cette dune.

Tu étais vraiment à la dernière limite de ton épreuve.
Tu as donné tout ce que tu avais et même plus. Il ne te
reste plus d’énergie vitale. Tu t’étends de tout ton long.
Tu regardes ce palmier. Il semble s’évaporer et se perdre
dans ce fourneau. Telle une fausse promesse, ce mirage
s’est éteint, t’abandonnant seul, vidé de tout.

Et pourtant, si tu n’avais pas changé ta route, le
chemin que tu avais trouvé toi-même, dans le fond de ton
coeur, tu aurais trouvé la source de vie juste devant toi,
derrière la dernière dune à traverser.

Dédié à tous ces braves gens, qui face à la traversée
de leur désert, ont préféré changer leur route pour suivre
le mirage de certaines sectes, plutôt que d’écouter
la solution qui se trouvait au fond d’eux-mêmes.

Extrait du livre Après la pluie… Le beau temps.

La suite: Liberté… Un sourire intérieur.

Liberté… Un sourire intérieur

livre liberté poésie recueil sourire intérieurUn livre de poésie de 128 pages. Liberté politique, liberté journalistique, liberté émotionnelle… Toutes les couleurs de la liberté, individuelle et collective.

Une belle suite pour mon premier livre de poésie, Après la pluie… Le beau temps. Parce qu’après la crise… on peut trouver la liberté… sa liberté.

Liberté… Un sourire intérieur. Une façon de souligner les 5 000 exemplaires vendus du premier livre Après la pluie… Le beau temps.

Même prix que le premier livre publié en 1992 avec le même nombre de pages et écrit avec le même amour: 9,95$.

croissance personnelle développement personnel cheminement guide recueilAprès la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Au coût de 9,95$ chacun de ces livres sont disponibles par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 FREE

Par Internet. Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Biographie de l’auteur

Au détour d’une entrevue

Au détour d’une entrevue

Par Estelle Gombaud

Dossier Forum Jeunesse France-Québec

L’entrevue est fixée pour 11h. Nous arrivons en retard de 10 bonnes minutes après avoir emprunté un passage étroit d’une des nombreuses rues de Tonnerre, censé raccourcir notre temps de trajet. Mais qu’importe, nous entrons. Joseph, Gabriel et moi, le sourire aux lèvres, nous asseyons sur les chaises de bureau rouges, prêts à tout raconter.

Les premières questions de Marc, journaliste pour l’Yonne Républicaine, nous donnent le ton. Il veut savoir qui nous sommes et les raisons de notre présence au Forum de la Jeunesse de Tonnerre.

Nos regards se croisent. Joseph se lance. Il nous parle de son parcours, des raisons de sa présence à Tonnerre, des attentes qu’il avait face à ce stage et qui s’avèrent être totalement différentes de ce à quoi il s’attendait. Mais tant pis, il est là pour apprendre, évoluer artistiquement et couvrir le Forum. Je vois dans ses yeux qu’il aime être là.

Un peu du Café-Graffiti à Tonnerre

C’est Gabriel qui prend le relai. Avec son plus grand sourire et une aisance impressionnante, il nous explique les raisons de sa présence. Le lien entre le Café-Graffiti, Reflet de Société, Raymond Viger, Christine et le Forum de la Jeunesse est vite compris. Ce qui est sûr c’est que sans eux, le Forum n’aurait pas pu exister.

Il raconte avec une grande simplicité que ce Forum de la Jeunesse est certes le fruit d’un échange France-Québec, mais que la présence des artistes du Café-Graffiti est importante pour les jeunes Tonnerrois. Leur but est simple: laisser une trace pour donner à cette jeunesse Tonnerroise l’envie d’aller plus loin, de continuer à faire vivre l’art du graff, du break-dance ou de toute autre forme d’expression qui pourrait susciter son intérêt. Cela bien au-delà des deux semaines du Forum.

Mon Québec en France

Puis c’est mon tour de prendre la parole. Le contexte d’entrevue me pousse à me dévoiler. Je veux que ce Forum soit une réussite. Ce que j’apprends grâce à lui est professionnellement, mais aussi humainement enrichissant.

J’explique que je suis là pour un stage, que ce stage sort de l’ordinaire et que si mes compagnons d’école me voyaient, ils lâcheraient les photocopies et les tasses de cafés chauds, désertant leur siège de bureau pour venir me rejoindre.

Je ne sais pas si je dois continuer mais je continue. Je dois leur dire que je suis heureuse d’être là. Que je prends du plaisir à partager chaque minute de ma vie avec les 11 québécois qui m’entourent. Que finalement, cette cohabitation est intense. J’aime ce que je vis. Tous ces échanges et cette dynamique québécoise font de mon stage un évènement hors du commun. Vivant 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 avec des personnes initialement inconnues rend cette expérience forte et magique. Chacun des 11 participants québécois est une personne à part, avec sa vie, ses idées, ses forces et ses faiblesses. J’aime ce groupe. Je le trouve beau. Chacun d’entre eux est et sera pour moi une belle rencontre.

Ce petit avant-goût du Québec me donne envie de partir dès maintenant pour Montréal. Mais ce qui nous attend pour le Forum est tellement fort que Montréal attendra.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelle

L’amour en 3 dimensions

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

Réussir à l’école malgré un trouble de l’apprentissage

Spécial rentrée scolaire – Septembre/octobre 2009École à la maison, école musulmane, école en milieu autochtone, école spécialisée en musique et cheminement scolaire marqué par la dyslexie, Reflet de Société vous offre pour la rentrée un grand dossier sur l’éducation. Hors des sentiers battus, nous vous invitons à découvrir les 1001 visages de l’école au Québec

Témoignage

Réussir à l’école malgré un trouble de l’apprentissage

J’ai toujours été un premier de classe. Je n’ai pas grand mérite, les études ont toujours été faciles pour moi. Ma mère m’avait déjà appris à lire, écrire et compter avant que je ne débute l’école. L’année avant mon entrée au primaire, elle m’a demandé de lui donner un coup de main: sous sa supervision, transmettre à mon jeune frère mes connaissances pour qu’il arrive aux mêmes résultats que moi.

Raymond Viger        Dossier École alternative, École à la maison

Quand j’ai commencé mon primaire, bien maîtriser les acquis initiaux m’a permis de sauter quelques années et de devancer les programmes d’études. Grâce à l’expérience acquise avec mon frère dans la transmission de connaissances à un autre, je me suis souvent retrouvé assistant de l’enseignant.Malgré mon jeune âge comparé aux autres élèves, étant plus grand que la moyenne, je me sentais en pleine confiance pour faire la discipline auprès des fortes têtes du groupe. L’intimidation physique ne m’inquiétait pas.En devenant père de famille, je rêvais de transmettre cette tradition à mes enfants. Mon garçon a eu plus de difficultés. Il apprenait différemment et avait des résultats différents. Je réussissais tout de même à lui enseigner plus facilement que d’autres ce qu’il avait à apprendre.Mon garçon a vite reçu un diagnostic de trouble de l’apprentissage et a eu recours à des services spécialisés. En découvrant le sens de cette différence et la façon dont il apprenait, je me suis rendu compte que j’avais le même problème! Plusieurs troubles de l’apprentissage ont une forte composante génétique, c’est donc un héritage que j’ai transmis à mon garçon.Mais comment concilier un trouble de l’apprentissage et être en même temps premier de classe tout au long de son parcours d’étudiant? Comment se fait-il que je n’aie pas eu de difficultés dans mes études et que tout m’ait semblé si facile?Avoir appris à lire, écrire et compter avant de commencer mon primaire a été un héritage important de ma mère qui m’a permis de vivre différemment mon trouble de l’apprentissage. En débutant l’année scolaire, je regardais ce que nous avions à apprendre. Je faisais la liste des choses que je ne maîtrisais pas et je les apprenais seul avant qu’elles ne soient vues en classe. Quand ce jour-là arrivait, c’était une forme de révision et la matière ne m’inquiétait pas. Ce n’était pas les enseignants qui me disaient quoi étudier ou sur quoi travailler. Je faisais ma propre grille de travail.

Entrer dans la danse

Même avec un trouble de l’apprentissage, je n’ai jamais eu à vivre de «crise» liée au fait d’être limité dans mes actions par cette différence. Jusqu’au jour où j’ai débuté un cours de danse. Contrairement à ma conjointe, pour moi, prendre des cours implique des heures et des heures de pratique pour réussir.Nous nous entendons sur l’objectif d’avoir du plaisir. On fait du mieux que l’on peut et si on n’a pas le temps de se pratiquer, ce n’est pas grave.J’arrive dans un domaine complètement inconnu pour moi. Dès le premier cours, je suis dépassé. Je ne comprends rien au premier pas de base que déjà le professeur en montre un 2è! Rendu au 3è, je n’ai toujours rien compris aux 2 premiers, et là, il faut tout enchaîner. C’est la panique dans mon cerveau. Plus rien n’entre, je veux retourner chez moi, tout abandonner…Pour survivre à cette «crise», je me suis inscrit à une pratique supplémentaire et j’ai dû prendre des leçons privées pour en arriver à rester dans le groupe et persévérer.Ce cours de danse aura été une belle occasion de vivre ma différence d’apprentissage sous toutes ses formes. Cela m’a permis d’identifier ma façon d’apprendre pour éviter la crise. C’est simple: connaître la matière d’avance.J’espère que le témoignage que j’apporte ici pourra aider des parents et des jeunes qui vivent cette réalité. Si votre enfant apprend différemment et qu’il n’a pas compris le contenu d’un cours, ce n’est pas la matière passée qui est importante, mais celle à venir. Commencez par vous assurer qu’il la maîtrise avant de la voir en classe. Cela va lui permettre de vivre de petites victoires dans ses cours tout en évitant de vivre une crise, une panique totale.Quand un jeune qui apprend différemment ne veut plus aller à l’école, ce n’est pas qu’il ne veut pas apprendre. C’est qu’il ne veut pas vivre ce sentiment de panique, d’échec et de crise. Les gens avec des troubles de l’apprentissage apprennent simplement différemment.

Les troubles de l’apprentissage

Les troubles de l’apprentissage ont une origine neurologique. Ils affectent l’apprentissage chez des gens ne souffrant pas de déficience intellectuelle et n’étant pas confrontés à des contraintes sociales, culturelles ou économiques qui les empêcheraient de progresser au même rythme que les autres. Les activités affectées par les troubles de l’apprentissage sont principalement la lecture, l’écriture et le calcul.Bien que l’on ne puisse pas guérir un trouble de l’apprentissage, il existe différents moyens d’en atténuer les effets, principalement par un apprentissage adapté à la personne atteinte. Il est important pour les gens touchés par ce trouble de bien connaître et d’exprimer ses besoins afin que leur environnement scolaire ou professionnel puisse s’adapter à leur condition.Les troubles de l’apprentissage les plus connus sont la dyslexie et le trouble de l’attention avec ou sans hyperactivité. François Richard

Grandir loin de toute scolarisation

École à la maison, caravane étudiante

Réussir à l’école malgré un trouble de l’apprentissage

Kistcisakik: le village sans école

Écoles musulmanes à Montréal

Choisir l’école à la maison

Apprentissages clandestins

Éducation désaccordée

CAP libre: éducation alternative pour jeunes décrocheurs

Concert bénéfice pour le Café-Graffiti

orchestre-symphonique-pop-de-montreal-concert-benefice 50 musiciens de l’Orchestre symphonique pop de Montréal nous présenteront un répertoire de musique de films tels que Spiderman, Mission Impossible, James Bond… Sept danseurs de Breakdance seront présents sur scène avec l’orchestre symphonique. Le 28 novembre à 19:30 heures à l’Église St-Jean-Baptiste.Pour le prix d’un spectacle, vous soutenez un organisme jeune, intense et dynamique. Pour l’achet de vos billets du Concerto aHÉROSol, par téléphone au (514) 256-9000, sur le site Internet de l’organisme ou encore sur le Réseau Admission.Pour plus d’informations sur le concerto en aHÉROSol de l’Orchestre symphonique pop de Montréal.

Mural graffiti en direct par Fluke

Mural graffiti en direct par Fluke

DOSSIERS  Graffiti et HIP HOP

Avant votre spectacle du festival de Jazz, que diriez-vous d’une peinture de murale en live? Sur la rue Clark, au coin de Sainte Catherine, bref,  là où commence le Festival international de Jazz de Montréal, Fluke réalisera un mural qui évoluera sur quatre jours, de jeudi à dimanche. Il sera là en particulier en soirée, avant le début des grands show.

Il sera également filmé, et un petit vidéo de 5 minutes sera réalisé par la suite. Vous le retrouverez prochainement sur le blogue de Raymond Viger.

Où ? Au coin de Sainte Catherine et de la rue Clark

Quand ? De jeudi à dimanche, toute la journée et en soirée

Pour voir d’autres vidéos de fluke et de murales, ça se passe toujours sur le blogue de Raymond Viger:

Mural pour Oxygen

Fluke et Herezy pour Oakley

La murale Jean Talon réalisée par Arpi

Pour rejoindre les artistes du Café-Graffiti: (514) 259-6900

Photos de Murales et fresques urbaines.

Autres textes sur le Graffiti:

Arpi: Muraliste et designer d’intérieur

Inauguration de la fresque de Fluke avec RFF

Vidéo murale graffiti pour l’agence de communication ID3 (idées aux Cubes)

Murale graffiti, animation de foule, peinture en direct, T-shirt

Mural de Michael Jackson au Festival de Jazz avec les graffiteurs Fluke et Omen

Mural graffiti en direct par Fluke

Fluke pour Oxygen

Video clip graffiti hiphop et breakdance gratuit

Projet graffiti pour Oakley

Graffiti calligraphie El Seed

Le mural Jean Talon

Rencontre avec Nawlz: Graffeur du monde

Breakdance, hip hop, rap, graffiti: présentation des artistes

PUBLICITÉ

show_image Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre, au coût de 9,95$ est disponible

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Conférence de presse Reflet de Société

Conférence de presse Reflet de Société

DOSSIERS Taz roulodomeRoller bladeSkatepark

A l’occasion de la réouverture du Taz, en honneur du prix de Magazine de l’année décerné par l’Association québécoise des éditeurs de magazines à Reflet de Société et pour présenter la nouvelle équipe, Reflet de Société a donné une conférence de presse vendredi 12 juin.
Le dossier du numéro de juin portant sur la réouverture du Skatepark le Taz, c’est dans ses murs que se sont exprimés Raymond Viger, rédacteur en chef de Reflet de Société, Gabriel Alexandre Gosselin, journaliste, à propos des stages internationaux proposés par le magazine, Lisa Melia, stagiaire, Jean Gagnon, chroniqueur économique, et Michel Comeau, l’un des architectes de la réouverture du Taz.
Autres Textes sur Taz roulodomeRoller bladeSkatepark

PUBLICITÉ

show_image Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.
Le livre, au coût de 9,95$ est disponible
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Que faisait Aldo à la Mission Bon Accueil?

Que faisait Aldo à la Mission Bon Accueil?

Reportage réalisé pour Reflet de Société, numéro de juin 2008

Un service de messagerie m’apporte un paquet. À l’intérieur je découvre une belle pochette professionnelle réalisée à fort coût. Un communiqué de presse présente une journée de transformation extrême à la Mission Bon Accueil. Le tout est signé et organisé par le Groupe Aldo, une chaîne de boutiques de chaussures. Première réaction: encore une entreprise privée qui veut afficher un visage communautaire et social pour mieux vendre sa marque et ses produits.

Je suis dans le communautaire depuis 16 ans. La Mission Bon Accueil, je ne connais pas. Après quelques recherches, je suis rassuré sur la qualité de l’organisme communautaire qui bénéficie de cette aide. Je décide qu’il y a possiblement matière à un reportage sur l’organisme. En ce qui concerne le commanditaire de la journée, c’est moins sûr.

Transformation extrême le 9 avril

J’opte pour un photo-reportage. J’affecte le photographe Patrick Landry à cette mission. Je ferai une courte présentation de l’organisme, les photos de Patrick montreront l’implication des gens et le travail accompli. Et voilà, le tour est joué.

Patrick revient de cette journée enchanté par ce qu’il a vu et entendu. Il a pris plus de 300 photos! Il me raconte quelques anecdotes qui me séduisent. Je fais une entrevue téléphonique avec Isabelle Depelteau, la porte-parole de la Mission Bon Accueil et Valérie Martin du Groupe Aldo. Oups! Je regrette déjà de ne pas avoir pu me libérer pour être sur place. L’histoire est encore meilleure que je ne le pensais.

L’Auberge Madeleine

L’histoire débute en 2006. Marc Vaillancourt est le chef d’équipe de la planification des magasins du Groupe Aldo. Construction, design, entretien, c’est sa passion. Une fois l’an, des activités sont organisées avec les employés pour mieux se connaître et s’amuser.

Le comité de Marc entame la réflexion: «Les contacts humains ont changé. L’information est plus rapide. On s’envoie des courriels. Il faut trouver une façon originale de se rapprocher des gens» L’idée ne se fait pas attendre: «Notre force, c’est la construction. On fait comme l’émission de télévision américaine, Extreme makeover! Il faut se trouver un projet d’envergure.»

C’est L’Auberge Madeleine, un organisme qui vient en aide aux femmes seules, en difficulté ou sans-abri qui va hériter de la présence des 40 employés pour une rénovation extrême. Tout va y passer; plomberie, électricité, peinture.

Marc et son équipe sont enchantés des résultats: «À la fin de la journée, voir les visages des gens, c’est indescriptible. On sentait les remerciements à travers les accolades. C’était perceptible jusque dans le fond de leurs regards. C’était la plus belle reconnaissance que nous pouvions avoir. Tout simplement fantastique.»

En quatre temps

Chaque année, le Groupe Aldo réunit les superviseurs de ses magasins pour une semaine de formation. Une des journées est consacrée à développer l’esprit d’équipe. Des entreprises externes sont engagées pour structurer et organiser ces journées. Mais cela ne donnait pas grand chose de concret. Se basant sur le projet de Marc Vaillancourt, le comité d’organisation décide alors d’étendre le projet de Marc à toute l’entreprise. Le budget alloué à cette journée de formation sera investit dans la communauté.

En 2007, les organismes Logifem (femmes en détresse et leurs enfants), Chez Doris (filles enceintes de 15 à 20 ans), Les appartements supervisés Augustine-Gonzalez ainsi que la Maison Plein cœur (soutien aux personnes vivant avec le VIH)

bénéficieront de l’implication bénévole des 240 superviseurs des magasins du Groupe Aldo. Une journée de transformation où main d’œuvre et matériaux sont fournis, en plus d’une dose d’amour et d’encouragement.

Catherine Letarte, intervenante Chez Doris, se souvient encore très bien de cette expérience. «Ça a été un beau don de soi. Pas juste du matériel, mais beaucoup de créativité. Cela a eu un impact très positif. Pour une femme itinérante, ici c’est sa maison. Le projet a été stimulant pour tout le monde, autant pour les bénévoles que pour le personnel et les femmes qui fréquentent l’organisme.»

Encore aujourd’hui, les retombées ne cessent de se faire sentir! «Des groupes sont venus par la suite pour faire la peinture dans les autres sections.» Et le message de Catherine Letarte est clair. «Il y a beaucoup d’organismes en manque. Ils ont besoin de bénévoles. Faut pas se gêner, un coup de main est toujours apprécié et les occasions de s’impliquer sont infinies.»

Mission Bon Accueil

L’année 2008 est spéciale. Près de 350 employés du Canada, des États-Unis, de l’Irlande et d’Angleterre se retrouvent à Montréal pour la semaine de formation. Il faut trouver un projet d’envergure pour nourrir cette équipe de bénévoles.

Le Groupe Aldo contacte la Mission Bon Accueil pour offrir une journée de transformation extrême. La rénovation touche à tous les secteurs de l’organisme. Un chantier de construction de 94 000 pieds carrés!

Un projet qui dépasse le budget alloué pour la journée de formation. Pas de problème, tous les partenaires du Groupe Aldo seront mis à contribution. Une journée de transformation extrême qui nécessitera 8 mois de planification! Évaluer les besoins, les ressources, le matériel, préparer les plans, des fiches de travail par département…

Pour Valérie Martin porte-parole du groupe Aldo, c’est une réussite sur tous les plans. «La Mission Bon Accueil nous a proposé de publiciser l’événement. Malgré tout le travail accompli, la Mission Bon Accueil est peu connue. L’organisme communautaire s’implique auprès des jeunes, des familles et des itinérants depuis 1892! Nous avons accepté de publiciser cette action pour dire aux chefs d’entreprise que chaque petit geste compte, que le bénévolat n’est pas si difficile, c’est une piqûre. Ce que l’on fait est extrême, mais chacun peut trouver sa façon de faire. On veut en donner une vision positive et créer une mobilisation au Québec. Un tel événement crée un sentiment d’appartenance, une fierté.

Mais nous marchons sur des œufs. C’est facile d’être jugé et mal perçu par le public et les médias. C’est une lame à 2 tranchants. Nous nous sommes toujours impliqués dans le communautaire. En 1985, un de nos employés est décédé du Sida. Depuis, nous soutenons Youth Aids en prévention du Sida. L’organisme Cure, pour la prévention du cancer du sein, a notre soutien depuis 9 ans. Il y a aussi l’Hôpital de Montréal pour les enfants, la Fondation McGill…»

Isabelle Depalteau, porte-parole de la Mission, a eu des sueurs froides lors de la transformation extrême. «En inspectant le chantier de construction à 14 heures, j’étais convaincue que, malgré la bonne volonté de tous ces bénévoles, les travaux ne seraient jamais terminés à temps. À 17 heures, j’ai été bouleversée de voir à quel point c’était beau. Ils ont acheté des jeux, des équipements et des livres pour les jeunes. Des mots ont été peints sur les murs: amour, courage, persévérance, foi, partage.

J’ai été émue lorsque les jeunes sont entrés dans la salle. Un d’entre eux s’est exclamé: ‘‘J’ai jamais vu un endroit aussi beau de ma vie!’’. Pour les plus vieux, parfois l’entrée se fait avec un peu de tension et de bruit. Aujourd’hui, c’était paisible. Comme s’ils entraient dans une église.

En plus des enfants et des bénéficiaires de services, toute l’équipe de la Mission Bon Accueil a été estomaquée par cette transformation. Un souffle d’encouragement, une énergie nouvelle pour notre organisme, une reconnaissance du travail que nous accomplissons.

Même s’il y a d’autres organismes qui combattent la pauvreté, on la côtoie tous les jours. On a parfois l’impression d’être seul sur le terrain. Ils auraient pu se contenter de faire un chèque pour que les travaux soient réalisés. Nous avons reçu un don dont nous nous sou-viendrons chaque jour en entrant dans nos nouveaux locaux.

C’est aussi un message de responsabilité sociale. Je rêve d’un Canada qui serait chef de file en la matière.»

Et pour répondre à la question: que faisait Aldo Bensadoun, propriétaire du Groupe Aldo à la Mission Bon Accueil? Marteau à la main et vêtu d’un jeans, il a participé avec ses employés à une journée de transformation extrême pour mettre un peu de joie et de bonheur dans le cœur des gens qui viennent à la Mission chercher un peu de réconfort.

Le message est entendu


Le bouche à oreille amène l’histoire du Groupe Aldo et de son implication jusque dans les bureaux d’un cabinet de comptables, RSM Richter. Sa porte-parole, Ève Laurier, demande à Valérie Martin de rencontrer son équipe pour expliquer le projet du Groupe Aldo.

De cette rencontre naîtra un projet qui se déroulera le 4 juin. Parmi les propositions recueillies, 6 organismes seront sélectionnés pour représenter différents secteurs du milieu communautaire:

– Héritage Laurentien: organisme visant la protection et la mise en valeur des milieux naturels et du patrimoine historique.
– Peter Hall School: école spécialisé pour des jeunes de 12 à 21 ans avec un handicap intellectuel.
– Fondation Marie-Vincent: organisme qui vient en aide aux enfants de moins de 12 ans qui sont victimes de maltraitance, et plus particulièrement d’agression sexuelle.
– Grands frères grandes sœurs: jumelage de bénévoles avec des jeunes qui ont besoin d’une présence significative dans leur vie.
– Élisabeth House: centre de réhabilitation pour jeunes mères.
– Moisson Montréal: banque alimentaire.

Les 300 employés du cabinet RSM Richter choisiront l’organisme dans lequel ils voudront s’impliquer. S’il y a des constructions à réaliser, des bénévoles du groupe vont organiser une sortie avec les bénéficiaires pour qu’ils ne soient pas dérangés par les travaux et qu’ils aient une occasion de vivre une expérience spéciale. Le thème de la journée est approprié pour un bureau de comptable: Donner ça compte!

Comme le décrit Éve Laurier, «l’entreprise veut soutenir le bénévolat de ses employés. C’est important de redonner à la communauté. Ce sont des valeurs communes pour l’entreprise et ses employés, un événement rassembleur.»

PUBLICITÉ
show_image Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre, au coût de 9,95$ est disponible dans toutes bonnes librairies au Québec ainsi qu’à la Librairie du Québec à Paris.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :